Cet épisode fait suite à la première partie du récit, trouvable ici même.

La préparation du premier championnat du monde 50cc était primordiale. D’un côté, Kreidler, possédant l’expérience et le savoir-faire contre les japonais de Suzuki et Honda, qui n’étaient pas restreints par des modèles de série. En effet, la firme allemande tenait à engager des machines proches de ceux vendus dans le commerce.

Honda proposait une architecture complètement différente : la RC110 était équipée d’un monocylindre quatre-temps prenant 14 000 tr/min. Suzuki opte alors pour le deux temps et bénéficiait de l’un des meilleurs pilotes de la catégorie : le regretté Ernst Degner. L’allemand de l’Est avait quitté MZ récemment et mit rapidement le doigt sur les problèmes du monocylindre japonais. Son expérience et les secrets de son ancien employeur aidèrent considérablement Suzuki à proposer une machine performante.

La victoire se jouera entre ces trois constructeurs, c’est certain. Le trophée vaut de l’or, tant le marché des 50cc est important au début des années 1960. Lors de la première joute à Montjuïc, Hans-Georg Anscheidt rafle la mise et donne espoir aux équipes Kreidler. Quelques temps plus tard, le néerlandais Jan Huberts fait de nouveau triompher la marque de Stuttgart. Ça sent bon le championnat… Jusqu’à ce qu’un allemand ne s’en mêle.

Quatre courses de rang. Ernst Degner débute sa marche en avant dès le Tourist Trophy avant d’en remporter encore trois de suite. Suzuki triomphe, Kreidler sèche ses larmes. Honda se console avec de beaux résultats, grâce au suisse Luigi Taveri (qui sera titré champion du monde 125cc).

Grâce à cette mi-saison de folie, Degner devient le premier champion du monde 50cc devant notre bon Hans-Georg. Ils devancent Taveri sur Honda, ce qui signifie que trois marques différentes sont représentées sur le podium final. La compétitivité est assurée, et le spectacle qui va avec également.

Ángel Nieto est le grand spécialiste du 50cc dans les années 1970. Photo : Nationaal archief


Au cours de cette saison inaugurale, cinq pilotes différents ont remporté au moins une course, soit le plus haut total dans les cinq catégories. Dans les faits, Suzuki est malgré tout un ton au dessus. La firme d’Hamamatsu remporte les titres 1963 et 1964 grâce à un seul homme. Hugh Anderson a remplacé Degner en tant que pilote de pointe. Anscheidt termine toujours sur le podium et remporte même des courses, mais ce n’est pas suffisant.

Kreidler souffre de sa politique visant à promouvoir ses machines commercialisées, tandis que les japonais s’offrent le droit de concevoir de véritables prototypes. Ceci poussa même Hans-Georg a hisser la grand voile, rejoignant l’ennemi Suzuki après une saison 1965 désastreuse. Le tout pendant que Honda fête son premier titre de champion, emporté par Ralph Bryans.

La firme allemande lâcha énormément de lest durant les années suivantes. Leur ancien pilote d’usine enchaîne trois titres mondiaux coup sur coup (!) chez Suzuki, une performance incroyable prouvant qu’il sauvait les meubles chez son ancien employeur. La catégorie était toujours disputée et spectaculaire (trois pilotes en deux points en 1966), mais la philosophie japonaise avait fait exploser les coûts. La 50cc n’était plus ce qu’elle devait être.

La FIM décida de prendre des mesures strictes afin de limiter le prix d’une machine de compétition. En désaccord avec ces décisions, les japonais quittèrent purement et simplement la catégorie. 1969 sonne comme une révolution pour la 50cc. Le nombre de concurrents explose ! De nouveau constructeurs font leur apparition, tels que KTM, Garelli, Reimo et bien d’autres encore. Kreidler et Derbi , présents depuis la toute première saison en 1962, décidèrent de renforcer leurs effectifs et de revenir en trombe.

Allemagne contre Espagne, un beau match, en somme. Côté Pyrénées, le légendaire Ángel Nieto. Côté Rhin, les néerlandais Aalt Toersen et Jan de Vries.

L’affrontement désormais légendaire s’étendant sur plusieurs années sera conté dans le prochain volet de cette saga spéciale 50cc. Rendez-vous prochainement !



Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team, Team Suzuki Ecstar