La conférence de presse tenue à l’issue du Grand Prix d’Italie au Mugello a réuni Danilo Petrucci, Marc Márquez et Andrea Dovizioso.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les propos bruts de Danilo Petrucci, sans la moindre interprétation journalistique, même s’il s’agissait sans nul doute d’une des conférences de presse les plus émouvantes de ces dernières années.


Danilo, quel sentiment incroyable cela doit-il être de remporter votre première victoire en MotoGP au Mugello, surtout que vous étiez un peu malade…

Danilo Petrucci : « oui, c’est vraiment super ! Je n’ai pas encore réalisé que j’ai remporté ma première course ici. Ce matin, je me suis réveillé en bonne forme mais j’ai vu qu’il faisait très chaud et durant les jours précédents je m’étais toujours senti très, très fatigué après quelques tours ».
« La course ? Après le départ, il y avait beaucoup de gars qui voulaient rester devant, donc je me suis dit “OK, le rythme n’est pas si élevé donc j’essaie de rester devant pour éviter les risques”. Après quelques tours, j’ai pu prendre le commandement et je me suis dit qu’à partir de là, j’allais rouler à ma main et essayer d’économiser de l’énergie, à la fois pour le final mais aussi pour les pneus. Je me disais que j’essaierai d’attaquer à environ 5 tours de la fin. Mais à 5 tours de la fin, je me suis dit “peut-être 3” (rires). Puis 2 (rires). Puis peut-être que quelqu’un allait essayer de me passer dans le dernier tour. Et j’avais raison (rires). Je savais que Marc et Andrea allait essayer de me doubler au premier virage en se servant de l’aspiration. Et quand ils m’ont passé, je me suis dit “noooon, encore une fois ! J’ai mené toute la course et je vais encore finir 3e ou 4e”. Mais ils se sont alors un peu déportés et j’ai trouvé un petit passage pour y plonger. Je suis vraiment désolé qu’Andrea ait dû relever sa moto, mais je savais que j’avais une grande chance aujourd’hui de remporté ma première victoire. J’ai alors essayé d’attaquer dans le dernier tour et je suis arrivé au dernier virage. Quand je suis sorti du dernier virage et que j’ai passé la 4e vitesse, je me suis dit “maintenant, si je dois croire l’histoire de ma vie, je devrais sortir 1er et terminer 3e”. Mais j’ai alors passé la 4e, puis la 5e et j’ai attendu Marc et Dovi, puis j’ai passé la 6e et j’ai franchi la ligne d’arrivée à ce moment. Mais comme je vous l’ai dit, je n’ai pas réalisé ».
« À coup sûr, je voudrais dédier cette victoire à Andrea, mon coéquipier, qui m’a adopté comme un enfant cet hiver, ou plutôt comme un frère car je serais un très grand enfant (rires). Cela est incroyable entre 2 coéquipiers. Bien sûr, nous avons des objectifs différents cette année et je suis vraiment désolé qu’il ait perdu quelques points aujourd’hui, mais je voulais vraiment gagner la course aujourd’hui et je suis très heureux. Nous devons maintenant penser à l’objectif de l’équipe pour cette année, mais j’aimerais vraiment remercier Ducati et ma famille ».

Cette victoire crédibilise votre présence en MotoGP malgré quelques critiques par le passé…

« Oui. Par le passé, j’ai pensé à de nombreuses reprises arrêter ma carrière car je me disais que ce n’était pas mon monde. Également en début d’année, je me suis dit ” OK, j’essaie cette année mais je n’ai pas de contrat pour la saison prochaine “, donc je me suis mis un peu de pression. Et après les 2 premières courses, les résultats n’étaient pas très bon et, une fois de plus, c’est Andrea qui m’a aidé dans cette période en me disant de ne pas penser au futur mais de penser au présent, d’essayer d’apprécier ce que je faisais et de me concentrer sur mes points positifs. Et à partir de Jerez, j’ai commencé à me dire ” OK, je vais faire du mieux possible cette année. Si c’est suffisant, c’est OK, sinon, si je ne peux pas gagner avec cette moto, je ne serais pas capable de gagner avec n’importe quelle autre moto et ce n’est donc pas mon monde ».
« Mais aujourd’hui j’ai gagné, et je vais peut-être changer mon programme pour le futur (rires) ».

J’aimerais savoir ce que vous avez ressenti dans le dernier tour, au premier virage…

« Je savais que Marc et Andrea allaient essayer de me doubler à l’aspiration dans la ligne droite. Ils l’ont fait et ils ont vraiment freiné très fort alors que j’ai freiné un peu plus tôt. Et comme j’étais très proche des vibreurs, il y avait simplement 1,5 m où j’ai mis ma moto. Andrea refermait son virage mais j’étais là. Je suis vraiment désolé pour ce passage. Je m’explique : Andrea est la dernière personne au monde que je veux obliger à relever sa moto. Mais aujourd’hui, je pense que j’avais une bonne chance de gagner. Comme je vous l’ai dit, c’était mon objectif pour cette année et nous pouvons maintenant nous concentrer sur notre objectif pour la saison. Je pense maintenant que je vais être plus, disons relax, et que nous allons pouvoir penser à améliorer la moto et essayer de remporter le championnat avec Andrea ».

Pouvez-vous nous décrire votre émotion après une victoire attendue si longtemps ?

« Sincèrement, ce matin je n’étais pas très bien mais un peu mieux que lors des derniers jours. J’ai donc vraiment essayé de gérer mon énergie durant la course. Puis, après la ligne d’arrivée, j’ai commencé à hurler et j’ai eu vraiment du mal à faire le tour d’honneur : c’était très dur car je n’avais plus d’air pour crier ! » (Rires).

Est-ce que votre nouvel objectif est maintenant d’aider Dovizioso à remporter le titre ?

« Quoi qu’il en soit, comme on vous l’a dit depuis le début de saison, nous avons 2 objectifs différents. Le mien était de remporter ma première course, puis nous devons atteindre l’objectif d’Andrea et j’essaierai de faire tout mon possible pour atteindre cet objectif. Je suis vraiment désolé. Je pense que les deux, Marc et Andrea, auraient pu gagner aujourd’hui. Mais nous sommes toujours à la limite dans une compétition. Cette fois, c’était pour moi et je pense que j’avais une belle opportunité, mais la prochaine fois je pense que je penserai au championnat. Je pense que nous sommes le meilleur team en MotoGP, les points le disent, donc nous pouvons travailler ensemble pour être les meilleurs à la fin de l’année ».

Vous sembliez mieux tenir la corde que les autres Ducati dans le premier et le dernier virage. Avez-vous une explication pour cela ?

« J’ai toujours des trajectoires étranges pour certains car je me dirige toujours vers l’intérieur du virage pendant le freinage. Et cela a toujours été un problème pour moi pour ensuite faire tourner la moto, en particulier parce que j’ai besoin de beaucoup de charge sur le pneu arrière pour faire cela. Mais je connais très bien le Mugello car j’ai l’habitude d’y être pilote d’essais pour Ducati. Je ne sais pas combien j’ai fait de tours ici en 2011, peut-être plus de 1000 tours durant l’année. Bien sûr avec une Superbike ou une Superstock, pas une MotoGP, mais j’ai toujours aimé ce circuit. Au premier virage, je freine vraiment fort mais dans le dernier tour j’avais peur de toucher quelqu’un. Mais j’ai trouvé ce passage et c’était bien. J’avais déjà fait beaucoup de dépassements dans ce dernier virage car je peux y suivre les vibreurs, ce qui m’aide beaucoup à doubler durant une course ».

Avez-vous eu une réunion particulière avec Ducati avant cette course pour savoir ce que vous pouviez faire et comment ? Et également avec Andrea ?

« Non. Nous avons eu une réunion en début de saison où ils ont dit que l’objectif était bien sûr de gagner. Je devais gagner mais bien sûr je ne devais pas faire de choses folles avec Andrea. De mon point de vue, il y avait ce passage et j’ai fait de mon mieux. Durant la course, j’avais déjà beaucoup doublé de cette façon ».
« Cette fois, il n’y a pas eu de meeting et ils m’ont juste dit d’essayer de gagner la course ».

Classement Grand Prix d’Italie MotoGP :

Crédit classement : MotoGP.com

Tous les articles sur les Pilotes : Danilo Petrucci

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team