Enfin, nous avons pénétré sur le Daytona International Speedway. Après une bonne heure en compagnie du staff du team TOBC à remplir toute la paperasse administrative, nous voila parés de toutes les autorisations nous permettant de pouvoir vous faire vivre de l’intérieur cette course unique.

Team tenant du titre oblige, c’est dans le stand numéro 1 que TOBC établit ses quartiers. Les 14 membres du team s’affairent et bien que ce soit la première course de la saison on sent que le ballet est bien réglé car chacun sait ce qu’il a à faire sous l’autorité de Scott Harwell, le team manager, qui met aussi la main à la pâte comme quand il faut monter sur le toit de l’immense truck du team pour aider à la manœuvre de mise en place de la bâche du non moins immense auvent.

Au fur et à mesure, les choses prennent place et les motos, comme le feraient des stars, sont les dernières à sortir du camion. Cédric Tangre, impatient de pouvoir toucher sa Suzuki GSXR600 « tuned in USA », l’inspecte du regard et note les différences avec celle qui lui a permis de devenir champion de France l’an passé et celle qu’il va piloter en championnat du monde Supersport cette année. Les systèmes de changement rapide des roues font l’objet de toute son attention d’autant qu’ils répondent à un règlement spécifique un peu éloigné du championnat du monde d’Endurance dont il a l’habitude. Il restera, demain matin tôt, à apposer les stickers des sponsors motivés par cette aventure franco-américaine.

La discussion s’engage vite avec Timmy, son chef mécanicien et Bobby, son mécanicien. Le courant a l’air de bien passer tout comme un peu plus tard avec Philip, l’ingénieur châssis. Le niveau de précision technique monte de plusieurs crans très vite, c’est bon signe. Dany Eslick, l’autre pilote et vainqueur des éditions 2014 et 2015, se joint à la conversation. Round d’observation de la part des deux pilotes qui se jaugent pour savoir quoi de la rivalité ou de la complicité guidera leur relation dans les trois prochains jours.

La nuit est maintenant là et c’est autour d’un repas bien mérité que tout le staff et les deux pilotes se disent que demain, enfin, cela va commencer. Le menu de jeudi sera bien différent avec deux séances d’essais libres de 50 minutes à midi puis 16h10. Cela peut paraître long mais ce ne sera pas de trop pour que Cédric commence à appréhender ce circuit si particulier.

Nous y serons.



Tous les articles sur les Pilotes : Cédric Tangre

Tous les articles sur les Teams : TOBC