Ce n’est rien de dire que, cette saison, Miguel Oliveira connait des hauts et des bas. Le Portugais a ainsi commencé sa campagne de façon déprimante avec des résultats anonymes qui laissaient présager une année noire. Mais la firme orange a réagi et Oliveira a vu rouge en s’abonnant au podium dès le Mugello jusqu’à remporter la victoire à Barcelone. A la trêve estivale, il apparaissait comme un des candidats au titre. Puis il y a eu la rentrée et c’est comme si l’équipier de Brad Binder avait épuisé son stock de pain blanc. Le revoilà au fond des classements. Mais ce ne serait qu’une question de malchance…

Le bilan de Miguel Oliveira au terme des cinq dernières courses est édifiant ; deux points marqués seulement. Pendant ce temps, son équipier Brad Binder utilise à plein la moindre opportunité et le potentiel de sa RC16 pour jouer le top 6 au championnat. Il a même remporté une victoire sur les terres de son employeur, alors humides et arpentées avec des pneus slicks…

Mais où est donc passé cet Oliveira que Quartararo citait avant la trêve estivale comme un potentiel danger ? Depuis la rentrée, le Portugais revendique seulement une 14e place comme meilleur résultat. Il a abandonné dans les deux courses de Spielberg. Puis il est arrivé 16e à Silverstone, 14e à Aragon et 20e à Misano 1.

En comparaison, son coéquipier KTM Brad Binder a terminé quatrième à Spielberg 1. Dans Spielberg 2, il a remporté la victoire en slicks quand il a commencé à pleuvoir. Ses autres résultats étaient sixième à Silverstone, septième à Aragon et neuvième à Misano 1. Pire : Oliveira a non seulement été éclipsé par Binder, mais aussi par Iker Lecuona. Le Portugais est loin de sa forme du début de l’été lorsqu’il a terminé deuxième au Mugello et au Sachsenring et a gagné à Barcelone.

Le but est bien sûr de retrouver cette forme“, précise Oliveira. “Pour le moment, la raison est difficile à comprendre. C’est une combinaison de nombreuses petites choses qui ont conduit à cette situation. La chance ne semble pas être de notre côté pour le moment.”

Danilo Petrucci, Miguel Oliveira, Gran Premio Octo di San Marino e della Riviera di Rimini

Oliveira : “c’est la brutalité de ce sport” 

Le poignet droit, blessé depuis une chute lors de la première séance d’essais libres de Spielberg, n’est pas la principale cause de la misère actuelle. Il y a aussi des petits problèmes techniques au mauvais moment ou de la malchance avec des drapeaux jaunes lors des meilleurs tours. “Nous avons montré que nous avions de la vitesse“, a déclaré Oliveira. “Mon rythme en FP4 à Aragon et au warm-up à Misano est très différent de la réalité de la course. Il y a également eu des problèmes techniques à cause desquels je n’ai pas pu progresser davantage.”

Mais c’est la brutalité de ce sport. Vous ne pouvez pas vous attendre à être en forme chaque week-end. J’ai du mal à trouver la bonne configuration ou à me sentir à mon meilleur niveau en ce moment, mais je vais retrouver tout ça. Ensuite, je serai très compétitif ” termine Oliveira sur Motorsport-total.

Miguel Oliveira



Tous les articles sur les Pilotes : Miguel Oliveira

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP