La pilote espagnole a acquis une place importante au sein de Kawasaki grâce à son titre de 2018 et peut également compter sur le soutien de Jonathan Rea, qui la suit de près.

Ana Carrasco a terminé sa saison de Supersport 300 sur la troisième marche du podium, après avoir décroché le titre l’an dernier. Bien qu’elle n’ait pas réalisé un doublé, elle a confirmé son potentiel et sa rapidité en se battant aux avant-postes et s’est assurée le soutien de Kawasaki, chose extrêmement importante pour elle, après des années difficiles à trouver équipes et sponsors.

« Je suis un pilote important pour Kawasaki, surtout dans la catégorie dans laquelle je cours », a-t-elle expliqué à Marca. « Le marché des 400cc est vraiment grand en Asie et en Amérique. Mon titre me donne beaucoup d’importance chez la marque. Cette saison nous avons confirmé beaucoup de choses que nous avions fait en 2018. Pour moi, Kawasaki est super important, ce sont eux qui m’ont donné l’opportunité, le matériel et les moyens pour essayer de décrocher le titre. Je peux dire que c’est en partie grâce à eux que je suis Championne du monde. »

« Je ne sais pas si notre union durera tout au long de ma carrière ou une année de plus, mais c’est ma maison. Même si je devais partir chez une autre marque, j’aimerais terminer ma carrière chez Kawasaki. Je sens que je ne pourrais pas être qui je suis actuellement sans eux. »

En plus de la marque en elle-même, la jeune femme peut également compter sur Jonathan Rea, qui l’a quelque peu prise sous son aile depuis l’an dernier. Très souvent présent à ses côtés, le quintuple Champion du monde de Superbike lui apporte un soutien de taille en plus de précieux conseils. « Pour moi, c’est très important ce que fait Johnny. Peut-être que pour lui ce ne sont que de petites choses, mais pour moi, qu’un pilote comme lui soit à mes côtés lorsque je rentre au box, me demande comment cela s’est passé ou qu’il soit présent au parc fermé lorsque je gagne, cela signifie beaucoup et un grand soutien chez Kawasaki. »

« Il vit de façon assez proche ce que nous faisons. Simplement le fait de voir sa façon de faire les choses, de parvenir à être le meilleur chaque année me permet d’apprendre et d’être meilleure. Nous sommes assez proches, il m’aide beaucoup à vouloir être meilleure chaque jour. »

Rea et Kawasaki lui ont d’ailleurs permis d’essayer la Superbike Championne du monde en titre la semaine dernière, une expérience que Carrasco n’est pas prête d’oublier.

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :