En ce samedi 26 juin 2021, Maverick Viñales a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit d’Assen, à l’issue des qualifications du Grand Prix des Pays-Bas.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, qui est passé de zéro à héro en l’espace d’une semaine, signant cet après-midi la pole position et le nouveau record du circuit en 1’31.814.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Maverick Viñales sans la moindre mise en forme.


 

Après la désillusion que vous avez connu la semaine dernière, vous devez être content de votre performance de cet après-midi ?

« Nous avons en effet affiché un bon niveau depuis le début du weekend, et notre niveau de confiance est élevé. J’ai foi en ce que nous sommes en mesure de faire. Dès les FP1 ça s’est bien passé : J’ai eu le grip nécessaire et j’ai pu de cette façon être rapide. Notre problème s’est résumé jusqu’ici à ça : Quand on n’a pas de grip, il nous est impossible de progresser. Honnêtement ce weekend je n’ai même pas touché la moto, car elle est parfaite et je ne voulais prendre aucun risque. Je suis très content, nous avons nos chances pour demain et nous allons attaquer au maximum. Le résultat n’est même pas important au final, ce qui compte c’est de donner le maximum du premier au dernier tour. »

« L’important c’est de donner le maximum du premier au dernier tour »

Avez-vous changé beaucoup de réglages par rapport au Grand Prix d’Allemagne qui s’est tenu la semaine dernière ?

« Honnêtement je n’ai pas touché à la moto. Tout se résume vraiment au niveau de grip. Si j’ai le grip nécessaire, je suis en mesure d’être en tête. Mais avec ces motos, si vous n’avez pas de grip vous avez beau être bon vous n’arriverez à rien. C’est cependant une bonne chose que nous soyons rapides, car de cette façon nous pouvons procéder à des comparaisons et voir ce qui a péché au Sachsenring. Ici je peux faire tout ce que je veux avec la moto, nous devons analyser et voir ce que nous pouvons faire différemment. Mais l’important c’est vraiment d’avoir plus de grip, de sorte que je puisse davantage pousser la moto dans ses retranchements. »

« Si j’ai le grip nécessaire, je suis en mesure d’être en tête »

Maverick, vous affirmez que vous n’avez touché à rien depuis le weekend dernier, mais dans les faits vous êtes passé de la dernière à la première place. Il y a vrai problème de fond : Aujourd’hui il semble que vous avez réussi à signer la pole position du fait du circuit, et non d’une quelconque amélioration au niveau des réglages…

« C’est très basique : Ici j’ai du grip, et je peux donc être rapide. Sur les machines de MotoGP il vous faut du grip, et si ce n’est pas le cas il vous faut une moto qui dispose d’un bon comportement en virage. Personne n’a la réponse à ce problème, mais cela m’a valu de nombreux mauvais résultats et ça m’a coûté pas mal de courses. »

« Cette moto est géniale quand vous avez du grip, mais quand il n’y en a pas c’est terrible. Quand vous êtes en mesure de faire ce genre des résultats comme aujourd’hui, c’est juste fantastique, vous pouvez vraiment faire ce que vous voulez avec la moto sur la piste. Mais le problème est que cela n’arrive que quelques fois dans l’année. Je veux rester positif : si nous parvenons à récolter de bonnes données ici, alors peut-être pourrons-nous continuer à être compétitifs lors des prochaines manches. »

 

 

Ne pensez-vous pas que vous avez aussi beaucoup travaillé sur vous-même, sur votre façon de réagir quand les choses ne vont pas comme vous voulez ?

« Ça ne pouvait pas durer plus longtemps. J’ai eu cinq ou six courses de suite où j’ai vraiment eu de mauvais résultats. Franchement ce qui a été difficile c’est de voir que j’ai toujours été capable de faire au moins un bon tour, sans pour autant parvenir à rester devant par la suite. Mais lors des dernières courses je me suis retrouvé à chuter dans des endroits où je n’avais jamais eu d’accidents lors des saisons précédentes. Dans ces cas-là c’est un indicateur que nous sommes loin d’où nous devrions être. »

« Ça ne pouvait pas durer plus longtemps »

En cas de pluie demain, quelles sont vos chances pour la course ?

« J’ai eu de bonnes sensations sur le mouillé lors des FP2, où j’ai été rapide. Mais j’avoue que tant qu’à pleuvoir, je préférerais que ce soit à grandes eaux. Je pense en effet que notre moto fonctionne très bien quand il y a beaucoup d’eau sur la piste. »

Hormis votre coéquipier, qu’est-ce qui pourrait représenter selon vous le plus gros obstacle demain ?

« Ce sera la surprise ! En attendant, ce qui est sûr c’est que je vais y aller plein gaz, mais il faudra bien sûr garder un œil sur pas mal de gars. »

Hier vous avez participé à une très longue réunion d’ordre technique, mais pour autant vous nous dites que vous n’avez pas touché à la moto. Quelle a donc été la teneur exacte de cette réunion ?

« Honnêtement jusqu’ici je crois que c’est le weekend de course où j’ai passé le moins de temps dans le garage, hormis pour regarder deux ou trois trucs sur certains virages. J’ai eu de si bonnes sensations avec ma moto que je ne veux pas y toucher. Il y a beaucoup de choses positives, et je ne veux rien toucher pour ne pas changer ces bonnes sensations. »

 

 

MotoGP Assen – Classement des qualifications

Crédit classement : MotoGP.com




Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP