Chez Ducati, le jeu des chaises musicale a été lancé avec l’officialisation de Jack Miller dans le team usine pour 2021, et une option pour 2022. Ce qui fait court, mais il y a une raison à cela que l’on va découvrir. Pour le moment, celui qui reste debout est Danilo Petrucci, alors qu’une place chez Pramac est désormais libre. Mais il faut un profil particulier pour y prétendre. Carlo Pernat le décrit, et il ne correspond pas à Johann Zarco, au contrat Ducati et placé chez Avintia…

Chez Ducati, on a lancé l’organisation de son organigramme pour 2021. Le tout avec l’idée d’une contrainte budgétaire imposée au sortir de la pandémie du Coronavirus qui ouvre sur une crise économique. Une ambiance qui plombe les négociations sur le renouvellement d’Andrea Dovizioso. En attendant, Jack Miller a été officialisé pour une combinaison rouge. Pour un an seulement. Pourquoi ? « Chez Ducati, ils ont toujours passé des contrats de deux ans, mais ils ont changé de stratégie pour l’équipe officielle et pour Pramac. Chez Ducati, ils espèrent sortir un nouveau Stoner du chapeau et, par conséquent, ils veulent toujours une place libre » explique Carlo Pernat.

Le chroniqueur sur GPOne, manager de pilotes et ancien directeur sportif chez Aprilia connait bien le milieu. Reste qu’avec cette stratégie, Ducati s’expose aussi. Imaginez que le pilote au contrat d’un an se révèle comme Fabio Quartararo… Avec l’obligation d’une saison seulement, il peut aller voir aussi vite ailleurs qu’il est arrivé…

Mais il en est ainsi chez Ducati. Où il y a une place de libre chez Pramac. Elle ne sera pas pour Danilo Petrucci qui devra aller en WSBK s’il veut continuer à piloter une Ducati : « Danilo a trois pistes en ce moment. La première est celle de Superbike avec Ducati qui formalisera une offre pour les deux prochaines années. La seconde est celle d’Aprilia mais il faudra voir la situation de Iannone. Alors que la troisième pourrait être d’aller à l’équipe de Lucio Cecchinello , mais Honda aura un droit de veto sur cette selle au cas où Crutchlow s’arrêterait ». Et dans ce cas, loin d‘être acquis, Honda regardera sans doute plus du côté de Pol Espargaró

Un Bagnaia décevant ouvrirait une seconde opportunité chez Pramac 

Dès lors, chez Pramac, ce sera un jeune, aux côtés de Bagnaia qui, cependant, doit faire attention : « le contrat de Bagnaia expire à la fin de l’année et s’il répète une saison comme l’année dernière, je ne pense pas que Ducati le confirmera. Donc pour l’année prochaine, il peut y avoir deux guidons chez Pramac en 2021. Martin est une option, puis il y a les différents Bastianini et Baldassarri » commente Carlo Pernat.

Deux jeunes d’un coup, ce serait un risque. De fait, il faudrait un vétéran, et on pense toute de suite à Johann Zarco, déjà au catalogue Ducati. Mais Carlo Pernat refroidit nos ardeurs : « je pense vraiment que non. Il pourrait aller chez Pramac mais la politique est maintenant d’aller chercher des jeunes, nous sommes dans une période de vieillissement du MotoGP. Johan est seulement allé fort avec Yamaha, il ne s’est jamais adapté à la KTM et à la Honda ».

Une dernière remarque, surtout sur la Honda, qui mérite d’être discutée. Mais cet avis défavorable de Carlo Pernat sert aussi à avancer une option chère à l’Italien et à certains chez Ducati : un retour fracassant d’Andrea Iannone dans son ancien team. Encore faudra-t-il qu’il gagne en appel au sujet de sa condamnation le suspendant jusqu’en juin 2021 pour cause de dopage.



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac