Au cours des décennies, des dizaines et dizaines de pilotes français ont marqué de leur empreinte notre petit monde des Grands-Prix. Pourquoi ne pas essayer de dresser un classement des dix plus grands de l’histoire en essayant d’argumenter la place de chacun et hommage à tout le monde ?

Avant de dévoiler les dix sélectionnés, il est important de rappeler les critères. Ceci est un top 10 des plus grands, et non pas des meilleurs. La différence est notable et veut dire beaucoup : il ne s’agit pas d’être le pilote le plus rapide, le plus titré, le plus victorieux, mais plutôt d’avoir laissé une trace, un héritage, une marque dans l’histoire. Ceci est primordial pour la bonne compréhension de ce classement. Inutile de rappeler que ce top 10 reste, malgré les arguments, subjectif et le fruit de la réflexion d’une seule personne.

Ceci dit, la vitesse pure compte. Tout comme la période, la concurrence à l’époque ou encore la catégorie. Les critères sont multiples et servent à résoudre cette difficile équation. Vous êtes prêts ? C’est parti !

Mentions honorables :

Avant de rentrer dans le vif du sujet, passons en revue les grands pilotes français n’ayant pas pu rentrer dans le top, mais qui méritent une mention. Certains pourraient largement discuter avec les heureux sélectionnés. Patrick Pons est le parfait exemple : Un pilote légendaire qui malheureusement, n’a pas eu la chance d’exprimer son talent assez longtemps au plus haut niveau.

Patrick Pons, un autre destin brisé bien trop tôt. Photo : Yamaha Community

Les champions du monde Jean-Louis Tournadre, Mike Di Meglio et Arnaud Vincent ne peuvent pas non plus prétendre au top 10 mais restent des pilotes très forts à leurs époques, qui ont marqué l’histoire à leur manière.

Avant-dernier vainqueur français en Grands Prix, Régis Laconi ne figure pas non plus dans les dix. Malgré l’exploit de Valence 1999, une carrière un peu courte en catégorie reine – cinq ans – le retient. Par ailleurs, le Superbike ne rentre pas en compte dans cet exercice. Un petit mot pour Loris Baz, Louis Rossi et Jules Cluzel et nous sommes bons.

N°10 : Michel Rougerie (1950-1981)

Rougerie était très apprécié des fans pour son côté humain. Sa perte fut terrible pour le sport moto français. Photo : Panini.

Évidemment, Michel Rougerie fait partie des dix plus grands pilotes français de tous les temps et ce pour plusieurs raisons. Arrivé dans le grand bain à l’age de 21 ans, sa carrière fut marquée par des résultats en dents de scie. Celui qui remporta le Bol d’Or 1969 se confondait parfaitement dans la « french connection » des années 1970, époque dorée pour les tricolores.

Sa carrière est étroitement liée à l’épopée Harley-Davidson : Il remporta deux de ses trois victoires sur les machines « américaines » en 250cc, sur l’exercice 1975. Cette année d’ailleurs, il scora plus de points que son adversaire Walter Villa mais lui laissa la couronne à cause de l’ancien règlement qui prenait en compte les six meilleurs résultats seulement. En 11 ans d’apparitions en mondial dont trois victoires (deux en 250cc, une en 350cc), Rougerie laissa une trace majeure et fut très apprécié de son vivant. Malheureusement, un terrible accident à Rijeka en 1981 mit fin à ses jours.

Michel était un grand pilote, mais le manque de participation et de résultats – par le fait – en catégorie reine l’empêche de monter plus haut.

C’est tout pour aujourd’hui ! La suite au prochain épisode, où les places n° 9,8 et 7 vous seront révélées.

 

Photo de couverture : Yamaha Community. 



Tous les articles sur les Teams : Ducati Team, Movistar Yamaha MotoGP, Repsol Honda Team