Valentino Rossi a retrouvé ce samedi son box et sa Yamaha au milieu d’un Grand Prix d’Europe à Valence commencé la veille. A cette occasion, c’est Garett Gerloff qui, mobilisé au débotté pour grimper sur une Yamaha M1 qui lui était totalement inconnue, et bien différente de sa R1 du WSBK, a fait la pige. L’Américain avait fini sa journée, sur piste humide, 19ème. Le Doctor, au terme des qualifications limitées à la Q1, a fait une place de mieux. De quoi se poser des questions…

Mais ces questions ne viendront pas. Lors de la conférence de presse, Valentino Rossi a parlé de son confinement puis de son demi-frère Luca Marini qui sera en MotoGP en 2021. Et un peu aussi sur le moteur Yamaha, loin du compte…

Valentino Rossi débutera sa course de retour à Valence à partir de la 18e place sur la grille après un samedi humide. Le Doctor retrouve sa Yamaha après l’avoir quitté depuis Le Mans. Il rappelle en effet qu’il a manqué les deux meetings en Aragon à cause d’une infection au coronavirus qui lui a fait découvrir les affres du confinement…

Comment le «Dottore» a-t-il vécu sa quarantaine ? « Ce fut une expérience difficile car j’ai été enfermée seule à la maison pendant 24 jours. Heureusement, j’étais toujours bien physiquement, à part les deux premiers jours. J’avais un peu de fièvre, mais je n’ai jamais perdu mon sens du goût ou de l’odorat et, heureusement, je n’avais aucun mal à respirer. Les trois jours qui suivent, vous vous sentez un peu épuisé, il faut attendre que vous récupériez car vous avez un mal de tête sévère, vous avez mal aux yeux … »

« Disons-le comme ça, vos premiers jours ne sont pas vraiment sympas. J’ai aussi perdu un peu de poids parce que je n’ai rien fait pendant près de deux semaines, une tranquillité d’esprit absolue », a rapporté le pilote de 41 ans de Tavullia, qui n’a obtenu un résultat de test négatif que jeudi soir et a reçu le feu vert pour se rendre en Espagne.

L’attente a été un test de patience pour l’officiel Yamaha : « les derniers jours en particulier ont été difficiles car tous ceux qui ont été infectés par moi en même temps étaient négatifs au bout de deux semaines. Mes tests, cependant, sont toujours revenus positifs. Pour être honnête, j’avais vraiment peur de manquer aussi Valence. Au cours de la semaine dernière, j’ai effectué six prélèvements nasaux et de la gorge : chaque jour à 7h30, un bon réveil avec un test PCR. Ce n’était pas forcément la meilleure expérience de ma vie, en partie parce qu’il faut s’isoler. C’est très ennuyeux. Regarder les courses à la télévision a été difficile, surtout la deuxième, car je n’aurais pas pu piloter le premier week-end d’Aragon parce que je me sentais mal. Mais être à la maison alors que l’on sait pouvoir piloter est très frustrant », soupire l’Italien.

“Notre département moteur est le principal problème”

Du coup, le simple fait d’être là suffit au bonheur de Vale : « je suis très heureux d’être de nouveau ici, de travailler avec mon équipe et d’être revenu sur ma M1. Je n’ai pas eu de difficultés physiques majeures, le problème est que je n’ai pas roulé vendredi. C’est plus difficile sans vendredi, mais sinon je me sens bien avec la moto ».

Un bon sentiment qui ne l’a pourtant amené que jusqu’au 18ème rang sur la grille de départ : « malheureusement, les conditions étaient assez difficiles car l’asphalte séchait. Nous souffrons un peu des conditions, mais la sensation sur la moto est très bonne », répète Rossi. « Je suis très heureux d’être ici, après 24 jours à la maison ».

Après avoir parlé de lui, il a une pensée pour Yamaha… « J’avais beaucoup d’attentes mais la réalité est que nous n’avons pas fait un grand pas en avant. Si l’on voit la performance de Franco Morbidelli, il a fait deux très bonnes courses sur la vieille moto. Je pense que cette année n’est pas très différente, mais ils n’ont pas franchi une étape claire. Je pense que chez Yamaha, le département moteur est le principal problème car les performances ne sont pas fantastiques. Dans le même temps, nous devons également créer plus d’adhérence arrière. Notre département moteur est le principal problème, car le moteur est lent, il casse et une erreur a également été commise avec les soupapes. Donc pour moi rien ne change ».

Il termine en ayant une pensée pour son demi-frère Luca Marini, officiellement promu en MotoGP l’an prochain : « je suis très heureux de rouler avec Luca l’année prochaine, sur une bonne moto, avec Ducati. Je me souviens que lorsque j’ai remporté le premier titre, en 125 cm3 (1997), je suis rentré à la maison et Luca avait 21 jours. Penser que l’année prochaine nous courrons ensemble en MotoGP me rend très fier, c’est incroyable ».

MotoGP Valence-1 J2 : qualifications



Tous les articles sur les Pilotes : Garrett Gerloff, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP