Le pilote Kawasaki a souffert en ce début de saison face à la domination totale de son nouveau rival Ducati, mais les erreurs de celui-ci ont permis de lui redonner confiance.

Bien qu’il ait dû s’incliner pour un dixième face à Álvaro Bautista en Course 2 au Portugal, Jonathan Rea a été l’homme fort du week-end avec une victoire en Course 1 et en Course Tissot Superpole, en plus d’une nouvelle pole position ajoutée à son palmarès. Le scénario se répète depuis Misano, où la tendance a fini de s’inverser entre lui et l’Espagnol, qui avait pourtant écrasé la concurrence jusqu’alors.

Si l’avance du Nord-Irlandais s’élève désormais à 91 points au championnat (et le rapproche toujours plus de son cinquième sacre), ce dernier refuse de baisser la garde et ce d’autant plus qu’il continue de voir la performance des machines de Borgo Panigale en course. « Je ne pense pas avoir été si fort que cela, pour être honnête » a-t-il commenté auprès de GPOne. « J’ai toujours été rapide ici par le passé, ce circuit ressemble à une piste de motocross où l’on doit totalement contrôler la moto et le corps, ou à une piste anglaise. Les Ducati souffrent dans le premier secteur mais sont fortes sur le reste du tracé. Je ne pense pas avoir eu la marge que j’avais l’an dernier. »

Néanmoins, le quadruple Champion du monde en titre reconnaît qu’un déclic s’est passé de son côté, le début du passage à vide de Bautista ayant clairement permis d’inverser le rapport de forces d’un point de vue psychologique : « L’objectif a toujours été le titre, mais, après Assen, j’avais l’impression de combattre un monstre, qui désormais ne semble plus aussi effrayant qu’avant. »

« À partir de Jerez, Álvaro a commencé à commettre des erreurs qui m’ont permis de récupérer des points, mais en début de saison il semblait vraiment imbattable. J’ai vraiment dû ne rien lâcher jusqu’à ce que je gagne à Imola et que je comprenne que ce n’était pas une machine. À partir de là j’ai essayé de ne pas baisser les bras et de me battre à chaque course pour le meilleur résultat possible. »

Et le résultat paye puisque sur les 15 courses disputées depuis Imola, Rea en a remportées neuf, contre quatre pour Bautista (les deux autres ayant été gagnées par Michael van der Mark et Chaz Davies). Mais la prudence reste de mise. « Il y a encore pas mal de courses et nous avons déjà vu comment la situation peut rapidement changer » a-t-il conclu.

Tous les articles sur les Pilotes : Alvaro Bautista

Tous les articles sur les Teams :