Alors que l’on a vu cet hiver Alex Marquez ou encore Pol Espargaro au guidon d’une RC213V-S, le retour anticipé de Marc Marquez au guidon de la même machine à Barcelone puis Portimao engendre de nombreux débats infondés. Pourquoi Marc Marquez pourrait rouler sur une telle machine, si proche d’une MotoGP, alors qu’une sanction avait été infligée à Fabio Quartararo l’an dernier, pour non-respect du règlement, en roulant sur une R1M préparée ?

La RC213V-S est une machine directement inspirée des prototypes MotoGP de 2013 et 2014, la RC213V, et a également inspirée de la RCV1000R engagée en 2014, à l’époque en catégorie CRT. L’ADN du MotoGP y est donc grandement présent. Mais en dépit de son allure de prototype, il y a un certain nombre de disparités, qui en font une machine de série et non une MotoGP, même si elle en conserve un look très similaire. Elle était d’ailleurs homologuée route, pour la somme de 188.000 € en version bridée à 159 ch, et peut passer à 212 ch avec un kit course vendu 13.000€ !

 

 

Le règlement des Grands Prix FIM MotoGP concernant la pratique d’essais détaille le type de machines autorisées dans l’article 1.15.1. c) Entraînement et familiarisation :

« La formation du pilote et la familiarisation avec un circuit sont autorisées à tout moment et sur tout circuit dans les conditions suivantes :

  1. Une telle activité en piste n’est pas autorisée dans les 14 jours précédant un Grand Prix sur un circuit sauf autorisation de la Direction de Course.
  2. Pour les motos dont la cylindrée est équivalente à celle de la catégorie dans laquelle le pilote est inscrit, seules les motos homologuées route de série peuvent être utilisées.

Pour des raisons de sécurité, il est permis d’apporter les modifications suivantes, qui doivent être notifiées au directeur technique au préalable :

– Roues
– Étriers de frein, maîtres-cylindres, conduites et disques (les disques en carbone ne sont pas autorisés)
– Suspension avant et arrière
– Enlèvement de pièces existantes (ex. rétroviseurs, phares, etc.)
– Pneus (pneus disponibles dans le commerce tels qu’approuvés par le Directeur technique, NB. les pneus utilisés en Championnat du Monde MotoGP ne sont pas autorisés)
– Repose-pieds, guidons et leviers de commande
– Echappement
– Un carénage dans un matériau différent est autorisée, mais la forme doit être identique à l’original (sauf pour le masquage des zones pour masquer les phares, etc.) »

 

Un des avantages d’être multiple Champion du Monde avec Honda est que la marque vous donne de belles motos avec lesquelles vous amuser de temps en temps. Un autre avantage est que vous avez suffisamment d’argent de côté pour faire peindre les carénages de la machine aux couleurs de votre MotoGP.

Ainsi, les frères Marquez ont été dotés de RCV213V-S pour leurs entrainements hivernaux. Ce choix délibéré engendre de nombreux débats houleux, mais cette moto est homologuée pour la route respecte à la lettre le règlement FIM MotoGP, même équipée du kit course, que l’on aperçoit sur les photos des roulages de Marc Marquez, celui-ci étant disponible au catalogue HRC et conforme aux éléments détaillés ci-dessus.

 

 

Il est évident que cette machine a un ADN issu de la MotoGP, mains elle reste loin de la RC213V sur laquelle les pilotes Honda vont participer au Championnat du Monde : le moteur est certes un V4 de 999 cc, mais équipé de soupapes classiques plutôt qu’à rappel pneumatique, avec un ordre d’allumage de type screamer et non big-bang, et développant « seulement » 212 ch avec le kit course (ce qui n’a rien à envier à une Panigale de série). L’électronique y est bien plus limitée, les suspensions, les freins, et de nombreuses autres pièces spécifiques au prototype MotoGP n’équipent pas cette machine.

Enfin, pour être conforme au règlement, la moto d’entrainement de Marc Marquez n’est pas équipée de data-logger, alors que la R1M de Fabio Quartararo avait un système d’acquisition de données l’an dernier au circuit Paul Ricard. C’est pour cela que le Français avait été sanctionné et privé des 20 premières minutes de la FP1 lors du Grand Prix d’Espagne 2020. Quant aux nombreuses personnes qui gravitent autour de sa machine, c’est également l’avantage d’être multiple Champion du Monde, qui plus est en convalescence : une équipe technique est aux petits soins pour vous.

Les pilotes Yamaha s’entrainent en R1M, les pilotes Suzuki en GSXR-1000, les pilotes KTM ont été vus en piste cet hiver avec des Yamaha, la marque autrichienne n’ayant plus de sportive de série au catalogue.

En ce qui concerne les pilotes Ducati, ils s’entrainent en Panigale V4S, dont la cylindrée est de 1100 cc, plutôt qu’en V4R ou Superleggera qui ont une cylindrée de 1000 cc, comme les prototypes MotoGP, mais dont la production est plus limitée. Ces motos sont très similaires en termes de performances à leurs prototypes, même si avec une puissance de 226 ch (avec la ligne Akrapovic) , elles rendent quasiment 70 cv aux machines de MotoGP.

 

 

Rien ne les empêcherait de rouler en Superleggera ou même Desmocedici RR, si ce n’est que la marque de Bologne semble vouloir garder une série vraiment limitée de ces exemplaires pour ses clients, la Superleggera V4 n’existant qu’à 500 exemplaires numérotés et la Desmocedici RR, d’une cylindrée de 990 cc et d’une puissance de 200 ch, a été produite à 400 exemplaires initialement, puis la production a été portée à 1500 exemplaires.

Il semble que le retour de Marc Marquez n’ait pas fini de faire couler de l’encre !

 



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team