Yamaha et les tests… Rossi détaille ce thème sensible du projet MotoGP pour la marque d’Iwata. Tellement que ses pilotes titulaires en regrettent la gravité. Valentino Rossi, du haut de sa grande expérience au sein du constructeur aux trois diapasons, en explique les faiblesses fondamentales. Qui ne sont peut-être pas là où on le pense

Yamaha a remporté sept victoires sur quatorze courses disputées en 2020 en MotoGP, et pourtant, la marque termine avec des regrets et des craintes pour 2021. En effet, six réalisations sont dues au team satellite Petronas. Ensuite, il y a cette faiblesse des soupapes dans son moteur qui lui a déjà valu une punition lui faisant perdre ses points et ses chances au classement des constructeurs. Enfin, il y a également un problème de traction réellement incapacitant pour ses pilotes.

Au bilan, et avec un moteur quatre cylindres en ligne à la vitesse de pointe déprimante, les hommes de Yamaha ont vu Suzuki arriver, les rejoindre, puis les dépasser avec une mécanique construite selon la même architecture. Joan Mir est aujourd’hui le nouveau Champion du Monde avec la GSX-RR.

Alors, que nous réserve la suite ? Valentino Rossi ne s’en cache pas : Yamaha a de quoi s’inquiéter. Et le problème ne date pas d’hier : « 2016 et 2017 ont été une période cruciale pour Yamaha et M1 » se souvient le Doctor. « Parce que c’est là que nous avons commencé à avoir des problèmes. Notre moto était très compétitive jusqu’en 2016 ».

A partir de là, le champion de Tavullia regrette le manque d’écoute des dirigeants japonais, de l’absence de lien entre le Japon et l’Europe. Rôle que Lin Jarvis devrait jouer, comme cela se passe chez Suzuki avec Davide Brivio… « Vous auriez pu gagner les courses et le championnat du monde. Mais à partir de ce moment, nous avons eu des difficultés. Je ne sais pas à quel point c’est la faute de Yamaha ou si les autres constructeurs se sont améliorés ».

Mais ce qui est certain, c’est qu’il faut travailler en amont et donc avoir une bonne structure test. Dans les remerciements de fin de saison, KTM a loué le travail de Pedrosa, Suzuki de Guintoli et chez Ducati on félicite Pirro depuis un bon moment. Quant à Honda, Bradl a montré être assez rapide dans son remplacement de Marc Marquez. Et Yamaha ?

Rossi signale : un pilote test c’est bien, mais un programme c’est mieux

Valentino Rossi répond : « il y a un problème fondamental. Avant 2020, tous les autres constructeurs avaient une équipe de test très active qui était sur la route en Europe, avec des pilotes européens : Pirro, Bradl, Pedrosa … Le problème était que Yamaha n’avait tout simplement pas une équipe comme celle-là. Ils roulaient au Japon avec des pilotes japonais. Mais ce n’est pas le plus gros problème. Le plus gros problème est qu’au Japon, ils roulent sur des pistes, et j’y suis allé, qui n’ont rien à voir avec les pistes européennes. Mais il faut rouler avec les pneus que nous avons sur les pistes où nous courons également », a déclaré le vainqueur de 115 Grands Prix.

« Nous avons mis beaucoup de pression pour obtenir cette équipe de test, et ensuite Lorenzo a été signé », rappelle le neuf fois champion du monde. « Le problème a été que Lorenzo a fait une journée en Malaisie. Puis la Covid-19 est arrivée et tout s’est arrêté. Et après cela, après huit mois, il n’était plus qu’à Portimão. Donc Lorenzo ne s’est pas vraiment mis au travail », regrette Rossi.

Pour l’Italien de 41 ans, une chose est claire : « la première chose est que Yamaha a besoin d’une équipe de test sérieuse en Europe l’année prochaine. J’aurais aimé voir Dovizioso comme un pilote d’essai, qui est très rapide, mais aussi très sensible et qui a beaucoup d’expérience. Mais Crutchlow est aussi quelqu’un qui a couru jusqu’à cette année. S’il est motivé et qu’il le souhaite, il peut pousser la moto à la limite ».

Mais Rossi ajoute : « plus que le pilote d’essai, il faut un programme sérieux pour l’équipe d’essai ». Et en effet, avant Jorge Lorenzo, il y a vu Jonas Folger qui n’avait pas été beaucoup sollicité durant son contrat, et alors qu’aucune crise sanitaire n’avait mis le monde en confinement. On rappellera que le chef sur le terrain de l’équipe test est un Galbusera qui était l’ancien chef mécanicien de Rossi. Ce dernier est donc très bien renseigné sur son activité …

Valentino Rossi_Monster Energy Yamaha MotoGP_2020



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP