Le marché des transferts est en pleine ébullition depuis le Mugello et il a pris encore un peu plus d’intensité ce week-end du côté de Barcelone. On sait que Ducati a renouvelé sa paire de pilotes placée chez Pramac, que Brad Binder a prolongé chez KTM jusqu’en 2024 et que Remy Gardner s’est assuré d’un retour sous l’auvent Tech3 qui défend à présent les intérêts de la marque autrichienne. A ce sujet, on attendait dans la foulée des nouvelles de son équipier très prometteur Raul Fernandez. Elles sont arrivées. Mais pas par le biais de KTM qui pourrait bien revivre l’épisode de Jorge Martin, que Ducati lui a arraché…

Si Raul Fernandez n’a pas été annoncé dans la foulée de Remy Gardner chez Tech3 en MotoGP sur une KTM, c’est peut-être parce que l’espoir espagnol aux déjà deux victoires dans un Moto2 qu’il découvre seulement a d’autres contacts à vérifier… Une hypothèse qui rappelle celle de Jorge Martin qui est parti en direction de Ducati alors que la famille KTM pensait lui avoir aménagé un nid douillet. Une tendance qu’un membre du team Petronas a confirmé en lâchant à Motosport-total : « le premier choix est Raul Fernandez », révèle ce membre de l’équipe Petronas Yamaha qui ne veut pas être nommé. Dans le même temps, cependant, il dit aussi que « c’est à la limite d’une ‘Mission Impossible’ » de séparer Fernandez de KTM.

L’Espagnol de 20 ans accomplit sa saison de rookie dans la catégorie Moto2 pour Ajo-KTM. Il a déjà remporté deux de ses six premières courses et occupe actuellement la deuxième place du classement général derrière son coéquipier Remy Gardner, qui a été signé pour Tech-3-KTM cette semaine pour être un futur rookie MotoGP en 2022.

Chez KTM, il est d’usage pour les pilotes d’avoir des pénalités intégrées dans leur contrat s’il est résilié prématurément. Néanmoins, il y aurait eu des réunions entre Fernandez et Razlan Razali, le directeur de l’équipe de Sepang Racing Team (SRT), sponsorisée par Petronas, et le directeur de course de Yamaha, Lin Jarvis.

Petronas Yamaha doit attendre une décision de Valentino Rossi

A ce stade, on note qu’entre Petronas et Yamaha, la relation va certainement se poursuivre, ce qui veut dire que la future équipe VR46 Aramco roulera bien avec des Ducati. Il faut aussi rappeler qu’en arrivant ainsi sur le devant de la scène, le cas Raul Fernandez sous-entend que Valentino Rossi prendra sa retraite. Car chez Petronas, ce n’est certainement pas Morbidelli qui est sur la sellette. Ce dernier peut même s’attendre à une M1 de dernière génération en 2022, s’il signe un nouveau bail avec les Malaisiens.

Par ailleurs, Fernandez n’est pas le seul sur la liste chez Petronas et Yamaha comme successeur possible de Rossi. Xavi Vierge et Jake Dixon, qui roulent actuellement dans l’équipe Petronas Moto2 sont également considérés comme des candidats. De plus, Joe Roberts, actuellement chez Italtrans Moto2, prend langue avec beaucoup de monde en MotoGP. Aprilia serait un premier choix, mais Petronas n’est pas écarté.

Pour que le jeu des chaises musicales s’accélère, il faudrait que Valentino Rossi décide de quitter son fauteuil.  Or il a une option pour 2022 dans son contrat avec Petronas-Yamaha. Elle est cependant liée à certains objectifs de performance. Le contrat de son coéquipier Franco Morbidelli court jusqu’à fin 2022. Cependant, l’Italien de 26 ans a une clause libératoire si une équipe d’usine lui fait une offre. Dans le cas où Rossi ferait ses adieux à Petronas-Yamaha après un an et que Morbidelli resterait dans l’équipe, Morbidelli recevrait la M1 dans les spécifications d’usine actuelles, qui est actuellement conduite par Rossi.

Reste que, pendant ce temps, Raul Fernandez a de jolies cartes à jouer dans son jeu. KTM le sait aussi.

Raul Fernandez Yamaha



Tous les articles sur les Pilotes : Raúl Fernández, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP, Petronas Yamaha Sepang Racing Team