Aleix Espargaró en est la preuve : la der de Valentino Rossi sur ses terres en tant que pilote titulaire est un sujet qui va monter en puissance au fur et à mesure que l’on s’approchera de l’échéance de Misano. Un second rendez-vous avec le MotoGP qui sera aussi le dernier avec le héros local, littéralement, puisque son fief de Tavullia n’est pas si loin. Un fait historique qui suscite déjà bien des commentaires. Et l’officiel Aprilia a le sien.

Aleix Espargaró est revenu d’Austin d’où il s’est fait largement entendre sur l’état de la piste texane. Il souhaite moins que tout que d’y retourner et il ne sera pas mécontent de retrouver la piste de Misano qui est la prochaine étape du calendrier MotoGP. Un rendez-vous qui vivra un événement, qui sera les adieux de Valentino Rossi à son public local, puisqu’il sera un retraité à la fin de l’année.

Pour l’officiel Aprilia, la séparation n’aura donc lieu techniquement qu’après l’ultime course à Valence, mais il a fait déjà son discours de départ en l’honneur du Doctor. Une prise de position construite sur une comparaison qui fera peut-être grincer des dents… L’équipier de Maverick Viñales commente ainsi : « je peux dire que j’ai été privilégié. Marc Marquez, par exemple, peut gagner dans les prochaines années et avoir douze titres, mais ce que Valentino a fait, laisser tant de gens nous suivre, en faire l’un des sports les plus suivis au monde, la façon dont il a compris la course… Il est difficile pour quiconque de l’égaler ».

Aleix Espargaró

Pour Aleix Espargaró, Fabio Quartararo a quelque chose de Valentino Rossi

Il ajoute : « même si Fabio a quelque chose de Valentino, c’est très difficile pour lui de l’égaler. C’était super pour moi de courir avec lui. Il est le Michael Jordan des motos et le sera toujours. Cela aurait été plus cool s’il avait pris sa retraite et gagné, mais son amour pour les motos l’a fait prendre sa retraite dans des positions qui ne lui rendent pas justice ».

Voilà Vale au sommet et Marc Marquez habillé pour l’hiver. L’ainé d’un Pol qui est aussi un pilote Repsol Honda ajoute même au sujet de l’octuple titré : « il dit qu’il va bien, que ce n’est pas un problème physique, qu’il doit travailler sur la moto. Dans d’autres courses, il dit que l’épaule souffre.  La Honda n’est certainement pas la meilleure de l’histoire, c’est clair, car je sais à quel point mon frère est rapide et combien il souffre… Mais je ne sais même pas s’il va bien. Je ne peux pas bien le comprendre ».

Cependant, ce qu’il a d’ores et déjà compris, c’est que ses enfants ne doivent pas suivre la même trajectoire que leur père… « c’est un sport à risque“, a-t-il souligné sur celui qu’il pratique professionnellement. « J’ai beaucoup souffert dans ma carrière, j’ai aussi un frère qui en fait, j’étais souvent à l’hôpital et j’ai beaucoup souffert. On m’a demandé ce que j’aimerais pour l’avenir de mes enfants, si j’aimerais les voir en course. Ma réponse a été non, mais je ne veux pas non plus qu’ils pratiquent un autre sport à risque. En tant que père, je vais essayer de les protéger autant que je peux. La moto est un sport avec beaucoup de risques. J’espère qu’ils joueront au tennis » termine-t-il sur Speedweek.

Aleix Espargaró



Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini