Lors de notre « Spy Attitude » synthétisant les changements aperçus sur la GSX-RR durant la saison 2019, nous avions signalé la disparition apparente des supports moteur venant s’intégrer dans le carénage.

« Enfin, et c’est passé assez inaperçu, outre une nouvelle solution aérodynamique la GSX-RR a adopté dès le début de cette année des nouveaux flancs de carénage qui ne laissent plus apparaître les supports moteurs en carbone ou en aluminium, comme c’était le cas auparavant. Ces derniers, boulonnés et interchangeables, permettaient d’ajuster la rigidité du cadre en fonction des circuits. Sont-ils toujours présents, sous le carénage, ou les hommes d’Hamamatsu ont-ils opté pour une une autre solution ? Pour le moment, personne n’a percé le secret… ».

Grâce à une excellente interview du journaliste japonais Akira Nishimura pour le site nippon mr-bike.jp, le secret est dorénavant percé !

Il faut dire que l’homme est reçu avec le plus grand respect par tous les constructeurs japonais, et son entretien avec Shinichi Sahara (chef de projet MotoGP) et Ken Kawachi (Directeur technique MotoGP) ne déroge pas à la règle, générant une interview extrêmement riche et intéressante… Accompagnée de photos de la GSX-RR sans son carénage.

Nous y reviendrons mais, en attendant, il s’avère donc que les supports moteurs démontables étaient bien là, dorénavant bien dissimulés sous le carénage. Mieux, on s’aperçoit que les cylindres disposent de 3 possibilités juxtaposées de points d’ancrage, ce qui permet, conjointement à différents matériaux (et différentes épaisseurs) des supports-moteur, offre une grande variété d’adaptations possibles à chaque circuit.

 

 

 

Sont-elles utilisées ? Seuls les employés de la firme d’Hamamatsu ont la réponse, mais elles sont bien là et donnent apparemment toute satisfaction, vu la quasi non-évolution de la partie-cycle de la GSX-RR en 2019.

Une constatation confirmée par Ken Kawachi: « C’est vrai, quand je suis revenu au département compétition, le cadre était assez mou, donc (le carbone) était une direction pour y ajouter petit à petit de la rigidité. Nous avons fait beaucoup d’essais mais on ne peut pas beaucoup s’éloigner de là où on est, donc je pense que nous sommes au bon endroit. »

Les hommes heureux n’ont pas d’histoires…



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins, Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar