Ducati a maintenant une nouvelle moto qui plait à un nouveau groupe de pilotes dont les résultats mettent la marque de Borgo Panigale en tête du classement des constructeurs. Cependant, si cette diversité des résultats est la démonstration d’une belle polyvalence de la machine, elle crée un dilemme dans la quête du titre mondial qui compte vraiment : celui des pilotes. Car pendant que les quatre champions en GP21 se partagent les points, l’unique Fabio Quartararo engrange seul pour Yamaha. Davide Barana, directeur technique de Ducati Corse, fait le bilan de la saison MotoGP 2021 après le doublé de Spielberg et apporte son analyse sur cette situation.

Ducati a abordé cette saison 2021 avec une équipe de pilotes renouvelée comme rajeunie. Jack Miller (26 ans) et Pecco Bagnaia (24 ans) ont rejoint l’équipe officielle Ducati Lenovo en lieu et place de Dovizioso et de Petrucci. Au sein de l’allié Pramac on trouve à présent Johann Zarco (31 ans), et le rookie Jorge Martin (23 ans). Tous les quatre sont sur la GP Desmosedici 21. Avant l’échéance de Silverstone de ce week-end, les deux équipes ont sept podiums chacune cette saison, dont deux victoires par Miller et la première victoire de Pramac par Martin. Deux autres rookies, Enea Bastianini (23 ans) et Luca Marini (24 ans), pilotent une Desmosedici GP19 chez Avintia.

Dans le championnat des constructeurs, Ducati a pris la tête à Spielberg, mais dans le championnat des pilotes, l’écart avec le pilote d’usine Yamaha Fabio Quartararo est important après onze des 18 Grands Prix attendus. Bagnaia a 47 points de retard depuis sa deuxième place au Championnat du Monde prise à Zarco désormais 4e et à 49 points après sa chute au Grand Prix d’Autriche. Miller (5e) n’a marqué que cinq points lors des trois dernières courses et compte 76 points de retard.

Pendant ce temps, le seul Fabio Quartararo revendique quatre victoires et sept podiums. Le Français présente après 11 courses pratiquement le même bilan que Ducati partage entre ses quatre pilotes. Et même mieux puisqu’il compte une victoire de plus. Que pense l’ingénieur Davide Barana de cette conjoncture ? De son point de vue de technicien, il est d’abord satisfait. Car cette physionomie montre qu’il a bien travaillé avec son équipe pour donner une moto efficace entre toutes les mains : « nous sommes plutôt contents, mais pas parfaits » dit-il. « Nous sommes devant dans le championnat des constructeurs, mais dans le championnat des pilotes, l’écart est un peu plus grand. Cela signifie que nous devons travailler dur pour combler cette lacune. »

Puis le directeur technique de Ducati Corse a ajouté sur Speedweek: « si, en revanche, je donne un retour purement technique, je dirais que nous sommes très heureux. Pour un constructeur, c’est une belle récompense de voir qu’une moto se comporte bien avec différents pilotes qui ont des styles de pilotage différents et sur des circuits assez différents. Nous sommes donc très heureux et je pense que les résultats nous récompensent pour nos efforts non seulement de cette année, mais aussi pour ceux accomplis lors des années précédentes. »

Italie Ducati

Ducati : la prochaine moto sera encore meilleure

La vitesse de pointe est toujours l’arme notoire de Ducati, mais la Desmosedici GP semble également devenir plus conviviale pour le pilote lorsqu’il s’agit de négocier les virages. « La Ducati a toujours été considérée comme peu forte pour changer de direction, et c’était peut-être le cas à certains moments », a admis Barana. « Mais j’ai déjà souligné ces dernières années que nous avons travaillé très dur sur le châssis, ainsi que sur nos points forts ainsi que sur le moteur et l’aérodynamisme, afin d’améliorer les virages. Ce processus prend un certain temps car il faut plusieurs étapes pour confirmer que quelque chose fonctionne avant de passer à l’étape suivante. Les jours d’essai limités avec les pilotes officiels allongent encore le processus. Mais je crois que les résultats que nous voyons maintenant sont les résultats de ce processus ».

« Bien sûr, la nouvelle équipe de pilotes est également utile », a ajouté Barana. « Parce que le comportement de l’ensemble, c’est-à-dire le pilote et la moto, est un mélange de celui du pilote et de la moto. Je pense que certains des pilotes de notre équipe actuelle sont très bons en virage, tandis que d’autres sont plutôt bons. C’est certainement une combinaison des deux facteurs. »

Barana précise : « ce genre de, appelons-le, ‘biodiversité’ des pilotes nous aide beaucoup dans le développement de la moto. Car la force d’un pilote réside dans un aspect, celle d’un autre dans un autre. Et si vous avez un pilote, par exemple, dont les performances sur les freins ne sont pas particulièrement bonnes, il sera plus sensible lorsque vous ferez quelque chose dans ce domaine pour améliorer ses sensations. En même temps, cela profitera également au pilote, qui est généralement déjà fort sur les freins et n’en demande pas plus car il s’y sentait déjà fort. C’est un mécanisme de compensation qui permet d’améliorer la moto dans son ensemble sans se focaliser sur un seul aspect ou l’autre ».

La Desmosedici GP21 est-elle la meilleure Ducati qui n’ait jamais existée ? « Je crois que Ferrari a dit que la meilleure voiture jamais construite est la suivante. Je pense que cela s’applique également à nous », a déclaré le directeur technique de Ducati Corse. « Comme je l’ai dit, d’un point de vue purement technique, nous sommes assez satisfaits car nous pouvons voir que différents pilotes se comportent bien et que nous sommes meilleurs sur des pistes où nous n’étions pas aussi forts dans le passé. Mais nous avons encore beaucoup d’idées que nous voulons mettre en œuvre, donc je suis convaincu que la prochaine moto sera encore meilleure. »

Davide Barana



Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia, Jack Miller, Johann Zarco, Jorge Martin

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team