Cela faisait deux ans que le paddock MotoGP n’était pas allé au Sachsenring et au cours de ces deux années, chaque usine a fait un énorme pas en avant. Les motos italiennes ont montré leur progrès sur un tracé Allemande qui ne leur est pas favorable, mais aussi encore leurs limites.

 

 

Le Grand Prix d’Allemagne disputé sur le tracé du Sachsenring a probablement été une course beaucoup plus révélatrice que n’importe quelle autre concernant le pas en avant que de nombreux V4 ont fait en termes de stabilité en courbe.

Ducati a semblé assez fort tout le week-end, avec Jack Miller et Pecco Bagnaia montrant vendredi qu’ils avaient de bons chronos lors de longs runs, malgré le fait que Pecco Bagnaia ait été très en retard vendredi. Mais cela était dû au fait que l’Italien n’utilisait pas de pneus neufs en fin de séance.

 

 

Ducati a amélioré la stabilité en courbe de sa GP21 à travers un certain nombre de choses, et notamment le châssis. Des ajustements et de petites évolutions réalisées sur le cadre de la Desmosedici lui ont permis d’améliorer progressivement ses capacités de passage en courbe au cours des dernières saisons. Un autre facteur est également leur moteur, Ducati travaillant sans relâche pour rendre le moteur le plus puissant de la grille plus doux et plus souple à l’accélération.

Il existe également de nombreux autres facteurs, tels que les améliorations apportées à la Salad Box, la partie de la moto qui abrite un amortisseur de masse, mais aussi les changements concernant les pilotes qui ont sur s’adapter et comprendre le style de pilotage dont la Ducati a besoin pour l’aider à tourner.

Mais, le facteur le plus curieux de tous est sans aucun doute les nouveaux conduits aérodynamiques que Ducati utilise cette saison. La théorie principale qui les entoure semble être qu’ils explorent les capacités de l’effet de sol pour les motos. L’augmentation de la stabilité en courbe de Ducati cette année pourrait être attribuée principalement à ce travail aérodynamique.

 

 

Vous pouvez voir les conduits au bas du carénage latéral ici. Ils permettent de diriger le flux d’air vers le bas, le dirigeant vers le sol et sous la moto. Cela semble antinomique, alors que tous les autres éléments aérodynamiques du MotoGP sont conçus pour pousser l’air vers le haut, créant une pression plus faible sous la surface de l’aileron pour créer une force d’appui. Ces conduits de Ducati semblent être conçus pour une fonction différente, et amener la pression de l’air à une valeur plus élevée sous le carénage.

 

 

Avec une pression d’air plus élevée sous la Ducati, l’air qui atteint la « cuillère » est plus dense, ce qui permet à la cuillère d’avoir un effet plus important. L’air plus dense aidera également les enjoliveurs de roue arrière à faire leur travail. En effet, des rumeurs dans le paddock stipulent qu’ils ne sont pas seulement présents pour lisser le flux d’air autour de la roue arrière, mais aussi pour créer une certaine force d’appui à des angles d’inclinaison élevés pour aider la GP21 à avoir de l’appui aérodynamique sur l’angle.

Le package aérodynamique de la Ducati est très déroutant mais également relativement bien étudié, et il semble fonctionner comme prévu. Bien que Ducati n’ait pas connu ses meilleurs jours en Allemagne, en grande partie à cause de problèmes d’adhérence à l’arrière en fin de course, la GP21 n’a pas été ridicule au Sachsenring cette année.

 

 

Alors que le package aérodynamique de Ducati est très évolué, cette photo de la GP21 de Johann Zarco en parc fermé après sa chute en Q2 est très intéressante, juste après avoir réalisé la pole position. On observe à quel point les ailerons sont fins !

 

Photos : Dorna Sports



Tous les articles sur les Teams : Ducati Team