Biel Roda et son frère Guim sont les fondateurs de l’équipe Provec Racing qui gère depuis plusieurs années les intérêts de Kawasaki en Championnat du Monde Superbike. Biel est en charge du marketing et de la communication, Guim est team manager, et l’équipe est basé à Granollers, près du circuit de Barcelone–Catalogne.

La possibilité pour Jonathan Rea de devenir Champion du Monde Superbike pour la cinquième fois consécutive ne semblait pas très bonne cette année à Jerez car Alvaro Bautista avait remporté 11 courses sur 13 et possédait 61 points d’avance. Maintenant, après 26 courses, Jonathan a un avantage de 81 points.

Biel, pensais-tu à Jerez que lors des 10 courses suivantes, Johnny pourrait marquer 142 points de plus que Bautista ?

« Ce début de saison a été très surprenant. L’ensemble Bautista et Ducati était très rapide, mais Chaz Davies ne l’était pas, et nous perdions beaucoup en ligne droite et en accélération comparé à eux. Après Assen, nous étions franchement inquiets. JR* s’est très bien comporté en conservant son bon sens et en étant constamment deuxième sans chuter en essayant des choses impossibles. »

*Johnny Rea

« Nous nous attendions à des erreurs de la part de Bautista qui après tout est un rookie dans ce championnat, et nous savions aussi que nous serions plus compétitifs sur des circuits comme Donington, Imola et les USA. Nous n’avons jamais perdu confiance. JR est le meilleur pilote de toute l’histoire du WSBK et ce qu’il fait est étonnant.

« L’équipe n’a pas fait d’erreur, et KHI* continue le développement. Nous sommes dans une bien meilleure position pour défier, mais le Championnat ne sera pas joué avant le samedi au Qatar, et il y a encore de longues lignes droites à venir. On verra comment cette incroyable saison va se terminer. »

*Kawasaki Heavy Industries, le constructeur.

Avec les quatre épreuves de Portimao, Magny-Cours, San Juan Villicum et Losail à venir, comment vois-tu la fin du championnat ? Ciblerez-vous d’abord le titre mondial ou les victoires en course ?

« La cible est avec certitude le titre. Ce championnat compte 39 courses ! Et les deux meilleurs gars montent toujours sur le podium. Et puis 3 victoires plus un abandon sur chute marquent moins de points que 4 deuxièmes places. Un championnat comme celui-ci est gagné par le gars qui fait le moins d’erreurs. Portimao, l’Argentine et le Qatar ont chacun une ligne droite qui n’en finit jamais et où nous perdons beaucoup de temps. C’est loin d’être fait, nous ferions mieux d’être performants si nous voulons gagner ce titre. »

Savez-vous déjà qui sera votre deuxième pilote avec Rea l’année prochaine, à la place de Leon Haslam ?

« Non, nous avons évidemment nos priorités (KRT & KHI) et Guim, qui est responsable de la stratégie des pilotes conformément aux priorités et aux limites de KHI, y travaille.

« Cela dit, Leon fait un excellent travail et est très engagé. Il vient de gagner à Suzuka, ce qui est une variable importante pour KHI dans sa stratégie concernant le pilote. En tout état de cause, la décision pour savoir qui sera le partenaire de Rea (et non le second pilote) n’est pas encore déterminée à 100%. »

Vous avez participé pour la première fois cette année aux 8 Heures de Suzuka et vous avez remporté la course. Ton frère Guim avait gagné les 24 Heures de Catalogne en 2002 en tant que pilote, donc vous connaissiez déjà l’endurance. Mais comment avez-vous réussi à battre toutes les motos d’usine et les équipes officielles pour votre première participation aux 8 Heures de Suzuka ?

« Ouf, c’est long à dire. La plupart des employés de KRT ont de l’expérience en endurance, Uri Pallares a fait partie de la meilleure équipe d’endurance espagnole le Team Folch pendant de nombreuses années, Pere (Riba) a participé au projet de l’année dernière et a également participé pendant sa période chez Honda, Danilo, Davide, Alvar et Silvia ont également de l’expérience. »

« Je pense que nous formions le groupe parfait. Nous avons utilisé l’expérience du Team Green (équipe japonaise), nous avons utilisé la stratégie du KRT et son attitude victorieuse, nous avions les meilleurs pilotes possibles, Jonathan, Leon et Toprak et deux personnes de KHI, Kirino San (marketing) et Matsuda San (ingénierie) qui ont pris la décision courageuse et complexe sur le plan logistique de tout rassembler. Nous sommes presque morts d’une crise cardiaque à la fin de la course, mais cela a fonctionné et nous avons gagné. »

Envisagez-vous à l’avenir de disputer l’intégralité du Championnat du Monde d’endurance ?

« Non, nous ne le ferons pas. En outre, je ne suis pas sûr que la course des 8 Heures de Suzuka soit une course d’endurance, ce sont plutôt 8 courses d’une heure consécutives. Je pense que nos collègues français de SRC Kawasaki font beaucoup mieux que nous. »

En Supersport 300, vous engagez le n°1, la Championne du Monde 2018, Ana Carrasco. Ce n’est pas à travers les couleurs KRT, mais à travers « Kawasaki Provec WorldSSP300 ». Êtes-vous satisfait de la saison d’Ana (1 victoire, 2e du championnat provisoire à 43 points de Manuel Gonzalez) ?

« Oui, nous sommes heureux, très heureux. Ana a fait un pas en avant incroyable par rapport à l’année dernière. Il suffit de voir les courses de Jerez ou de Misano ou d’autres. Mais il y a des idiots qui n’ont rien à perdre dans cette catégorie qui rendent les courses trop incertaines, et le prix d’une erreur dans un championnat de 10 courses coûte très cher. Dans le cas d’Ana, elle grandit toujours et est très rapide en tant que pilote. Et Manu Gonzalez réalise presque la saison parfaite, ce dont il faut le créditer.»

Après le Superbike, les 8 Heures de Suzuka et le Supersport 300, y a-t-il d’autres catégories dans lesquelles vous aimeriez courir, comme le Supersport, les Grands Prix ou le motocross, par exemple ?

« Mmmm… à Provec Racing, nous avons acheté un jet-ski à bras Kawasaki 150 chevaux SX-R et un jet-ski Kawasaki Ultra 310R de 300 chevaux, alors ce week-end, nous irons les essayer avec les gars sur la Costa Brava… (rire)

« Maintenant, sérieusement… Ducati a une moto et des pilotes incroyables, Yamaha continue de grandir tous les ans, BMW connaît une excellente première saison avec une progression rapide, et on dirait que la HRC s’installe avec une nouvelle moto et une nouvelle équipe complètement usine, donc nous avons intérêt à nous concentrer sur le WorldSBK et faire un grand pas en avant, car nous allons être confrontés à de grands défis à court terme. »

« Nous aimons le WorldSBK et nous y resterons jusqu’à ce que quelqu’un nous en expulse ! »

Photos © Kawasaki Racing Team / Provec Racing

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :