Les deux jours de tests de cette intersaison de MotoGP qui ont eu lieu à Jerez ont succédé à deux autres journées qui s’étaient déroulées à Valence. Pour Yamaha, le bilan a été à l’identique dans les deux cas avec des pilotes officiels heureux des progrès entrevus sur la version 2020 de la M1. Mais aussi habités par le même sentiment d’inachevé en matière du redondant manque en vitesse de pointe. Ils espèrent que ce pas sera franchi pour la rentrée qui aura lieu en février sur le tracé de Sepang. Mais Massimo Meregalli, leur directeur d’équipe, les informe déjà qu’ils ne doivent pas s’attendre à des miracles…

La trêve hivernale a été prononcée au moment même où les tests de Jerez se sont terminés. Les MotoGP sont donc au repos mais dans les ateliers, on va continuer à travailler sur la base des données récoltées sur les pistes de Valence et de Jerez dédiées aux premiers essais de cette intersaison. Autant de rendez-vous qui ont montré des Yamaha en forme, avec un Maverick Viñales en pointe. De bon augure pour 2020 ? Voire…

Valentino Rossi a ainsi du mal à concrétiser sur la feuille des temps ses bons sentiments, une adéquation que son équipier Maverick Viñales a en revanche parfaitement accompli. Reste que les deux compagnons d’écurie ont également convenu que les ingénieurs japonais devaient encore travailler sur le moteur. Car dans le domaine de à la vitesse de pointe, la Yamaha présente toujours un retard important par rapport à Honda et Ducati. « Ici à Jerez, on prenait neuf ou dix km/h », a estimé Rossi après le test. Viñales a confirmé : « nous avons encore constaté que nous manquions de vitesse maximale par rapport à Ducati, environ 10 km/h. Nous devons donc travailler plus fort ».

Massimo Meregalli, directeur de l’équipe d’usine Yamaha MotoGP, partage cet avis. Il explique : « Comme je l’ai dit la semaine dernière à Valence, ce test visait à éprouver la nouvelle moto et à confirmer les résultats à ce jour. Et à part la pluie, les résultats ont été à peu près les mêmes. »

« Maverick était plus rapide avec la nouvelle moto, donc c’est certainement une bonne base et un bon point de départ. Mais bien sûr, il reste encore du travail avant la première course », a ajouté l’Italien. « Avec le recul, nous n’avons jamais réussi à en être là ces deux dernières années, alors que nous essayions de nouvelles choses. Donc c’est prometteur. »

« Bien sûr, les pilotes veulent de plus en plus, mais nous avons pu améliorer progressivement la maniabilité et la vitesse maximale, et c’est exactement ce que nous voulions réaliser. Nous devons maintenant améliorer la vitesse de pointe et je suis convaincu que nous réussirons », a déclaré Meregalli qui ajoute cependant : « il faut attendre les mises à jour pour Sepang, même s’il n’y aura pas de gros changements. Nous n’avons pas encore la version finale du moteur, mais nous en sommes très proches. »

Il termine : « sur la base de ce que nous avons réalisé en Espagne, je pense qu’il y aura des nouveautés à Sepang. Au Japon ils ont déjà un programme à développer avec l’équipe test. Même si nous ne sommes pas au courant de quoi il s‘agit. » Une conclusion qui montre que les choses n’ont peut-être pas tant changé que ça chez Yamaha…

Résultats du mardi :

Résultats des deux jours de test de Jerez :



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP