Jack Miller était depuis trois Grands Prix en totale perte de vitesse, laissant filer le championnat et se retrouvant à nouveau sur la défensive pour ce qui est de son poste de pilote au sein de l’usine de Borgo Panigale. Car dans le même temps, Jorge Martin s’affirmait, enthousiasmant tout le staff Ducati. Une situation qu’il avait connue en entame de saison et il faut croire qu’il aime ça puisque le voilà second au terme de cette première journée du Grand Prix de Grande Bretagne…

Jack Miller a retrouvé la forme. En ce vendredi à Silverstone, il a toujours été aux avant-postes lors des deux séances d’essais libres. Certes, au terme de la FP2, il a perdu une demi-seconde face au pilote d’usine Yamaha et leader du championnat du monde Fabio Quartararo, se contentant donc de la deuxième place, mais le pilote d’usine Ducati était satisfait.

« C’était une très bonne journée, je me suis tout de suite senti bien. Surtout, c’était bien de rouler à nouveau ici à Silverstone : une vraie piste à l’ancienne avec de nombreux virages différents. C’était juste bon et c’était vraiment cool de comparer mon sentiment d’aujourd’hui avec 2019 et de voir à quel point la moto s’est développée pendant cette période, et pour le mieux », a souligné le pilote d’usine Ducati. « Surtout dans le premier secteur, dans les changements de direction rapides, le pas est grand. C’est l’un de ces moments où vous pensez à quel point la moto fonctionne bien et jusqu’où nous sommes allés avec. »

Jack Miller devant son collègue Ducati Johann Zarco

Jack Miller : “c’est définitivement mieux”

La Desmosedici GP21 est moins exigeante physiquement, a confirmé l’Australien de 26 ans. « Définitivement, c’est surtout ça. C’est aussi plus facile d’avoir le bon timing dans cette première séquence, mais d’un point de vue physique, la moto facilite beaucoup ces changements de direction maintenant, il ne faut pas forcer autant. C’est définitivement mieux.  C’est pourquoi j’ai hâte d’aller sur des pistes comme le Texas où nous avons beaucoup de ces changements rapides de gauche à droite. Et le problème avec ça, c’est que si vous en manquez un, vous avez terminé pour tout le tour. C’est donc une caractéristique vraiment cruciale de la moto et nous nous sommes définitivement améliorés ».

C’est aussi un avantage en termes d’usure des pneus. « Oui, parce que vous n’avez pas besoin de tenir autant la corde. Mais aussi pour votre rythme de course, car il est beaucoup plus facile d’être précis. Votre timing est à peu près correct à chaque tour et vous n’avez pas besoin de trop forcer. C’est tellement plus agréable pour le pilote », a affirmé le double vainqueur de la saison qui remettra ça samedi et notamment pour les qualifications.

Jack Miller

MotoGP Silverstone J1 : chronos

Silverstone

Crédit classement motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team