On l’oublie trop souvent, mais en plus d’alimenter les communiqués de presse Ducati et de répondre aux journalistes lors des visioconférences, Jack Miller prend la peine de faire un compte rendu de chacune de ces courses sur son site personnel.

Inutile donc de s’en priver, surtout après la course mouvementée mais décevante du pilote officiel Ducati qui partage également son point de vue sur l’incident qui l’a opposé à Joan Mir…


Déçu au GP de Doha

Bonjour à tous,

Donc, neuvième à nouveau au Qatar, comme le weekend dernier, et un peu plus près de la tête, mais pas la même course pour moi ce weekend. C’est un peu fou que j’ai été à un peu plus de cinq secondes de la victoire et que je sois revenu de là où j’étais, mais c’est le MotoGP de nos jours, et c’est aussi ce qui arrive quand on passe aussi longtemps sur un circuit, après les essais et la première course. Mais ce n’est pas ce que vous voulez entendre, n’est-ce pas ?

Bref, allons au 13ème tour. Je viens de faire le tour le plus rapide dans le tour précédent et je suis calé en cinquième position, et puis je me retrouve avec (Joan) Mir deux fois dans le même tour. Avant ça, il y a eu quelques contacts, mais c’était juste la façon dont la course se déroulait, un peu de contact ici et là. Personne ne semble vraiment se préoccuper de savoir où sont les autres sur la piste, donc…

Pour en revenir à Mir, c’était une de ces choses où nous avons tous les deux vu ce qui s’est passé, nous avons continué à courir après ça, donc je n’ai pas grand chose à dire de plus sur cet aspect des choses. J’avais été heurté trois fois avant, je pense, donc il semblait que c’était la façon dont nous allions courir ce jour-là. C’est tout. Quant à un drapeau noir alors que l’incident était en cours d’investigation, eh bien, si j’avais reçu un drapeau noir c’est que quelque chose avait dû mal se passer, mais la direction de course a fini par appeler ça un incident de course.

Je n’en ai pas parlé à Mir après la course : ll m’a regardé après la course sur le tour de ralentissement et je l’ai regardé, on s’est fait un petit signe de la main, et j’ai dit que c’était comme ça que la course se passait, plus ou moins. A part ça, nous n’avons pas parlé. Donc, c’est comme ça.

J’ai pu attaquer après l’incident de Mir, appelons-le ainsi, et j’ai pu réduire l’écart, mais j’ai commencé à souffrir du syndrome des loges dans le bras droit, et dans les quatre derniers tours, je ne pouvais même pas sentir le levier de frein. Je ne veux pas rouler comme ça, je me sentais capable d’attaquer dans tous les autres domaines jusqu’à la fin, donc je dois faire quelque chose à ce sujet. J’ai un peu eu le syndrome des loges la semaine dernière aussi, mais c’était pire cette fois, donc nous devons comprendre pourquoi et faire quelque chose cette semaine. La chirurgie pourrait être une option que nous devrions faire le plus vite possible si c’est le cas. Je ne veux absolument pas qu’une autre course se termine comme ça, donc nous allons étudier ce que je peux faire une fois de retour en Europe(Jack Miller a été opéré dès son arrivée en Europe).

Je n’ai pas eu grand-monde avec qui me battre, en particulier dans les deux derniers tours, et je suis passé de la septième à la neuvième place dans les derniers virages avec Mir et Brad (Binder) qui m’ont dépassé. Donc, neuvième à nouveau.

Le weekend dernier ici, ce n’était pas génial non plus, c’est assez évident, mais on parlait déjà de “il faut absolument gagner” et tout ça avant cette course. Les choses ne se sont pas passées comme je le voulais aujourd’hui, mais il est encore très tôt dans le championnat. L’objectif était le même ce week-end que tous les autres week-ends, essayer au maximum d’arriver au sommet ou aussi près que possible. C’est tout. Nous n’avons pas fait mieux que le premier weekend ici mais le championnat est long et nous avons un package rapide.

La moto est bonne, il n’y a aucun doute là-dessus, Ducati a fait les deux pole ici, et Johann (Zarco) et Jorge (Martin) sont montés sur le podium aujourd’hui, donc il faut leur rendre justice.  C’est donc quelque chose de positif pour moi, la moto est rapide, et je dois juste faire un meilleur travail avec elle.

Je ne sais pas pour vous, mais je suis assez impatient d’avoir un week-end de repos et une chance de rouler ailleurs, ce qui est bien parce que c’est ce qui nous attend. Portimao est le prochain circuit dans quelques jours, et je vous parlerai de là.

Au revoir, Jack



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team