Uccio Salucci est l’ombre de Valentino Rossi dans le paddock des Grand Prix depuis les débuts du Doctor dans le milieu. Ce qui fait un bail puisque, en 2021, Vale entamera sa vingt-sixième saison. Mais celle-ci sera particulière. Pour la première fois depuis bien longtemps, Valentino Rossi ne sera pas un pilote d’usine. Alors certes, il aura une moto officielle dans une très bonne structure satellite. Mais ce ne sera tout de même pas comme avant, et Uccio explique quel sera le changement …

Uccio Salucci supervise une académie VR46 dont les rejetons sont en pleine éclosion. Une affaire qui roule et dont il peut être fier avec un Valentino Rossi qui en reste l’acteur principal. Un Vale qu’il a suivi dans cette aventure comme dans sa carrière. Une fidélité qui perdure puisque le même Uccio a aussi déménagé du team officiel Yamaha connu depuis 15 ans pour rejoindre l’écurie satellite Petronas, aux six victoires en MotoGP, acquises cette année. Pas si mal lorsque l’on a que deux saisons d’existence…

Du coup, il n’y aurait pas à avoir de regrets et ce n’est pas une descente dans la hiérarchie d’Iwata, usine qui offrira à l’usage une M1 de dernier cri à Rossi. Cependant, rien ne sera pour autant exactement comme avant…

Uccio : « les évolutions viendront trois courses après les pilotes d’usine »

D’abord, il y a ce changement de côté. De droite chez Yamaha, le clan Rossi passera à gauche chez Petronas. Mais ce n’est pas tout… Sur GPOne, Uccio précise : « nous n’aurons les évolutions Yamaha que trois courses après Viñales et Quartararo ». Il ajoute : « Yamaha nous donne une moto usine, nous essaierons de faire de notre mieux ».

A l’aune de cet impératif se décline les objectifs… « Notre ambition est de nous amuser, de jouer le podium, de rester dans le groupe de tête, dans les trois premiers, les cinq, puis d’essayer de gagner des courses. Il doit trouver le feeling. Ensuite, à partir de là, il pourra jouer le podium ».

Sur ce que la Yamaha est devenue et comment elle a évolué, Uccio précise : « c’est une moto difficile, dure… Beaucoup de choses sont compliquées comme l’usure des pneus. Mais Morbidelli gagne des courses, Quartararo aussi. Si vous trouvez le bon chemin, alors c’est possible ».

 



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team