Dans le monde d’avant, faire le tour du monde était une formalité de quelques heures. Puis le coronavirus est arrivé, rappelant que l’idée d’un village planétaire était une illusion. Quitter un pays pour aller dans un autre est redevenu une expédition qui se complexifie encore lorsqu’il faut passer d’un continent à un autre. Or, certains teams de MotoGP ont des pilotes ayant choisi un confinement très loin de leur base. Exemple avec KTM qui travaille à récupérer Brad Binder de son Afrique du Sud natale.

Le coronavirus a changé la donne pour ce qui est des flux de population. En trois mois, l’immensité de la planète s’est rappelée à nous avec des pays fermant leurs frontières, imposant des quarantaines d’accès, tandis que l’aviation civile restait clouée au sol. Le genre de situation qui impacte les activités qui s’étaient données le monde entier comme terrain de jeu. C’est le cas des Grands Prix moto. Les personnels sont aujourd’hui disséminés aux quatre coins du globe. Mais le 19 juillet, il faudra être à Jerez pour le premier Grand Prix…

Le signal a été donné aux pilotes qui doivent maintenant travailler sur leur retour en Europe. Ce qui ne sera pas simple. Pit Beirer, pour KTM, raconte ainsi la situation de Brad Binder, qui habite en Afrique du Sud : « ce n’est pas le plus facile, mais nous travaillons déjà pour ramener Brad en Europe et il y aura certainement un moyen », a déclaré le directeur sportif de la marque à Crash.net.

Cal Crutchlow, Takaaki Nakagami et Jack Miller doivent aussi être récupérés

« Nous avions un plan pour passer par le Qatar, mais cela n’a pas fonctionné. Ce n’est donc pas la chose la plus facile à faire pour le ramener, mais je pense qu’avant la fin du mois, il sera au moins en Autriche ou en Espagne. Nous avons encore du temps, nous ne sommes pas pressés, mais il est aussi temps de commencer le processus. Par exemple, nous devons lui envoyer une lettre justifiant qu’il travaille officiellement pour notre entreprise et qu’il devrait revenir pour son activité. »

« Nous allons récupérer Brad et toute l’équipe est très heureuse d’avoir cette lumière au bout du tunnel qu’il pourrait y avoir un Grand Prix en Espagne à la fin du mois de juillet. Nous l’espérons tous et visons cet objectif. Bientôt, il sera temps de faire revenir les gens, de préparer le matériel et de se préparer pour cette première course. »

Le pilote du team Factory KTM est actuellement chez lui en Afrique du Sud, rejoignant ainsi Cal Crutchlow (États-Unis), Takaaki Nakagami (Japon) et Jack Miller (Australie) qui ont demandé à pouvoir entrer en Europe pour la première manche tant espérée.



Tous les articles sur les Pilotes : Brad Binder

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP