Cal Crutchlow ne gardera pas un souvenir impérissable de ces trois jours de test au Qatar, juste avant de se lancer dans la campagne 2020, sur le même tracé de Losail. Il a lourdement chuté, a souffert pour poursuivre son ouvrage et il s’est battu avec une Honda 2020 qui a rendu chèvre tout le HRC. Ceci étant dit, on se souviendra que l’an dernier, l’Anglais végétait aussi au fond du classement et au terme du Grand Prix du Qatar, il était sur le podium…

Cal Crutchlow est à l’unisson de Marc Márquez au sujet de la RC213V version 2020. Il s’agit d’une moto qui, plutôt que d’effacer les défauts connus des dernières versions, se résumant à un manque de sensations avec l’avant, les a, au contraire, comme exacerbés. Marc Márquez est même revenu à l’opus 2019 pour faire le point. Un travail qui, selon l’octuple titré, a porté ses fruits.

Pour le pilote LCR, cette amélioration lui est encore inconnue, car il n‘avait que la machine de cette année à se mettre sous la dent. Lundi, il a d’abord dû se battre contre lui-même pour se lancer dans la dernière des trois journées de test à Losail : « le cuir a été arraché lors de ma chute de dimanche. De la main au coude, tout a été immédiatement recouvert de sang. J’ai ensuite passé environ deux heures à la Clinica Mobile devant le ventilateur pour que le gonflement disparaisse. Les dix premiers tours ont fait terriblement mal » commente l’équipier de Nakagami.

Ce cap passé de façon héroïque, il a fallu ensuite lutter contre la moto… « Nous avons continué à travailler avec la moto 2020, c’est ce que nous avions en dotation. Nous avons essayé quelques nouvelles pièces et fait beaucoup de tours. J’ai une équipe qui travaille dur derrière moi. Je veux leur redonner quelque chose. La feuille de temps globale ne semble pas bonne. J’ai trouvé des choses positives, mais il y a aussi des choses négatives. Dans l’ensemble, je suis satisfait de mon rythme. Surtout, mesuré par la façon dont je me sens mal avec cette moto. »

Il détaille ainsi ses soucis : « on n’a jamais les mêmes sensations concernant l’adhérence, on ressent un moment de glisse et juste après avoir senti que l’on a trop d’adhérence, c’est très étrange. Mon meilleur temps est venu avec les pneus qui avaient 10 tours et ce n’est pas bon. On va plus vite avec les pneus usés, on peut glisser encore plus, c’est vrai, mais on peut entrer plus vite dans les courbes. »

Crutchlow ajoute : « le problème est que lorsque je freine fort au milieu d’une courbe, la moto pousse l’avant. J’ai une idée de ce que c’est mais je ne sais pas si ce sera facile à régler, on verra si on peut le faire. Nous portons ces problèmes depuis un certain temps. »

Dans ces conditions qu’espère-t-il du Grand Prix du Qatar qui aura lieu le 8 mars à Losail ? « Pour le moment, il me semble que je vais me qualifier à l’arrière et peut-être ensuite remonter. Mais je devrais d’abord dépasser de nombreux pilotes. Je ne peux pas faire un tour rapide. Lorsque le pneu s’est usé, je peux mieux contourner les problèmes, c’est étrange. Nous continuerons de travailler. Je suis sûr que HRC saura quoi faire après ces trois jours d’essai. »

 

 

 

MotoGP Test Qatar J3 : chronos

 

 


Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda