Ce vendredi 27 août 2021, Miguel Oliveira a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Silverstone, au terme de la première journée du Grand Prix de Grande-Bretagne.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote portugais, qui a connu une première journée délicate et bouclée à la 19e position.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Miguel Oliveira sans la moindre mise en forme.


 

Miguel, vous avez connu une première journée pour le moins difficile…

« Oui, il n’y a aucune raison d’être content de cette journée. Je n’ai tout simplement pas eu de bonnes sensations. La matinée a mal débuté avec un problème d’emblée sur les freins. Par la suite j’ai tout de même pu remonter sur la moto et faire quelques bons tours, mais nous n’avons pas pour autant réussi à obtenir de bons retours techniques. Dans l’après-midi nous avons donc continué de travailler pour comprendre ce dont nous avions besoin pour demain. »

Le tour ici est assez long, est-ce que cela rend le travail sur les réglages plus difficile ? Par ailleurs, est-ce que la température et le vent constituent des problèmes ?

« Le tour est certes long, mais cela ne rend pas le réglage de la moto plus ardu. En revanche les températures fraîches nous causent des difficultés, surtout pour faire chauffer les pneus et avoir un bon feedback de leur part. Nous ne pouvons que faire mieux, et nous sommes impatients d’être à demain. »

Pouvez-vous nous dire dans quelles portions du circuit vous ressentez le plus le vent ?

« Ce n’est pas vraiment perturbant je dois dire, c’est juste que nous recevons de l’air frais sur la moto, et cela a pour conséquence de refroidir les pneus. »

C’est la deuxième course où vous expliquez subir des problèmes au niveau des freins. Est-ce de la faute de Brembo, ou de vos réglages ?

« Non, ces problèmes de freins ne sont pas à cause de Brembo, c’est davantage lié aux dispositifs que nous avons essayé de mettre en place pour faire monter les pneus en température. »

Vous avez fait partie des rares pilotes à tester le pneu dur à l’arrière. Était-ce difficile de monter celui-ci en température, et quel était le niveau de grip en général sur la piste ?

« J’ai en effet fait partie des quelques pilotes à avoir essayé le pneu dur à l’arrière, et je dois dire que le feeling n’a pas été fantastique. Nous allons donc effectuer un autre choix de pneus demain lors des FP4, et nous aurons aussi plus de temps pour analyser et comparer les différentes gommes à notre disposition. »

Avez-vous senti des bosses ou toutes autres aspérités sur la piste ? Certaines de ses portions ont en effet été récemment re-surfacées…

« Non, la piste est plutôt bien. De ce que je me souviens, mes sensations sont sensiblement les mêmes que la dernière fois où je suis venu ici. La piste est toujours aussi belle, et le niveau de grip est correct. Mais c’est vrai que le fait de ne plus avoir toutes ces bosses qui étaient présentes par le passé, cela change la vie. Ce qui est clair, c’est que le travail qui a été accompli a été bien fait. »

 

Résultats de la FP2 du Grand Prix de Grande-Bretagne MotoGP :



Tous les articles sur les Pilotes : Miguel Oliveira

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP