Le team Repsol Honda quitte le circuit de Misano satisfait de ce qu’il a accompli et prêt pour la fin de 2019 et au-delà, après un travail assidu en Italie.

Marc Márquez a conclu le test MotoGP à Misano en 10e position, à plus d’une seconde de Fabio Quartararo.

Est-ce à dire que le pilote Repsol Honda a connu des difficultés ? Pas du tout, simplement qu’il s’est attaché tout au long des 168 tours effectués au guidon de sa RC213V à essayer diverses solutions techniques et à peaufiner ses réglages en conditions de course, en particulier sans passer spécifiquement de pneus neufs pour aller taquiner le chrono…

Et du travail, le pilote catalan en avait, puisqu’il disposait d’au moins 4 motos, toutes dans des configurations différentes : 2 aux couleurs Repsol Honda, sans doute proches de celles utilisées à Silverstone, un bitza composé de pièces aux couleurs de la HRC de Stefan Bradl avec le cadre recouvert de carbone, et une non peinte, sans doute le prototype en vue de 2020.

Le numéro 93 a bien évidemment éludé toute question technique, que ce soit dans son communiqué ou au micro du site MotoGP.com.

Marc Márquez : « Ce fut un test très chargé pour nous, car nous commençons déjà à travailler pour 2020. Tout d’abord, nous avons fait un peu de travail pour la fin de la saison 2019 afin de nous assurer de pouvoir la terminer dans les meilleures conditions. Ensuite, nous avons commencé à essayer certains éléments pour 2020. Dans l’ensemble, c’était un bon test et nous avons bien travaillé et de manière précise pour tirer le meilleur parti de notre temps sur la piste. Je me suis senti bien avec la moto pendant ces deux jours, donc nous avons pu comprendre beaucoup de choses. »

Pouvez-vous dire un peu plus ?

« Non ! (Rires) Désolé, j’aimerais mais je ne peux pas. Au final, nous avons essayé de nouvelles pièces, toujours dans le but d’améliorer la moto au chrono. C’était juste le premier contact avec certaines pièces. »

Visuellement, pas grand-chose de nouveau n’était apparent sur les différentes motos de Marc Márquez. À peine a-t-on pu noter les différents modèles d’ailerons…

Marc Márquez ne semble pas avoir beaucoup utilisé le châssis recouvert de carbone (notre hypothèse “cadre plus rigide pour les circuits de freinages” s’est pour le moment confirmée avec son absence à Silverstone), ni même la « boîte noire » sous le dosseret de selle pourtant utilisée par Cal Crutchlow sur son prototype.

Mais, en y regardant bien dans un document diffusé par le site MotoGP.com, on découvre que le cadre du prototype 2020 semble avoir été modifié dans sa partie avant et comporter un relativement imposant renfort en carbone.

Cela pourrait confirmer le travail effectué actuellement par Honda concernant la rigidité de cette zone du châssis, profondément remaniée depuis le début de saison à cause de l’adoption du passage d’air central.

Dans un premier temps, l’utilisation du carbone permet de faire varier la rigidité du cadre plus rapidement qu’en usinant un nouveau cadre à chaque fois.

Toutefois, l’utilisation simultanée de l’aluminium et du carbone pourrait également avoir d’autres avantages, comme le montre Suzuki qui continue à utiliser cette solution mixte après avoir déclaré qu’elle n’était que temporaire pour définir les rigidités optimales…

Le prochain Grand Prix aura lieu à Misano dans 2 semaines, le prochain test seulement après le Grand Prix à Valencia, en novembre.

© Crédit Photos : MotoGP.com, Moto.it

Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team