Qu’on se le dise, en Superbike, trop dominer c’est s’attirer les foudres de la concurrence. Jonathan Rea en sait quelque chose, lui qui a été quasiment désigné comme le coupable d’un relatif manque d’intérêt à l’égard de la catégorie. Son tort ? Enfiler les victoires et les titres comme d’autres les perles au guidon d’une Kawasaki, marque qui a tout misé sur cette discipline pour faire connaître son savoir-faire. Mais ça, c’était avant l’arrivée de la Ducati V4R avec Álvaro Bautista, le nouveau duo voué aux gémonies.

Il faut dire qu’il n’a pas fait dans la dentelle lors de la manche d’ouverture à Phillip Island. Jeu, set et match et, tant qu’on y est, dix de der. Il a littéralement tourné autour de ses adversaires, qui se réveillent avec la gueule de bois. Car, tout de même, les données étaient connues concernant cette Panigale V4R qui a été construite par Ducati pour gagner en WSBK.

Les chiffres étaient pourtant clairs : 250 ch, 326 km/h en vitesse de pointe relevée en Australie, et 16 350 tours par minute pour le régime maximum du moteur. La concurrence se situe entre 14 600 tours-minute (Kawasaki) et 14 900 tours-minute (BMW). Les moteurs Yamaha R1 prennent 14 700 tours-minute. Enfin, le Superbike a un plateau composé de motos dérivées de la série. La Panigale V4 est annoncée par Ducati à partir de 22 290 euros. Pour le V4R en tant que modèle d’homologation pour le mondial Superbike, le prix de départ est de 39.900 euros. C’est dans les normes réglementaires qui fixent la barre à 40 000 euros maximum. Mais c’est quasiment le double de certaines motos des autres constructeurs.

Alors, évidemment, ça râle. Y compris chez les pilotes qui ont pris une déculottée par un homologue fraîchement arrivé du MotoGP. Une frustration qu’Alex Lowes révèle ainsi sur motorsport-total : « on parle du gars qui a failli monter sur le podium de la course MotoGP et qui est toujours rapide ici ? Je l’ai compris dès les premiers tours, il a roulé à 320 km/h lors de son cinquième tour d’essai. S’il n’avait pas relâché dans le dernier tour, il aurait eu une avance de 20 secondes. Je ne pense pas qu’il soit 20 secondes plus rapide que Johnny Rea ou qui que ce soit d’autre, c’est un peu dommage car beaucoup de gens en MotoGP disent “Oh, un bon pilote passe sur les Superbikes et gagne avec 20 secondes d’avance…”.

Ducati et Bautista ont fait fort et dans les règles. Attendons la suite de la saison pour savoir s’ils résisteront à la pression que ne manquera pas d’exercer des adversaires qui seront autant actifs sur la piste que dans les coulisses…

Tous les articles sur les Pilotes : Alvaro Bautista

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team