Comme à notre habitude, cet article sera actualisé en permanence tout au long de cette deuxième journée de test de la saison 2020 à Sepang.

Cette dernière se déroulera de 3h00 à 11h00, heures françaises.

Hier, l’équipe Petronas Yamaha SRT a su profiter de ses M1 abouties, avec un splendide doublé Quartararo/Morbidelli.
Aujourd’hui, le pilote français va découvrir sa moto d’usine, ce qui pourrait le faire régresser au classement.
Les Yamaha ont toutefois fait une belle entrée dans la pré-saison 2020, avec les 4 machines dans le Top 10, Maverick Viñales ne se laissant pas pénaliser par une petite chute au virage #11 et Valentino Rossi partiellement rassuré par un moteur apparemment plus puissant (+5km/h selon Massimo Meregalli et les datas) mais conscient que la nouvelle partie-cycle doit encore être mise au point.

Intercalées entre les Yamaha, on trouve les Suzuki d’Álex Rins et Joan Mir, tous les deux satisfaits du nouveau moteur de leurs GSX-RR, la Honda d’un Cal Crutchlow propulsé de fait porte-étendard de Honda avec un Marc Márquez convalescent, un Álex Márquez débutant et un Takaaki Nakagami amoindri, l’étonnante Aprilia RS-GP 2020 d’Aleix Espargaró et la KTM de son frère Pol Espargaró.

Mais quid des Ducati ?

Hormis Jack Miller qui porte avec vaillance le flambeau des Rouges, on responsabilise les pneus arrières Michelin du côté d’Andrea Dovizioso et de Danilo Petrucci
Quant à Johann Zarco, qui découvre sa nouvelle monture après avoir dû faire l’impasse sur les test à Valencia et à Jerez ainsi que le shakedown à Sepang, laissons-lui le temps de travailler pour retrouver ses marques et sa confiance…

Avouons-le, ce premier panorama, certes extrêmement provisoire mais assez chamboulé, est pour le moment prometteur d’une belle entame de saison, ce qui n’est évidemment pas pour nous déplaire !

 

 

Classement de la première journée:

 

Références passées:
– Meilleur tour en test  : 1’58.239 (Danilo Petrucci 2019)
– Pole position 2019 : 1’58.303 (Fabio Quartararo)
– Meilleur tour en course : 1’59.661 (Valentino Rossi 2019)

 

Samedi 8 février, 3h00 (10h00 à Sepang):

 

C’est parti, avec un beau soleil ce matin et des nébulosités partielles attendues tout au long de la journée, mais surtout des prévisions moins optimistes pour dimanche après-midi avec de la pluie anticipée; une donnée à prendre en compte pour ceux, nombreux, qui entendent marquer les esprits lors de cette première confrontation officielle…

Fabio Quartararo découvre sa moto d’usine 2020 avec l’excitation d’un gamin au pied du sapin…

 

 

Dès l’ouverture de la piste, Álex Rins s’élance le premier, suivi d’Aleix Espargaró, de Fabio Quartararo, de Bradley Smith et de Danilo Petrucci.

Le pilote Suzuki, qui a terminé la première journée en troisième position, établit son premier tour lancé en 2’00.259, ce qui montre que l’adhérence de la piste n’a pas souffert de la pluie tombée hier en fin de journée. On le sait, la première heure est donc très importante pour établir un chrono avec des pneus tendres, et nombreuses sont les améliorations symbolisées par des secteurs s’allumant en rouge.

Álex Rins réalise 1’59.564 au passage suivant, devant Danilo Petrucci et Aleix Espargaró, puis 1’59.480 dans son troisième tour lancé, soit à seulement 3/10 de son meilleur temps d’hier.

Les pilotes Suzuki disposent aujourd’hui du nouveau cadre, reconnaissable à son absence de renforts en carbone.

Pendant ce temps, Fabio Quartararo découvre prudemment sa M1 d’usine en 2’00.8.

 

 

Après le premier quart d’heure, Álex Rins, Danilo Petrucci, Valentino Rossi et Aleix Espargaró sont les quatre pilotes à tourner sous les deux minutes, avant que ce dernier abaisse la référence provisoire du jour en 1’59.262 lors de son 6e tour lancé.

 

 

photo: MICHELIN

 

19 pilotes ont maintenant pris la piste et, après 25 minutes, Valentino Rossi s’empare du commandement provisoire en 1’59.155 lors de son sixième tour lancé.

 

 

 

Dans la foulée, Joan Mir arrache le leadership pour 22/1000…

 

 

…avant que Pol Espargaró ne soit le premier sous la barre des 1’59, en 1’58.989 lors de son deuxième tour lancé !

 

 

 

Près plus d’une demi-heure d’ouverture de piste, on remarque que Marc Márquez est le seul pilote à n’être toujours pas sorti : inquiétant ?
On sait que, conséquence de sa dernière opération à l’épaule, la condition physique du pilote Honda est moins bonne qu’attendue, mais celui-ci prend enfin la piste, avec une bonne demi-heure de retard.

Dans le quart d’heure suivant, quatre pilotes allument les premiers secteurs en rouge : Joan Mir, Miguel Oliveira, Franco Morbidelli et Álex Márquez. Mais personne ne détrône Pol Espargaró pour le moment, même si Miguel Oliveira effectue un bond en avant et se positionne septième.

À cet instant de la séance il est intéressant de constater que Franco Morbidelli, sur sa Yamaha « spécification A » qu’il connaît par cœur, est environ 1/10 plus rapide que Fabio Quartararo qui découvre sa moto d’usine : l’adaptation du Français aura été plus que rapide !

Joan Mir parvient à reprendre le commandement en 1’58.731, un quart d’heure avant le terme de la première heure, améliorant ainsi le meilleur temps d’hier réalisé par Fabio Quartararo.

 

 

 

Juste avant la fin de celle-ci, Marc Márquez rassure quelque peu ses fans en se positionnant 3e lors de son cinquième tour lancé.

Insolite, 6 constructeurs aux 6 premières places !

Les vitesses de pointe? 9 V4 en tête…

 

 

Classement à 4h00 (11h00 à Sepang):

 

 

Avec 7 pilotes en piste, les choses se calment un peu.

Cal Crutchlow essaie aujourd’hui un frein arrière commandé par un deuxième levier au guidon gauche : « Je l’ai testé à Jerez en novembre. Mais c’est difficile… J’appuie sur la pédale de frein arrière avec toute la puissance dont je dispose. J’y mets tout mon poids. J’ai un ressort très raide là-dedans. Si j’utilise maintenant le levier au pouce sur le guidon, je dois travailler de façon très sensible. Je suis habitué au vélo de route où je tire avec force sur le levier de frein. Ce n’est pas possible avec le frein de scooter. Je ne suis pas plus rapide avec le nouveau frein. Mais je continuerai à l’utiliser car il offre des avantages dans certains domaines. J’utilise uniquement le frein arrière dans la zone de freinage, plus pour rentrer en courbe. Mais parfois, dans la zone de freinage, en particulier dans un virage à droite, votre frein au pied ne peut pas fonctionner. Vous ne pouvez le faire que si vous tenez votre pied à 90 degrés, comme Marc. »

 

 

 

Après 20 minutes dans la deuxième heure de roulage, Jack Miller, alors 18e à 1,2 seconde, produit un bel effort et se porte en haut du classement en 1’58.641 lors de son 14e tour lancé.
À noter que l’Australien, à l’image de son ami Fabio Quartararo, démarre maintenant parfois sa moto lui-même…

 

 

 

10 minutes plus tard, Álex Rins, le plus assidu avec déjà 26 tours effectués, vient confirmer la bonne tenue des Suzuki en se plaçant juste derrière son coéquipier.

C’est également le moment où Johann Zarco, alors 20e à 1,7 seconde, améliore son chrono de 5/10 dans son 14e tour lancé. Cela ne lui fait toutefois gagner qu’une seule place, mais le pilote français poursuit son effort et grappille encore un dixième et une position au passage suivant, ce qui le place Dani Pedrosa et Brad Binder.

« Heureux de commencer le travail avec l’équipe @ducati dans l’équipe @realeavintia ! Je dois apprendre de nouvelles choses, c’est très intéressant et motivant ! La pause hivernale a été longue, c’était un peu difficile d’être rapide immédiatement. »

 

 

photo: MICHELIN

 

Classement à 5h00 (12h00 à Sepang):

 

Question : « comment fait Jack Miller pour être régulièrement le pilote Ducati le plus rapide ? »
La réponse est difficile car si Andrea Dovizioso est réputé pour effectuer un travail de fond sans se préoccuper des Time Attacks, il avoue également devoir adapter sa GP20 aux nouveaux pneus Michelin, un problème que Jack Miller, pourtant sur la même moto, ne semble pas connaître…

 

 

photo: MICHELIN

 

Andrea Dovizioso : « Il faut rouler différemment. C’est quelque chose qui était déjà clair pour moi lors des tests précédents, mais aujourd’hui cela me semble encore plus clair. La moto doit être configurée différemment. Les pneus sont les choses qui font la différence, que ce soit sur un tour ou dans le rythme de course. Ils ont maintenant plus d’adhérence et se comportent différemment. La configuration que nous utilisions avant, la façon dont nous recherchions la motricité, ne fonctionne plus avec ce pneu. Nous devons donc changer notre pilotage, les réglages et l’électronique. Ce sont trois choses que nous devons ajuster et ce n’est pas vraiment simple. »

 

 

photo: MICHELIN

 

Sur le tracé malaisien, les pilotes continuent d’effectuer un travail de fond, comme l’indiquent les partiels s’allument uniformément en gris, signe visuel d’aucune amélioration des chronos. Nous en profitons donc pour revenir sur la bonne surprise d’hier, à savoir le pas de géant que semble avoir fait Aprilia avec sa toute nouvelle moto.

Romano Albesiano a expliqué sur le site officiel MotoGP.com : « honnêtement, les choses vont mieux que ce à quoi nous nous attendions. Nous sommes très excités car il semble que maintenant, nous pouvons jouer le même jeu que les autres. Nous avons dû changer des choses importantes pour faire ce pas en avant. Nous avons donc commencé le dessin du nouveau moteur au milieu de la saison dernière, avec l’objectif d’avoir plus de liberté en ce qui concerne par exemple l’ordre d’allumage ou les valves à l’échappement pour avoir plus de frein moteur : nous voulions plus de paramètres sur lesquels nous puissions jouer. Et cela a immédiatement montré un meilleur potentiel. Un autre grand pas en avant a été fait avec le châssis qui est bien plus stable et bien plus facile à piloter. La moto est donc très différente. »

 

photo: MICHELIN

 

Vers 12h40, Franco Morbidelli inscrit un 1’58.831, soit mieux que son 1’58.996 d’hier. Cela le place en troisième position.

 

Classement à 6h00 (13h00 à Sepang):

 

Un peu avant 13h30, Maverick Viñales améliore son meilleur chrono et remonte à la 4e place, juste derrière Franco Morbidelli.

Pour l’anecdote, les nouveaux ailerons KTM sont dans un premier temps réalisés en impression 3D avant d’être moulés en carbone s’ils sont adoptés, ce qui est maintenant un processus industriel classique. Mais ils procurent tellement d’appui que Pol Espargaró en a déjà cassés ou arrachés plusieurs…

 

 

photo: MICHELIN

 

Notez par ailleurs les petits flaps style F1 montés sur les ailerons de la KTM RC16 d’un Iker Lecuona quasi appuyé sur le bitume…

 

 

 

A 13h35, malgré la chaleur, Valentino Rossi améliore très légèrement son meilleur chrono, sans toutefois changer de position.

Avec 15 pilotes en moins de 8 dixièmes, la saison promet de belles bagarres…

Plus que 3 pilotes en piste (Franco Morbidelli, Maverick Viñales et Álex Márquez) : c’est l’heure de profiter d’une piste très chaude pour manger.
Ce matin, le plus assidu a été Esteve Rabat avec 51 tours, devant Maverick Viñales (50) et Alex Márquez (47).
A l’inverse, Takaaki Nakagami souffre de son épaule et n’a fait que 23 tours, mais à peine moins que Pol Espargaró (24).

 

Classement à 7h00 (14h00 à Sepang):

 

Comme il n’ y a plus aucune activité en piste, le temps que la température de celle-ci redescende et que les pilotes mangent, on vous met une petite vidéo de la journée d’hier.
Elle est prise régulièrement par un spectateur chaque année, et on y trouve souvent des choses intéressantes, surtout à partir de 11’30, dans les stands…

 

 

 

On chauffe quelques motos dans la pit-lane: la reprise ne devrait plus tarder…

 

Classement à 8h00 (15h00 à Sepang):

 

Dani Pedrosa est le premier à reprendre la piste…
Le pilote d’essais KTM est actuellement 18e à 1,1 seconde mais progresse de 2 dixièmes et 2 places.

Lin Jarvis confirme que Jorge Lorenzo devrait rouler demain, mais avant tout pour qu’il retrouve ses sensations sur une Yamaha et pas pour développer la moto. Cette deuxième étape est prévue pour avril. Pendant ce temps, l’équipe test présente continue à évaluer le bras oscillant en carbone. Dans tous les cas, l’implication de la marque d’Iwata enthousiasme un Valentino Rossi qui déclare : « Ces dernières années, en particulier en 2017 et 2018, les saisons ont été difficiles. Il semble maintenant que le MotoGP soit enfin redevenu important pour Yamaha. C’est positif, mais nous devons voir si les résultats seront réellement meilleurs. »

Côté résultat justement, la hiérarchie reste figée avec un Jack Miller toujours aux commandes et qui montre à ce point la voie chez Ducati que Gigi Dall’Igna y a pris un moment ses quartiers…

 

 

 

Classement à 9h00 (16h00 à Sepang):

 

On note un Marc Márquez toujours en souffrance. Son objectif était d’aligner 45 tours dans cette seconde journée en Malaisie, ce qui est déjà fait à une heure du drapeau à damiers. Son frère et équipier Álex.en est à 57.  Le plus assidu est Maverick Viñales avec 63 tours. Sur son état, l’octuple Champion du Monde a commenté : « il faut quatre mois pour se remettre de la chirurgie. En 10 semaines, j’ai eu 92 séances de rééducation, et 250 heures entre le gymnase et la piscine. Mais c’est mon travail. Mon style de pilotage nécessite des risques et ça fait partie du jeu. »

Pendant ce temps, Jorge Lorenzo vient prendre la température chez Petronas. On rappellera qu’il est attendu avec son cuir pour un dimanche qui marquera la dernière des trois journées de ces tests IRTA.

 

 

 

Andrea Dovizioso chute, un quart d’heure avant d’entamer la dernière heure. Un accident sans conséquence puisque l’officiel Ducati rejoint son box au guidon de sa GP20. Toujours en tête de la hiérarchie, Jack Miller est maintenant équipé de la dernière évolution du carénage sur sa Ducati. une version utilisée par les pilotes officiels et vu avec Pirro lors du “shakedown”.

 

Classement à 10h00 (17h00 à Sepang):

 

La dernière est entamée et les pilotes mettent la main à la pâte, comme on peut le voir…

 

 

 

A 30 minutes de la fin des débats, Fabio Quartararo signe le meilleur chrono. Son acclimatation à la version 2020 de la Yamaha M1 se passe pour le mieux ! Il devance les deux pilotes officiels d’Iwata déjà aguerris à l’objet… Qui plus est, avec 66 tours au compteur, le Français est maintenant celui qui a le plus tourné dans cette seconde journée en Malaisie.

 

 

 

Marc Márquez chute au virage #3. Apparemment, sans dommage physique… Il reste donc huitième.

 

 

 

Pendant ce temps, Dani Pedrosa surprend tout le monde avec sa KTM en s’installant à la troisième place en 1’58.662 !

 

 

 

On en restera là avec le trio Quartararo, Miller, Pedrosa, suivi de Mir et de Morbidelli qui ferme le top 5 à Viñales. Et dire que Fabio nous prévenait la veille qu’il serait moins rapide ce samedi du fait de la découverte de la nouvelle version de la M1…
Rossi est dixième juste derrière Marc Márquez.
Johann Zarco est 19e à 1s253 de son compatriote leader.

Fabio Quartararo restera-t-il invaincu en Malaisie ?

 Rendez-vous demain pour le dernier round !

 

Classement final à 11h00 (18h00 à Sepang):

Crédit classements: MotoGP.com