C’est le Valentino Rossi patron de la VR46, plus que le Doctor pilote qui a fait l’objet de toutes les attentions lors de la conférence de presse d’avant le Grand Prix d’Espagne qui s’ouvre ce vendredi à Jerez. L’événement, en effet, pour les hommes de Tavullia, est cet important partenariat avec des décideurs de premier plan d’Arabie Saoudite. Un rapprochement qui interpelle mais dont le résultat reste la mise en place d’un ambitieux projet en MotoGP pour la période 2022-2026. Vale assure que la catégorie en profitera aussi tandis qu’il pourrait même se retrouver avec son propre parc à thème… Comme Ferrari à Abu Dhabi.

L’arrivée de l’argent saoudien dans l’aventure VR46 en MotoGP ruissellera-t-il sur toute la catégorie dévolue au Grand Prix? Aurons-nous demain une synergie que l’on connait dans le monde du football ? On en n’est certes pas encore là, mais lorsque l’on découvre les ambitions illimitées et revendiquées des investisseurs citées, on a comme le vertige. Le tournis est d’ailleurs garanti à cette évocation d’une idée d’un parc à thème dédié à l’œuvre globale du nonuple titré. Tout est apparemment possible. L’actuel pilote Petronas Yamaha ne s’en cache d’ailleurs pas, précisant dans sa conférence de presse : « on parlait aussi d’un parc à thème VR46, ce serait bien de l’avoir. À Abu Dhabi, il y en a déjà un de Ferrari ». Tavullia se retrouverait ainsi au niveau de Maranello.

Mais revenons à Aramco. Vale précise : « le projet MotoGP est un bon projet, nous sommes heureux, sans ce partenariat avec Aramco il aurait été très difficile de le réaliser. C’est un sponsor très important pour le MotoGP lui-même, il est déjà présent en Formule 1. Nous sommes très satisfaits ». Et il insiste : « je suis fier de ce projet, nous avons commencé il y a 10 ans en aidant mon frère Luca Marini, Migno et Morbidelli et maintenant nous arrivons au MotoGP. C’était un bon voyage, il y a beaucoup de gens impliqués dans le projet, et faire une équipe en MotoGP c’est la boucle. Au VR46, beaucoup travaillent sur ce projet. Nous travaillons depuis 10 ans pour aider les pilotes et nous aidons également la Fédération italienne ».

Rossi : « je n’exclus pas complètement la possibilité de courir dans mon équipe »

Une œuvre pour les autres, mais aussi une possible planche de salut pour lui : « le Team n’est pas lié à mon avenir, je suis un pilote Petronas, nous déciderons cette année de continuer ou non, comme je l’ai déjà dit, beaucoup dépendra des résultats. Je n’exclus pas complètement la possibilité de courir dans mon équipe, mais ce sera très difficile, même si dans ce monde tout change rapidement. Quant aux motos, tout est encore ouvert, nous avons plusieurs options dont Yamaha, Aprilia, Ducati, Suzuki, rien n’est exclu ».

Petronas ne peut donc rien n’exclure non plus. Les Malaisiens vont devoir rester sur le qui-vive. Y compris s’ils veulent garder Franco Morbidelli.

 



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team