La conférence de presse tenue à l’issue du Grand Prix d’Italie au Mugello a réuni Danilo Petrucci, Marc Márquez et Andrea Dovizioso.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les propos bruts de Andrea Dovizioso, sans la moindre interprétation journalistique.


Nous sommes sûrs que vous devez être content pour Danilo. Arriver sur le podium depuis la 9e place sur la grille est un très bon résultat. Parlez nous de ce qui s’est passé à la fin de la course…

Andrea Dovizioso : « oui, je suis très heureux de cette course. Nous avons fait la course que nous voulions. Nous avons un peu peiné durant le week-end mais finalement le feeling est revenu hier et nous avons la plupart du temps travaillé de la bonne manière pour la course. Et nous étions là durant la course ! J’ai fait un départ parfait et je me suis mis dans une bonne position. J’ai économisé le pneu et j’ai très bien piloté par rapport aux conditions car c’était très difficile pour tout le monde car les températures étaient très élevées.. Je pense que j’ai utilisé une bonne stratégie car je voulais être 3e au premier virage du dernier tour mais Danilo nous a doublé de façon très agressive. J’ai dû relever la moto et Marc à de nouveau fermé la porte et j’ai dû fermer les gaz et perdre une position. Durant le dernier tour, l’adhérence était très faible pour tenter quelque chose de fou. J’ai essayé d’analyser et de faire une stratégie mais je n’ai pas pu. Et dans le dernier virage, Rins m’a presque doublé, donc… C’est mauvais pour le championnat car nous avons perdu quelques points, mais globalement la course a été bonne. Je suis très heureux pour Danilo ! Nous travaillons ensemble car je savais qu’il avait le potentiel, et ce depuis le début de saison, avant le Qatar. Il avait le potentiel, il devait apprendre des choses et il les a apprises. Je suis donc très content pour lui car il a gagné au Mugello, qui est la meilleure course de notre championnat, est vraiment bien et cela peut affecter son futur. Je suis très heureux de cela ».
« Mais je ne suis toujours pas content de la façon dont nous pilotons car Marc est là, à se battre avec nous dans cette course, et cela signifie que nous sommes toujours trop lents en milieu de virage. Avec le tracé de cette piste, nous sommes très bons en accélération et au freinage, mais la seule raison pour laquelle Marc a pu rester avec nous jusqu’à la fin, c’est parce qu’il est fort mais aussi parce qu’il est plus rapide que nous en milieu de virage, et ce avec des pneus pires que les nôtres. Cela est la mauvaise partie du championnat car nous devons améliorer quelque chose si nous voulons vraiment nous battre pour le titre. Nous sommes là et nous ne renoncerons pas jusqu’à la fin, mais ce n’est pas assez : Nous avons besoin de quelque chose de plus ».

La Honda apparaît également très rapide dans la ligne droite, ce qui est nouveau cette année…

« Je ne suis pas surpris car depuis le début, au Qatar, Honda a montré cela. C’est aussi parce qu’il était en mesure de sortir très vite du dernier virage. Cela, plus son poids et sa corpulence, l’aide dans les lignes droites, et il a pu rester avec nous ».

J’aimerais savoir ce que vous avez ressenti dans le dernier tour, au premier virage…

« Je savais que le freinage au premier virage allait être très dur car il freine très fort et il est capable de gérer les glissades dans la dernière phase du freinage. Mais je me sentais plutôt fort à ce freinage et j’étais à l’intérieur, donc j’ai pu gérer cela. Nous avons été un peu trop long ce qui a donné la possibilité à Danilo de s’immiscer. Je n’ai pas senti qu’il y avait beaucoup de place dont j’ai essayé de fermer la porte aussi vite que j’ai pu mais Danilo est arrivé à ce moment et j’ai dû relever la moto très rapidement pour ne pas le toucher. Mais au même moment, Marc était là, donc quand j’ai relevé j’ai dû faire attention et garder un certain angle car si je touchais Marc, je pouvais chuter. Finalement, tout s’est bien passé ».

Comme c’est assez inhabituel, pouvez-vous nous parler du programme d’entraînement que vous suivez avec Danilo ?

« Je pense que Danilo a progressé cette saison car il croit plus en lui-même et il a compris son potentiel, chose à laquelle il ne croyait pas vraiment par le passé. Il n’avait pas vraiment analysé et réalisé ses qualités. S’entraîner ensemble, oui, c’est comme Aldon Baker mais d’une façon différente puisque dans notre sport nous ne pouvons pas nous entraîner avec une MotoGP : Nous devons utiliser quelque chose de différent. Mais à chaque fois que nous allons faire du flat track ou du motocross, nous nous poussons l’un l’autre. Cela nous amène à la limite et nous prenons des risques mais cela fait partie de notre sport et je pense que cela fonctionne car, heureusement, nous venons tous les deux du motocross et nous avons des bases similaires. Nous sommes donc assez rapides en motocross et similaires en flat track : Donc chaque fois, nous essayons vraiment de nous battre l’un l’autre, et c’est bien. Oui, il y a des risques mais cela nous aide tous les deux car il est vraiment talentueux. Je pense que c’est positif ».

Savez-vous si Danilo a signé son contrat pour 2020 ce week-end ?

« D’après ce que je sais, je ne pense pas que le contrat sera décidé prochainement. Je pense que Ducati est dans une situation où ils peuvent attendre, donc je ne pense pas qu’ils décideront maintenant, mais bien sûr cette course comptera beaucoup ».

Danilo a dit qu’il allait maintenant vous aider. Vous attendiez-vous à cela et de quelle façon peut-il vous aider ?

« Il n’y a rien d’étrange. Je pense, comme nous l’avons fait jusqu’à maintenant : Si nous pouvons parler pendant les essais, analyser les pneus et les réglages. Ou si nous suivons un autre pilote… Tout ce que l’on peut comprendre d’après les essais peut toujours vous aider à gérer chaque situation d’une meilleure façon. Je pense cela ».

Classement Grand Prix d’Italie MotoGP :

Crédit classement : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team