En cette année 2020, Suzuki avait des choses à fêter du genre ses 60 ans d’implication en compétition. Pour deux fois moins de temps, vous aviez aussi les 30 de Tech3. Mais les célébrations sont comme désormais l’évolution technique en MotoGP : elles sont gelées. La faute à un coronavirus qui a bouleversé les plans et les vies sans parler d’un monde qui va devoir se reconstruire. Mais ça n’empêche pas de faire son devoir de mémoire, même sans strass et paillettes…

Hervé Poncharal aurait sans doute aimé mieux marquer le coup, mais comme il le précise dans le début de son histoire sur Tech3, la réussite dans le milieu, et sans doute aussi la vie, c’est rester ferme sur ses convictions tout en les adaptant aux circonstances pour mieux les développer… Une philosophie qui a été à l’origine de la création de Tech3. Le Français raconte en effet : « j’avais un très bon contact avec la HRC et aussi avec Rothmans. Je leur ai offert la possibilité de continuer à faire ce que je faisais au sein de Honda France. Quand vous travaillez pour une grande entreprise, vous n’avez pas trop de flexibilité et en course, vous devez être flexible, vous devez être capable de vous adapter et ne penser qu’à la course et rien d’autre. C’est pourquoi j’ai quitté Honda France et j’ai créé ma société. »

Un ménage à trois !

L’homme libre s’est ainsi lancé dans l’aventure, mais il a aussi réussi à convaincre autour de lui. De ce pari est né le nom Tech3… « J’ai demandé à Guy Coulon s’il voulait nous rejoindre. Il a répondu : “Oui, je vous suis”. Et puis il y a eu Bernard Martignac, qui a aussi suivi. C’était à la fin de l’année 1989, après la saison 1989 et la première saison de course pour Tech3 était 1990, fondée par trois gars et c’est pourquoi nous l’appelons Tech3. Tech signifie technique, high-tech, technic et 3, parce que nous étions trois personnes à créer l’entreprise. La première saison s’est déroulée avec la Honda NSR250, une machine HRC de l’usine Honda, et Rothmans était le sponsor titre. C’est ainsi que nous avons commencé. »

« Dès le premier jour, nous avons notre entreprise à Bormes les Mimosas, qui se trouve sur la Côte d’Azur, dans le sud de la France. Depuis lors, nous sommes toujours restés ici » termine Hervé. « Bien sûr, nous nous sommes développés, nous avons construit des bâtiments pour créer des bureaux et des ateliers et maintenant nous avons trois grands bâtiments. Bernard est parti quelques années plus tard, parce qu’il voulait arrêter de voyager et depuis ce moment, il n’y a plus que Guy et moi à bord. Nous avons fait quelques années avec Honda, puis avec Suzuki, nous sommes revenus à Honda, nous avons changé pour Yamaha et maintenant nous sommes fiers de travailler avec KTM. »

Dans sa grande humilité, Hervé Poncharal oublie tout de même que ses troupes ont été championnes du monde en 250 avec Yamaha et Olivier Jacque



Tous les articles sur les Teams : Red Bull KTM Tech3