Chez Honda, lorsque l’on regarde le planning du pilote d’essai Stefan Bradl, on regrette le fait que ce qui ne devait être que provisoire a tendance à durer trop longtemps. Il en est ainsi de l’absence forcée d’un Marc Marquez remplacé depuis le Grand Prix de la République tchèque à Brno par l’Allemand, qui, par le fait, ne fait plus vraiment de test. Les effectifs tournent donc à plein au HRC qui vient, qui plus est, de lâcher Cal Crutchlow. Une situation qui fragilise le premier constructeur mondial au budget le plus conséquent dans la catégorie. Et au cas où les Japonais ne l’auraient pas remarqué, Stefan Bradl le leur signale …

Chez Honda, on n’a pas encore décidé de comment gérer l’absence de Marc Marquez dans le box Repsol Honda. Durant la saison 2020, c’est Stefan Bradl qui a été mobilisé en attendant des jours meilleures, mais on sait à présent que ces derniers n’arriveront qu’après le début de la campagne 2021. Cette dernière commencera sans le désormais ancien Champion du Monde. Et au vu des effectifs en mesure de faire rouler dignement une MotoGP recensé sous l’auvent HRC, on constate que l’on est dangereusement à flux tendu.

En première ligne se trouve un Stefan Bradl qui a quasiment fait une saison complète en MotoGP tout en honorant sa mission de pilote test. L’Allemand commente ainsi la conjoncture : « nous avons vécu de nouvelles circonstances après ce qui s’est passé. Je sais qu’il y a encore un pilote d’essai au Japon. Mais vous ne pouvez pas tout prévoir », a déclaré Stefan Bradl à Motorsport-Total.com.

« Je comprends Honda. Vous ne pouvez pas être préparé au pire scénario possible. Tout le monde sait que le rôle du pilote d’essai est devenu de plus en plus important ces dernières années. Je ne sais pas s’il est nécessaire d’avoir un pilote d’essai et un pilote de réserve ». Car c’est la question qui taraude Honda en ce moment. Avec cette crainte : si Stefan Bradl venait à se blesser, qui pourrait-on mettre à sa place ? Pour l’instant personne.

Stefan Bradl : « si je me blesse, nous avons un problème »

Clairement, pour le moment il ne serait pas facile de trouver un second testeur à la hauteur de la situation, le choix serait pour le moins limité. « Il n’y a pas beaucoup de gars sur cette planète qui peuvent piloter un MotoGP à un très haut niveau. C’est difficile. Si je me blesse, ce que je ne veux pas penser, alors nous avons un problème. Mais c’est possible lorsque l’on prend des risques et que l’on essaie de tirer le meilleur parti de la moto ».

Le problème de Honda est de trouver l’oiseau rare à la fois expérimenté et rapide qui accepterait de faire le job jusqu’au retour de Marc Marquez à qui il rendrait docilement la place. Stefan Bradl est celui-là, mais il est le dernier recours. Et ce n’est pas forcément la considération que chercherait celui qui est seul disponible et correspondant au cahier des charges, en l’occurrence Andrea Dovizioso. Alors effectivement, en attendant le retour de Marc Marquez, pour l’instant impossible à déterminer, on marche sur des œufs au HRC …

 



Tous les articles sur les Pilotes : Stefan Bradl

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team