La maison Yamaha serait-elle en train de brûler ? Ce qui est sûr, c’est que le dernier Grand Prix de France sur un tracé du Bugatti ami de la firme au diapason a laissé comme un goût de cendre. Les M1 se sont contentées d’être des trouble-fêtes sur un terrain qui était jusque-là leur jardin. Leurs difficultés connues depuis un an se sont aussi manifestées au Mans et les pilotes officiels n’ont visiblement plus l’intention de jouer les pompiers avec des commentaires politiquement corrects. Viñales est excédé et Rossi sort à son tour du bois pour secouer les Japonais.

La troisième place prise dans la Sarthe n’a en rien enthousiasmé le Doctor. Avant de se rendre à son Grand Prix d’Italie où il s‘attend à ne pas pouvoir se montrer à la hauteur face à ses compatriotes, il tonne : « ce n’est pas un hasard si Yamaha n’arrive plus à gagner depuis 15 Grands Prix. J’avais prévenu Yamaha de notre situation dès février dernier. Je suis un pilote d’expérience et ce que je dis, généralement, arrive. Mais leur réaction est très lente. Je ne comprends pas pourquoi il ne m’écoute pas ».

Il rectifie ensuite, mais c’est pour mieux enfoncer le clou : « en fait, il m’écoute quand je parle, ils prennent des notes mais au final, ils reviennent avec des choses complètement différentes de celles que j’ai demandées. Il faut maintenant prendre le taureau par les cornes et arrêter cette politique des petits pas qui est insuffisante. J’espère avoir du mieux lors de la seconde partie de la saison ».

Sur le cas Zarco dont les performances perturberaient peut-être la réflexion des gens d’Iwata, Vale commente : « Zarco est sans doute dans le coup, mais c’est aussi parce qu’il est le second meilleur pilote derrière Márquez. Il pilote vraiment bien ». Une reconnaissance de la part du nonuple titré qui pose aussi question sur une politique Yamaha qui a laissé partir le Français vers KTM.



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP