En quelques semaines, KTM a démontré que malgré un gel technique imposé par la réglementation, il était possible de renverser une situation compliquée en pleine saison. Le genre d’exploit que Ducati n’a pas réussi à faire l’an dernier en traînant un problème récurrent d’adaptation aux pneus, maintes fois dénoncé par Dovizioso, tandis que le marasme d’un constructeur de la dimension de Honda montre qu’il n’est pas facile de se sortir d’un mauvais pas. Et pourtant, à Mattighofen, il ne leur a fallu que quatre semaines pour redistribuer les cartes. Depuis le Mugello, Miguel Oliveira n’a plus raté un podium. Et Pit Beirer prévient que ce n’est pas fini…

Mais jusqu’où ira KTM ? Depuis le Mugello et l’avènement d’un nouveau cadre, comme l’adoption d’une nouvelle essence, la RC16 est tout simplement métamorphosée. Avant d’en découdre dans un Grand Prix des Pays-Bas à Assen dès ce week-end, il faut faire un point sur ce renversement inédit dans un MotoGP qui interdit a priori ce genre d’exploit avec une réglementation marquée par le gel technique. Les marges de manœuvre sont donc ténues et n’ouvrent pas la perspective d’une moto totalement repensée.

Et pourtant, les faits sont là : au Mugello, Montmeló et au Sachsenring, Miguel Oliveira a pris 65 points sur 75 possibles, tandis le leader du Championnat du Monde Fabio Quartararo n’en a récolté que 51, soit 14 de moins. Le pilote d’usine Red Bull KTM est septième du Championnat du Monde des Pilotes, à un point de Viñales. Brad Binder est quant à lui huitième du même classement, après la quatrième place en Allemagne. Au championnat du monde des marques, KTM occupe la troisième place derrière Ducati et Yamaha.

Un bilan flatteur, et même étonnant si l’on veut bien se souvenir de la situation des pilotes officiels KTM en entame de saison, avec, notamment un Oliveira déprimé au sujet de la nouvelle allocation de pneus Michelin. Mais l’imprimante 3D a fonctionné à plein pour rectifier un cadre tubulaire unique sur la grille de départ du MotoGP. Avec la nouvelle essence, ce sont les éléments rapportés par la marque autrichienne pour expliquer l’embellie.

Mais en plus des résultats bruts, il y a les tracés sur lesquels ils ont été obtenus. Un contexte qui renforce la conviction du directeur sportif Pit Beirer que KTM répondra désormais présent à tous les rendez-vous du calendrier : « nous étions sur le podium avec notre moto légèrement modifiée sur le troisième circuit complètement différent » signale-t-il après le Grand Prix d’Allemagne. « Notre package a fonctionné au Mugello, à Barcelone et au Sachsenring. Nous avons donc en fait un spectre très large où plus rien ne peut plus nous surprendre ». Et il ajoute : « la saison est encore très longue ».

Une dernière remarque qui amène à cette question : Miguel Oliveira peut-il être la sensation de l’année en raflant le titre mondial en jeu après être parti de très loin ? Beirer calme le jeu en reconnaissant que KTM n’en est pas encore là : « nous étions sous une pression extrême après les premières courses ratées. Le facteur décisif pour nous maintenant est que nous avons pu renverser la situation en peu de temps et que nous pouvons maintenant nous battre pour le podium avec autant de détermination. C’était une étape importante ».

Miguel Oliveira avec Pit Beirer

Pit Beirer prévient qu’il faut prendre soin de Miguel Oliveira

« Le score changera automatiquement positivement dans les prochaines courses si nous parvenons à prendre soin de Miguel de cette manière. S’il parvient à être aussi stable que les dernières fois, il marquera quand même beaucoup de points et gagnera une ou deux places ». Oliveira a récolté 15 points de plus que Quartararo en trois semaines. Il n’est qu’à 26 points de la troisième place du championnat du monde.

Mais Pit Beirer ne veut pas s’enflammer : « notre objectif est bien sûr de toujours finir sur le podium lors des prochaines courses. Ensuite, notre situation au championnat s’améliorera également. Pour le moment, nous sommes heureux d’avoir renversé la situation en premier lieu. Parce qu’il y a quatre semaines, personne ne parlait depuis le podium ».

Il termine sur Speedweek : « les pilotes ont également fait un travail incroyable. Ils sont restés totalement calmes quand c’était notre période difficile. Et ils ont fonctionné immédiatement à mesure que la moto s’améliorait. Nous avons des pilotes vraiment fantastiques. Il faut le mentionner ! ». Certes, mais avec la mention du directeur sportif sur le bon traitement qu’il compte apporter à Oliveira, le message à Brad Binder est aussi d’aider son équipier. Et il arrivera à un moment de la saison que ce soit au détriment de son propre intérêt…

Pit Beirer Oliveira



Tous les articles sur les Pilotes : Miguel Oliveira

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP