Dans le paddock MotoGP, on pourrait les considérer comme les derniers des Mohicans. Les témoins d’un temps révolu, où, en Grand Prix, et dans la catégorie reine, les équipes entièrement privées avaient encore droit de cité. Car depuis quelques saisons, ce statut n’existe plus. La grille n’est composée que de structure officielle et d’écuries satellites. Maintenant, ce n’est pas par conviction que le team Avintia en est là. Il aimerait assurément monter en gamme. Mais voilà…

En effet, d’opportunité d’évoluer, il n’y en a pas pour les hommes aux couleurs d’Avintia. Les Japonais de Suzuki ne sont pas prêts à faire le pas vers un allié satellite tandis que chez Aprilia, on a mis les petits plats dans les grands en étant présent sous le couvert de la structure Gresini. Ce qui amène parfois à des situations particulières, comme par exemple Aleix Espargaró dans le parc fermé comme meilleur pilote indépendant avec sa RS-GP d’usine…

Par ailleurs, l’histoire d’Avintia ne rassure pas forcément. On se souviendra du cas de la pige de Christophe Ponsson et ses conséquences sur le pilote français. Actuellement, malgré deux GP18 dans le box, tant Tito Rabat que Karel Abraham n’impressionnent guère par leurs résultats. Les deux hommes, dont un paye sa place, ont respectivement marqué deux points en six courses.

Cependant, Avintia est dans la place et l’équipe peut compter sur un Ruben Xaus dévoué qui est son premier défenseur et promoteur…  « Cette année, nous avons deux GP18, au même titre par exemple que Francesco Bagnaia, ce qui est une grande nouveauté et ça ne peut que nous tirer vers le haut » indique l’ancien pilote. « L’équipe grandit, nous avons également deux bons pilotes, qui sont toujours situés entre la 12e et la 15e place. Parfois, nous sommes même devant les représentants Suzuki, Aprilia et certaines KTM. Comme vous le souligniez, le Championnat est très disputé, mais nous sommes bien plus structurés, bien plus concentrés qu’auparavant ».

Ruben Xaus aborde sur motogp.com les plans de l’équipe pour le futur. Un futur qu’il voit lié à Ducati, même s’il n’écarte pas la possible arrivée d’un autre motoriste dans deux ans… Et ce dernier se livre également à quelques confessions au sujet des pilotes.

« Notre première priorité est clairement Ducati, car nous avons de bonnes relations » affirme-t-il. « Et puis à titre personnel, j’ai couru pour eux pas mal de temps, je connais parfaitement leur ADN. D’autres options sont d’ores et déjà sur la table. Mais pour le moment nous avons un contrat pour deux saisons avec eux, à voir ce qu’il se passe à l’avenir. En tout cas, une chose est sûre : Ça sera du bon matériel. Concernant les pilotes, nous avons effectivement des vues sur deux ou trois jeunes du Moto2. En espérant que d’ici deux ans, nous aurons l’un d’eux ».

Reste cette question : Ce pilote venu de la catégorie intermédiaire devra-t-il payer sa place ou non ? On se souviendra que l’an passé, Marc Márquez avait dissuadé son frère Álex de monter en MotoGP en passant par Avintia, lui conseillant d’attendre une meilleure opportunité…

 



Tous les articles sur les Pilotes : Esteve Rabat

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing