Considéré comme l’un des GP les plus chauds de la saison, le Thaïlande devrait l’être encore plus en 2020, avec son avancement dans l’année, et pourrait passer de nuit d’ici quelques années.

L’an prochain, le calendrier MotoGP comportera deux changements majeurs : l’arrivée du Grand Prix de Finlande en juillet et le déplacement de celui de Thaïlande d’octobre à mars. L’étape de Buriram deviendra ainsi la seconde manche de la saison, juste après le lancement au Qatar. Finie, ainsi, la tournée outre-mer de plus d’un mois, comme cela s’était établi depuis l’année passée. Les trois GP consécutifs que sont le Japon, l’Australie et la Malaisie resteront aux mêmes dates, mais leur voisine s’en ira.

Quoi qu’il en soit, des changement seront surement à prévoir, car la météo devrait faire des siennes et mettre à l’épreuve les pilotes mais aussi les pneumatiques, puisqu’il fait encore plus chaud en Thaïlande en mars qu’en octobre… Un média local a ainsi émis l’hypothèse que la course se déroule de nuit, comme au Qatar, ce qui n’est pas inenvisageable étant donné que le circuit commence à se doter de ce qu’il faut pour pouvoir fonctionner de cette façon. Cela serait également un plus pour le public, qui assisterait au Grand Prix dans de bonnes conditions, plutôt que de rester des heures sous une chaleur écrasante.

Mais pour le moment, cette hypothèse n’est pas envisagée pour l’an prochain, comme l’a confirmé un membre de la Dorna à Crash.net, qui ne l’exclut toutefois pas pour la suite : « Ce n’est pas prévu pour 2020. Cela pourrait être une idée pour l’avenir, mais pas pour la saison prochaine. Il faut qu’ils installent tout l’équipement et cela signifie du temps et de l’argent. »

Pour rappel, la manche thaïlandaise de Superbike a eu lieu en mars cette année, et les températures extérieure et de piste étaient 4 à 5 degrés plus élevées qu’en MotoGP.

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :