Les journalistes du site tmcblog.com ont profité de la présence de Lin Jarvis et Kouichi Tsuji à la présentation du team Monster Energy Yamaha MotoGP Yamaha 2019 à Jakarta pour leur demander qu’elles seraient les différences entre les Yamaha M1 « Spec A » de Franco Morbidelli et les « Spec B » de Fabio Quartararo.

Ils se sont également fait préciser quelle serait la différence de traitement entre le team d’usine et l’équipe Petronas Yamaha SRT, ainsi que les différences de traitement entre le team satellite actuel et celui de l’année dernière, Tech3.

D’après l’article du site concerné, Lin Jarvis aurait déclaré que les deux pilotes du team Tech 3 (Johann Zarco et Hafizh Syahrin) ont disposé en début de saison (Qatar 2018) d’une version équivalente à la Yamaha M1 2018 Factory, puis, qu’ils n’ont reçu aucune mise à jour matérielle ou logicielle après le Qatar.

Mauvaise compréhension d’un journaliste ou pas, ou mauvaise traduction, mais si la deuxième partie de cette affirmation est vraie, nous pouvons affirmer que la première est fausse : les Yamaha Tech3 disposaient de moteurs 2016 (Johann Zarco avec 500 tr/mn de plus que Hafizh Syahrin, mais 500 tr/mn de moins que les moteurs de Valentino Rossi et Maverick Viñales), tandis que les officiels utilisaient des moteurs 2018 assez différents (les 2017 n’ont pas été utilisés l’année dernière).
De même, côté châssis et à simple titre d’illustration, les Yamaha Factory ont utilisé des fourches en carbone et les bras oscillants « Big Mama » datant de plus d’un an qui n’ont jamais été disponibles chez Tech3. Seuls les cadres, basés sur des 2016, et l’aérodynamique, étaient sensiblement équivalents entre les Yamaha du team Factory et la M1 de Johann Zarco chez Tech3 (ne parlons pas de celle d’Hafizh Syahrin).

Mais laissons de côté le passé et intéressons-nous à l’avenir, car ce que dit Kouichi Tsuji est à la fois nouveau et très intéressant !

Cette année, Franco Morbidelli disposera d’une Yamaha « Spec A » très similaire à celles utilisées par le duo Rossi-Viñales. Pas identique à 100%, mais très similaire. On a déjà pu s’en rendre compte visuellement avec la fourche en carbone et le gros bras oscillant…
Puis, selon les propos de Kouichi Tsuji, le pilote Petronas recevra les mêmes évolutions que l’usine, 2, 3 ou 4 courses après les pilotes officiels.

Mais l’ingénieur japonais précise aussi, et c’est une (très bonne) surprise, que Fabio Quartararo recevra également ces évolutions, 6 ou 7 courses après les officiels !

Même si Petronas avait initialement prévu d’aligner 2 motos d’usine pour Dani Pedrosa et Franco Morbidelli, et ils en avaient financièrement les moyens, nous étions finalement restés sur la version d’une « Spec A » pour Morbidelli et une « Spec B » pour Quartararo.
Il semble donc que ce ne soit plus tout à fait le cas, du moins au niveau des évolutions…

Par contre, cette fois d’après les dires de Lin Jarvis, le pilote français ne disposera que de 5 moteurs au lieu de 7, ce qui entraîne logiquement une réduction du régime maximum par rapport aux moteurs usine pour des questions de fiabilité (on peut penser à 500 tr/mn de moins, comme Johann Zarco l’année dernière). D’où l’appellation « Spec B », qui semble donc dorénavant plus désigner le moteur que la partie-cycle.

L’éventuelle arrivée d’une fourche carbone et/ou d’un gros bras oscillant sur la machine d’El Diablo ne ferait que confirmer visuellement cette nouvelle approche de Yamaha et Petronas,  ce qui ravirait alors les passionnés français.

A suivre, donc, que ce soit dès demain avec les essais qui débuteront à Sepang, ou plus tard dans la saison…


Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Franco Morbidelli

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team