Le Champion du Monde en titre avait réalisé le douzième temps le premier jour en 1’59.676, à 0.731  du meilleur chrono de Fabio Quartararo, mais l’important était surtout qu’il avait réussi à boucler 37 tours malgré son épaule récemment opérée douloureuse. Après 92 séances de rééducation, et 250 heures entre le gymnase et la piscine, l’heure était à la poursuite de sa remise en forme, cette fois-ci sur sa RC213V.

S’estimant à environ 60% de ses possibilités physiques, Marc Marquez s’était fixé comme objectif de parcourir 45 tours ce samedi, afin de préparer le Grand Prix du Qatar qui aura lieu dans exactement un mois. Curieusement, il bouclait son 45e tour à 45 minutes de la fin de cette deuxième journée de test. Il occupait à ce moment-là la septième place en 1’59.097 à 0.456 du leader d’alors Jack Miller, sur sa Ducati Pramac. Marc terminait finalement neuvième avec son 1’59.097, mais cette fois à 0.525 du premier, Fabio Quartararo.

Son principal handicap sur le plan du pilotage provoqué par sa douleur à l’épaule était le fait qu’il ne pouvait pas autant appuyer son coude sur la piste que d’habitude. C’était un problème évident en fonction de son style et de son contrôle de l’avant de sa Honda. L’essentiel de son travail en ce samedi consistait à adapter le nouveau moteur de la RC213V au nouveau pneu Michelin.

Marc chutait sans gravité en fin de séance, dans le Virage 3 lors de son 47e tour. Il était ramené ensuite à son stand où il mettait fin à sa journée d’essai et commençait le débriefing avec son équipe de techniciens. Le côté positif était que Marc aurait pu parcourir plus de 47 tours sans cette petite chute, ce qui était une bonne indication pour son épaule. La moto avait été peu abîmée à l’occasion de cette chute, un de ses mécanos pouvant la pousser seul en roulant vers le stand. « C’était une chute lente, j’étais en dehors de la trajectoire et je n’attaquais pas » précisait Marc par la suite.

Selon Marc Márquez, « Je suis très heureux aujourd’hui car l’épaule se portait mieux qu’hier, c’est bien. Malheureusement, nous avons eu une chute, qui semblait importante mais qui s’est produite lentement, donc je vais bien, mais cela montre que nous devons rester concentrés à 100% car il n’y a pas de place pour de petites erreurs avec ma condition physique actuelle.

« La journée s’est terminée avant la chute, donc cela ne nous a pas empêchés de faire ce que nous devions faire, l’objectif était de 45 tours aujourd’hui. Demain, nous ferons plus de tours pour continuer à comprendre les nouveaux pneus et nos propres changements. »

« Je ne sais pas pourquoi mais j’ai perdu l’avant. Il n’y a pas beaucoup de dégâts sur la moto. »

« Nous avons bien travaillé. Nous travaillons vraiment dur sur la moto. Nous testons le nouveau moteur, la nouvelle électronique et aussi pour comprendre les nouveaux pneus qui modifient beaucoup l’équilibre de la moto. »

« Les objectifs de ce test étaient de faire 35 tours le premier jour et 45 le second. J’ai réussi et demain, si je me sens bien, j’essaierai d’en faire 50.

« La Honda est une moto physique et si vous n’êtes pas à 100% vous luttez. Je suis en train d’essayer de me sentir mieux sur la moto. Mais pour l’instant, il est un peu difficile d’essayer quelque chose sur le châssis. »

« Pour pouvoir dire que la moto est bien, avant que je dois me sentir bien pour la piloter correctement. Au début de la journée, c’est bien mais ensuite, petit à petit, mon état s’aggrave dans tout mon corps et surtout dans mon épaule. »

« Le caractère du moteur est similaire à celui du précédent, peut-être avons-nous un peu plus d’accélération et de vitesse de pointe. Je dirais que c’est une évolution, mais en ce moment je me concentre sur les virages car l’année dernière j’ai beaucoup souffert dans ce domaine. Je m’améliore petit à petit même si tout semble très proche de 2019. »

« Il semble que les plus dangereux concurrents soient Viñales, Quartararo et les pilotes Suzuki Mir et Rins, au moins sur ce circuit. Nous allons voir comment ils se comportent pendant un week-end de course, car c’est ce qui fait la différence. Je ne sais pas à quel point ils se sont améliorés cet hiver, nous le verrons dans les premières courses car l’année dernière ils se débrouillaient très bien sur certains circuits mais dans d’autres notre moteur était supérieur. De toute façon, l’adhérence ici en Malaisie est vraiment bonne et c’est pourquoi ils vont tous très vite, et demain ça tournera encore plus vite. Je pense que nous devrions voir comment cela va se passer au Qatar, notamment grâce aux nouveaux pneus. »

« Ces nouveaux pneus sont probablement ce qui aide un peu Suzuki et Yamaha. Ils semblent modifier l’équilibre de la moto et cela modifie également les paramètres de l’électronique. Ils nous donnent certainement plus d’adhérence à l’arrière mais cela change tout sur la moto. »

« L’objectif pour 2020 est de gagner le championnat, évidemment course après course je comprendrai comment le gagner mais j’ai déjà compris que cette année,. Il sera très difficile de terminer aux meilleures positions dans chaque course mais c’était aussi le cas l’année dernière. »

La Honda la plus rapide lors des essais hivernaux de Sepang l’année dernière avait tourné en 1’58.780 pilotée par Cal Crutchlow (sixième). Puis lors du Grand Prix de Malaisie, la mieux qualifiée était celle de Cal qui se positionnait 5e sur la grille en 1’58.951. Le meilleur temps d’une Honda en course était le 3e en 1’59.935, à mettre au crédit de Marc Márquez.

 

Classement du deuxième jour de test :

Crédit classements : MotoGP.com

 

Chronos de référence :

Record des tests : 1’58.239 par Danilo Petrucci (Ducati) en février 2019

Record des essais officiels : 1’58.303 par Fabio Quartararo (Yamaha) en 2019

Record du tour : 1’59.661 par Valentino Rossi (Yamaha) en 2019

 

 

Photos © Repsol Media et motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team