En ce samedi 26 juin 2021, Álex Rins a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit d’Assen, à l’issue des qualifications du Grand Prix des Pays-Bas.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, auteur du septième temps lors de la Q2 et qui aura une belle carte à jouer demain, même si de son propre aveu les Yamaha semblent inatteignables ce weekend.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Álex Rins sans la moindre mise en forme.


 

Álex, comment allez-vous après votre accident à la toute fin des qualifications ? Mis à part cela, vous avez plutôt réalisé une bonne séance…

« J’ai manqué la deuxième ligne d’un cheveu ! Mais ça va, ce fut une bonne journée. Mon accident survenu lors de mon dernier tour en Q2 n’a pas été bien méchant. Je suis content car j’ai eu de bonnes sensations lors des FP4 en couvrant de nombreux tours avec le pneu le plus dur à l’arrière. Je ne suis cependant toujours pas certain du pneu que je vais utiliser entre le soft et le dur, car je me sens bien avec les deux. Le soft est peut-être meilleur au tout début, mais il va falloir voir si cela sera suffisant demain compte tenu des températures. »

Vous avez affiché un solide rythme lors des FP4… Mais pensez-vous que votre bras va tenir sur toute la distance d’une course aussi longue qu’Assen ?

« En ce qui concerne mon bras, on va bien voir comment ça va se passer. C’est une piste très éprouvante. Lors des FP4 j’ai aussi fait plusieurs sorties assez longues, et ma main a été assez fatiguée après tout ça. Mais c’est la dernière course avant les vacances, alors je tiens à finir sur une bonne note. »

« Je tiens à partir en vacances sur une bonne note »

Il semble que vous ayez le rythme pour rester proche des Yamaha. Pensez-vous être en mesure de représenter une menace ?

« Je ne pense pas, car les Yamaha sont vraiment très fortes ici. Maverick et Fabio ont également témoigné d’un très gros rythme, et je pense que la course sera pour eux sincèrement. Dans notre cas, si nous prenons un bon départ, nous pourrons essayer de les suivre, mais nous n’avons vraiment pas le même rythme. »

 

 

Quelle tactique allez-vous appliquer demain ? Chaque moto dispose d’atouts dans certains secteurs. Où pensez-vous pouvoir chambouler la hiérarchie ?

« J’espère ne pas chambouler tout le monde tout court au départ [rires] ! Ma tactique va être d’attaquer dès le début. Je vais prier toute la nuit pour qu’il n’y ait pas de pluie comme ce fut le cas au Sachsenring. Nous pouvons nous battre pour le top 5, ce serait un bon résultat pour nous. »

« Nous pouvons nous battre pour le top 5 »

La Suzuki est toujours très forte en fin de course. Ne pensez-vous pas que le choix du pneu dur à l’arrière s’impose, dans le sens où il amplifie cet état de fait ?

« Les Suzuki étaient auparavant plus fortes dans les fins de course, mais maintenant nous avons plus de difficultés pour dépasser. Nous tapons davantage dans nos gommes et nous arrivons plus à la limite sur la fin. Tout va dépendre de la température en ce qui concerne le choix entre le pneu soft et le pneu dur. »

 

 

Michelin pense que le pneu dur à l’arrière ne sera pas une option valable en course. Pour autant Quartararo a aussi utilisé le pneu dur lors des FP4. Pouvez-vous nous en dire plus ?

« C’est la première fois que j’entends ça, car j’ai vu Piero Taramasso [responsable deux-roues chez Michelin Motorsport] dans notre garage et il n’a rien dit à ce sujet. Mais si c’est vrai, le problème c’est que nous n’avons pas testé le pneu medium. On verra donc tout ça demain lors du warm up. »

 

MotoGP Assen – Classement des qualifications

Crédit classement : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar