Il est acquis depuis bien longtemps que cette saison de MotoGP connaît déjà sa révélation. Il s’agit de Fabio Quartararo qui a déboulé dans un team Petronas Yamaha naissant de façon si inattendue que beaucoup se sont interrogés sur la légitimité d’un tel choix. Le Français a répondu très vite sur la piste et le voilà à présent reconnu comme le prochain rival sérieux de Marc Márquez. Une évaluation qu’on lui avait déjà donnée dès son arrivée en Grand Prix, à l’âge de 15 ans. Cinq ans plus tard, le revoilà adoubé. Mais cette fois, il ne lâchera pas prise, car il a un secret que voilà…

Neuf premières lignes dont quatre pole positions et cinq podiums, voici le bilan de Fabio Quartararo à la veille d’un Grand Prix du Japon qui aura lieu ce week-end sur le tracé du Motegi. Pas si mal pour une première année en MotoGP ! Il ne manque que la victoire et le tableau sera parfait. Une échéance à portée de main, qui est même annoncée par Marc Márquez.

Une fraîcheur et une aisance que la docile Yamaha a exacerbé. Mais encore faut-il savoir s’en occuper. Avec une M1 moins musclée, Fabio Quartararo a su s’imposer non seulement devant son équipier Morbidelli, un ancien Champion du Monde de Moto2, mais aussi face aux pilotes officiels de l’usine d’Iwata. Valentino Rossi n’est pas le dernier à le féliciter et il a comme réveillé Maverick Viñales.

Par quelle magie ? Le Français avoue tout dans des propos rapportés par Motosan : « je n’ai jamais eu l’idée de considérer le niveau de ma moto pour justifier le fait que j’aurais été moins rapide que les autres pilotes Yamaha. En fait, pour moi, rouler en MotoGP, c’est un rêve devenue réalité. C’est un cadeau et c’est pour ça que je me donne à 100% à chaque fois que je prends la piste. Je ne me plains de rien. Lorsque je grimpe sur la moto, ce n’est que du plaisir, ce n’est jamais comme faire un travail. »

Du plaisir, aucune pression ni sentiment de contrainte, l’osmose se fait ainsi avec la machine et Fabio démontre que le MotoGP est aussi un sport mental : « je garde la moto sous contrôle. Il est vrai que lorsqu’il faut aller chercher le chrono, lorsque nous sommes tous à la limite, nous ne savons pas très bien si nous allons chuter ou non. Mais je ressens souvent cette limite, alors je reste sur mes roues. »

Et pour la suite ? Il est évident que Fabio Quartararo est à présent le pilote à recruter pour les années à venir. Mais le tricolore rassure la marque au diapason : « je vois Yamaha très motivé. Ils ont déjà amené le prototype pour l’année prochaines et les évolutions amenées semblent fonctionner. Mais je ne veux pas encore y penser. Je préfère rester concentré sur cette saison et celle qui suivra. Après, on verra. »

Au Motegi, ce week-end, Fabio Quartararo peut rafler le titre de meilleur débutant. Il est aussi en tête au classement des meilleurs pilotes privés. Mais il peut aussi encore largement améliorer son sort au classement général tout court. Au fait, en 2018, il avait gagné le Grand Prix du Japon Moto2, avant que sa Speed Up ne soit déclassée sur le tapis vert…



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team