Yamaha a donc renforcé ses effectifs en sautant sur l’occasion d’embaucher un Cal Crutchlow qui a décidé de mettre un terme à sa carrière. Ceci pour un poste de pilote test qui n’a cependant pas porté chance à ses prédécesseurs que sont Jonas Folger et Jorge Lorenzo. Par ailleurs, l’Anglais n’a pas eu ce genre de proposition de la part de Honda, qu’il a pourtant servi durant six saisons. Mais au vu des difficultés actuelles de la M1, il y a besoin d’un pilote fort, tant en pilotage qu’en caractère, pour faire bouger les choses. C’est justement à que Maverick Viñales attend Crutchlow …

Le bouillant Cal Crutchlow fera-t-il un bon pilote d’essai ? Celui qui l’a connu pilote titulaire chez Honda et qui connait les impératifs de la fonction de testeur, en l’occurrence Stefan Bradl, a comme un doute. Mais les deux hommes ne s’apprécient guère. Maverick Viñales, lui, en, revanche, le considère comme l’homme d’une situation où il faut sortir des sentiers battus pour avancer sur le développement de la Yamaha.

Viñales évalue ainsi positivement son arrivée en tant que pilote d’essai : « ce que j’aime chez lui, c’est qu’il est très direct dans ses commentaires. Donc, s’il a quelque chose de mal à dire sur vous, il le dira aussi. Et c’est exactement ce dont nous avons besoin ».

« Nous devons comprendre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.  Pas en cinq mois, mais en un jour. Parce que nous devons nous améliorer de toute urgence », déclare le pilote Yamaha, qui n’est monté sur le podium que trois fois en 2020 tandis que sa sixième place finale au championnat était clairement en deçà de ses propres attentes.

Viñales attend de Crutchlow les secrets de la Honda

« Je pense que Cal pourrait définitivement améliorer la moto », a poursuivi Viñales. « Parce que ce que nous constatons que chez Honda il y a beaucoup d’adhérence sur la roue arrière. Il le sait. Si nous pouvions utiliser cette information pour nous-mêmes, ce serait bien ».

Le manque d’adhérence sur la roue arrière, en plus de l’inconvénient de la vitesse de pointe, est effectivement le talon d’Achille de Yamaha. « Il peut également apporter beaucoup de contribution avec son style de pilotage. Et comme je l’ai dit, j’aime son caractère. Il est très direct », insiste Viñales.

Au passage, comment Crutchlow voit-il sa mission chez Yamaha ? Il répond : « il est inutile de passer un test et de ne pas leur parler pendant quatre mois. Il faut un peu de communication avec l’usine, avec les pilotes, peut-être avec les mécaniciens et l’ingénieur en chef ». Le premier commentaire direct a été donné via Motorsport

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow, Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP