Ce week-end c’est le Grand Prix de Styrie qui se jouera sur un Red Bull Ring qui recevra ensuite le Grand Prix d’Autriche. Deux rendez-vous au calendrier de la saison 2021 évalués comme à haut risque pour le leader du championnat Fabio Quartararo. Car il a une Yamaha, qui n’a guère brillé l’an passé sur ce tracé aussi appelé Spielberg, au contraire des Ducati qui n’y ont jamais déçu depuis 2016. Justement, trois pilotes en Desmosedici sont à sa poursuite dans la course au titre. Mais le Français garde la tête froide, démontrant ainsi qu’il s’est métamorphosé cette année…

Le Fabio Quartararo de la saison 2021 n’est plus, sur la piste, celui que l’on connaissait jusque-là. Un changement qui lui permet d’affronter l’adversité avec moins de fébrilité tout en regardant le chemin parcouru sans concession. Un parcours semé d’embuches qu’il n’a pas été si facile de surmonter. Ainsi, lorsqu’il est entré dans la catégorie Moto3 en 2015, il était considéré comme un “enfant prodige” et un “nouveau” Marc Marquez. Car en 2013 et 2014, il avait dominé le Championnat du Monde Junior Moto3. Mais en Grand Prix, les succès ne sont pas venus.

Pourtant, dans la plus petite classe, Quartararo a piloté pour les meilleures équipes Estrella Galicia et Leopard. “J’ai eu des moments difficiles, mais je pense que cela a aidé à être plus fort ensuite“, a-t-il déclaré à ‘The Race‘. Au début, tout s’est déroulé comme prévu. Lors de sa deuxième course Moto3 à Austin, Quartararo a terminé deuxième sur le podium pour la première fois. A Jerez et au Mans, il est parti de la pole position. Le podium suivant est venu à Assen. Mais il n’y a pas eu de victoires.

En automne, Quartararo s’est blessé à la cheville droite lors d’une chute à Misano. En conséquence, il a raté un total de cinq courses. Le Français a rejoint l’équipe Leopard pour sa deuxième saison en Moto3. C’était l’équipe qui avait remporté le titre avec Danny Kent. Quartararo était donc l’un des favoris pour le sacre, mais 2016 a été une saison à oublier. Deux quatrièmes places ont été ses meilleurs résultats. Il a également été éclipsé par son coéquipier Joan Mir, qui était un débutant à l’époque. “Au début, j’avais toute la pression, mais il y a eu aussi la décision de Leopard. Cela aurait dû être Honda, mais au dernier moment c’était KTM. Je n’étais pas content de la personne qui s’est occupée de ma carrière. ”

De mi-2015 à fin 2017, début 2018, c’était vraiment mauvais. Très mauvais“, admet-il rétrospectivement. L’essentiel n’était que deux deuxièmes places comme meilleurs résultats de Quartararo en Moto3 en deux ans. Néanmoins, il a été promu en Moto2 en 2017. Sito Pons a engagé Quartararo pour succéder à Alex Rins. Mais encore une fois, il n’y a eu aucun résultat. La sixième place était le meilleur résultat du tricolore lors de sa première saison en Moto2. Puis, en 2018, il a rejoint l’équipe de Luca Boscoscuro. Comme sorti de nulle part, Quartararo a célébré sa première victoire en Grand Prix à Barcelone et a pris la deuxième place à Assen. Ces deux courses ont changé sa carrière.

Fabio Quartararo

Quartararo et le vrai rôle d’Éric Mahé

Fabio Quartararo se souvient de cette période qui a été un revirement : « sur le chemin du retour d’Assen, Eric Mahé m’a dit qu’il y avait une option pour passer à Petronas. Je lui ai demandé s’il voulait dire Moto2, mais il a dit : ‘Non, MotoGP !’. Deux podiums et une victoire a complètement changé ma carrière ».

Quartararo a saisi cette opportunité, qui était donc loin d’un plan prémédité élaboré dans les coulisses du constructeur Yamaha, pour prendre ses quartiers dans la nouvelle équipe cliente du constructeur d’Iwata. On connait la suite : en 2019, il est devenu le meilleur rookie de l’année avec sept podiums. Ses trois premières victoires en MotoGP ont suivi en 2020. A présent, en tant que pilote d’usine Yamaha, il a remporté quatre courses au cours de la première moitié de la saison 2021 et mène le classement du championnat.

Le tricolore entame la seconde moitié de la saison MotoGP en 2021 avec une avance de 34 points au classement général. C’est plus qu’une victoire de course. Néanmoins, Fabio ne s’enflamme pas et sait que la suite de la bataille n’aura rien de facile : « le top 5 et Miguel Oliveira seront très forts dans la seconde moitié de la saison », a souligné Quartararo sur motogp.com. Johann Zarco est son premier poursuivant à 34 longueurs. Francesco Bagnaia à 47 points, le champion en titre Joan Mir à 55 et Jack Miller à 56 sont les autres noms.

L’as de KTM Oliveira a 71 points de retard à la mi-temps et il est septième du Championnat du monde. Le Portugais a marqué 76 points lors des quatre dernières courses. Quartararo a également récolté 76 points au cours de la même période.

L’année dernière, Oliveira a remporté sa première victoire en MotoGP à Spielberg. Avant cela, Ducati y avait remporté cinq victoires consécutives. Mais Quartararo ne croit pas qu’il n’a aucune chance sur la piste qui fait la part belle à la puissance des missiles V4 d’Italie et d’Autriche : « en 2019, je suis monté sur le podium là-bas » rappelle-t-il. Mais c’était plus difficile l’an dernier. Le pilote Yamaha avait alors terminé septième et huitième. « Nous devons essayer d’en tirer le meilleur parti car nous savons que ce n’est pas la meilleure piste pour nous » reconnait-il. Cependant, il conclut : « mais je suis très motivé. Je me considère comme l’un des pilotes qui peuvent se battre pour la victoire dans toutes les courses ».

Fabio Quartararo



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP