Depuis qu’il est parvenu en catégorie MotoGP en 2013, Marc a toujours terminé sur le podium à Jerez et est à chaque fois parti de la première ligne. Il y a remporté la victoire en 2014. Il sera donc de nouveau un des favoris ce week-end, mais devra se méfier des Yamaha victorieuse et deuxième l’an dernier, mais aussi de son coéquipier Dani Pedrosa qui avait réussi à l’y battre en 2013.

Après des essais hivernaux difficile, Marquez réussissait à terminer quatrième au Qatar, mais chutait ensuite en Argentine alors qu’il était en tête. Il s’imposait récemment à Austin, ce qui lui permettait de revenir à la troisième place du classement provisoire avec 38 points, contre 56 au leader Valentino Rossi et 50 au deuxième Maverick Vinales. Ce sera le 154e Grand Prix de Marc, dont le 76e en MotoGP, catégorie ou il totalise 29 victoires (et 55 au total).

Par rapport aux trois courses du début de saison, le circuit de Jerez présente une configuration assez différente, avec une piste de 11 mètres de large, soit nettement moins que les 16 de Termas de Rio Hondo ou les 15 d’Austin. Le cabrage à l’accélération y est très sensible en sortie de certains virages et la planéité de plus en plus aléatoire car le dernier resurfaçage date de 2005.

Il est à noter qu’une semaine après le test de Phillip Island en février, Marquez et Pedrosa étaient venus à Jerez pour deux journées d’essais. Ils n’avaient pas pu rouler le vendredi en raison de la pluie et n’avaient eu que la journée du samedi pour poursuivre leur programme de développement. Mais cette journée de roulage supplémentaire par rapports aux autres pilotes pourrait être un atout intéressant pour les deux pilotes officiels de la HRC.

Selon Marc Marquez, « Je suis heureux que le prochain GP soit en Espagne après trois épreuves outremer, car les courses à la maison et devant mon fan club sont toujours spéciales.

« Bien sûr, notre victoire à Austin a donné à l’ensemble de l’équipe plus de confiance et de motivation pour faire du bon travail et essayer de comprendre comment améliorer encore la configuration de notre moto, bien que Jerez soit l’un des circuits les plus difficiles et compliqués de ce point de vue.

« C’est une sorte de piste « vieille école » : très courte, très étroite, avec de grosses accélérations et des zones de fort freinage. Vous devez faire tourner la moto, mais vous avez également besoin d’une bonne stabilité lors du freinage, car c’est là que vous pouvez réaliser de bons temps.

« C’est un circuit où nos adversaires sont toujours très rapides, mais de toute façon, je pense que nous serons en mesure de bien faire si nous travaillons bien à partir de vendredi matin. »

Classements :

classement

teams

05JerezTest 23 a 25 de febrero de 2017. Motogp, mgp

05JerezTest 23 a 25 de febrero de 2017. Motogp, mgp



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team