Masakazu Fujii est bien connu du monde l’endurance, puisque son équipe, FCC TSR, s’est alliée à Honda France pour s’emparer du titre mondial de la catégorie en 2018.

Pour autant, Fujii San nous surprend une fois de plus en se lançant cette fois dans une série de vidéos “pédagogiques” concernant une Honda CBR 1000 RR-R Fireblade préparée par TSR.

Pour le moment, dans ce premier épisode, rien de très spectaculaire si ce n’est le souhait de vouloir construire une moto qui, à terme, batte une MotoGP ! Mais attention, le toujours passionné s’exprime dans une langue que nous ne maîtrisons pas et il y a peut-être une erreur dans le sous-titrage… ou pas !

Toujours est-il que l’on en saisit bien le sens et que l’approche est intéressante.

Masakazu Fujii: « J’ai acheté la CBR 1000 RR-R Fireblade 2020 et je l’ai conduite pendant 400 km sur les autoroutes, les routes nationales et les petites routes japonaises, en une seule fois. J’ai acheté le modèle standard à la place de la SP car elles ont toutes les deux le même moteur, et avec les suspensions Showa et les freins Nissin, elles sont exactement comme le package TSR Racing. En plus, cette année, nous utilisons l’échappement Akrapovic seulement pour la compétition. Akrapovic désire depuis longtemps que nous l’utilisions en compétition et nous savions que HRC allait à coup sûr le développer et l’utiliser en course cette année. Nous savions qu’Akrapovic offrait excellentes performances et un style fantastique, donc nous avons décidé de l’utiliser également. »
« Nous avons également utilisé les roues standards lors du test au Mans (5 et 6 mars) , et non les spécifications de la SP. Pour la course, nous allons utiliser les roues OZ Racing que nous avons commandées, pour leur épaisseur et leur forme. »

« Naturellement, le réservoir d’essence, la selle, le bras oscillant et l’accastillage sont tous fabriqués par TSR, ce qui rend notre moto “spécifique et unique à TSR”. »
« Jusqu’à présent, nous avons utilisé la moto d’usine Honda comme une base pour notre préparation et nos pièces, donc nous n’étions pas en mesure de vendre ces dernières à nos clients. Néanmoins ce nouveau modèle sera maintenant terminé avec 100 % de pièces TSR, donc nous pourrons les vendre à nos clients s’ils le désirent. J’ai comme plan de continuer à travailler sur cette moto et de la faire évoluer moi-même. Je ferai le compte rendu des progrès au fur et à mesure et j’espère vous tenir au courant. L’objectif est de rendre la moto la plus légère et la plus rapide du monde. Si c’est possible, j’aimerais construire une moto qui a un tel potentiel qu’elle pourrait battre une MotoGP. »

« En construisant cette moto, il y a un changement majeur que nous ferons. Le pignon de primaire est maintenant réduit de quatre dents et le rapport est plus long que sur la moto précédente. Si vous essayez d’adapter cela à un circuit comme Le Mans ou Suzuka, je pense que vous devez utiliser une couronne arrière de 50 dents, ou même plus petite, du genre 47 ou 48 dents. »
« Je pense que c’est quelque chose que nous allons également développer lors de prochains tests, donc je pense également changer les ratios pour la route, mais il y a aussi un équilibre à trouver avec la longueur du bras oscillant, la chaîne, etc., et j’espère donc réaliser cette préparation spécifique et unique avec TSR. »
« Les disques avant font 5,5 mm, plus épais que les précédents, donc c’est largement assez pour rouler en ville. Je pense que le ressenti global des contrôles, le toucher de frein et le contact avec le sol sont largement améliorées. J’espère qu’il y aura des disques de 5,75 ou 6 mm d’épaisseur si possible, mais si vous roulez lors d’essais privés en circuit ou sur une longue distance sur l’autoroute, il n’y aura probablement aucun problème avec cela. Je ferai un rapport sur la moto équipée avec des Brembo quand j’aurai à nouveau la chance de pouvoir la piloter. »