Ce vendredi 27 août 2021, Pol Espargaró a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Silverstone, au terme de la première journée du Grand Prix de Grande-Bretagne.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, auteur d’une belle performance aujourd’hui avec l’obtention du quatrième chrono.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Pol Espargaró sans la moindre mise en forme.


 

Pol, c’est probablement l’un de vos meilleurs vendredis jusqu’ici avec Honda. Est-ce dû au circuit, ou bien aux progrès que vous avez pu réaliser avec votre machine ?

« C’est clair que ce fut une bonne journée, mais pour être honnête je pense que c’était encore mieux au Mans, car là-bas j’étais dans une meilleure forme. Mais comme vous l’avez dit, tout s’est bien passé aujourd’hui, si on met de côté le pneu medium qui était un peu trop froid, et je n’étais pas très sûr de moi, surtout avec les accidents qu’on a pu voir. Au final je n’ai pas beaucoup attaqué avec les pneus medium pour trouver un bon rythme, mais j’ai tout de même une bonne idée des portions où je peux attaquer pour essayer de trouver la limite. Mais je ne me plains pas car pour le moment car tous les voyants sont au vert : Les températures, la moto. Tout fonctionne bien. »

“Tous les voyants sont au vert”

 

Comment avez-vous vécu l’accident de Marc [Márquez] ? Vous étiez juste derrière lui…

« J’ai vu son accident, et on peut être sûr que c’est lié au fait que ses pneus étaient froids. Il venait tout juste de sortir de la voie des stands. Je pense que ce n’est pas vraiment une erreur de pilotage, c’est quelque chose qui pourrait nous arriver à tous. »

 

 

Pouvez-vous nous dire ce qui a été mieux aujourd’hui ?

« Oui, c’est très facile : La température est plus basse que d’habitude, ce qui procure plus de grip avec le pneu soft. En règle générale, vous avez plus de grip dans ces conditions, et si vous vous souvenez des conditions au Mans, vous vous rendez compte qu’elles étaient alors très similaires. Chez la plupart des constructeurs pour qui j’ai piloté, mon coéquipier avait toujours plus de difficultés que moi quand les températures étaient plus froides et que le niveau de grip était plus élevé : Ils ne parvenaient pas à gérer ce grip, mais pour moi c’était en revanche un gros avantage. »

« C’est comme ça, certaines personnes sont rapides avec un faible de grip, et moi c’est l’inverse. Le problème est que vous avez plus d’endroits avec un haut niveau de grip. Plusieurs fois cette année j’ai expliqué que je manquais de grip, notamment à l’arrière, ou bien que je ne pouvais pas bien l’exploiter, mais ici tout semble plus simple de ce point de vue. Mais nous devons continuer à travailler. Il s’agit simplement du début du weekend, et d’autres problèmes peuvent surgir. »

“Tout semble plus simple ici au niveau du grip”

 

Vous venez d’expliquer que votre performance du jour était essentiellement due au grip, mais il semble que la Honda, qui est une moto courte, soit particulièrement bien adaptée pour ce circuit. Est-ce votre avis ?

« Sur le papier, ce circuit est vraiment favorable aux Yamaha, et Fabio Quartararo l’a bien démontré aujourd’hui. Après, on peut aussi dire qu’un circuit rapide comme celui-là, avec des virages rapides, est censé aussi être propice aux Ducati. En ce qui concerne notre moto, ce n’est peut-être pas le meilleur endroit bien sûr, mais le nouvel asphalte nous procure vraiment plus de grip, et cela nous aide vraiment, en particulier dans les entrées de virages. Nous pouvons stopper la moto plus rapidement et freiner vraiment tard, je peux plus facilement utiliser le frein arrière et ouvrir les gaz plus tôt, j’ai moins de patinage. Ce sont des conditions que j’affectionne, et que je n’avais rencontré qu’au Mans jusqu’ici cette saison. »

 

 

Êtes-vous optimiste pour le reste du weekend ?

« Au final nous n’avons rien fait de concret aujourd’hui. Les résultats que nous avons obtenus aujourd’hui comptent pour du beurre, et demain tout le monde va être en mesure de progresser sur ses chronos. Rien n’est fait, et donc nous devons continuer de travailler pour être toujours plus rapides d’une séance à l’autre. Même si les sensations sont bonnes nous devons donc bien comprendre où nous sommes faibles et où nous pouvons progresser. »

 

Résultats de la FP2 du Grand Prix de Grande-Bretagne MotoGP :



Tous les articles sur les Pilotes : Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team