Le compte à rebours du retour de la catégorie MotoGP est lancé ! Dans un peu moins d’un mois, la compétition reprend ses droits à Jerez, alors en attendant, nous allons revenir sur les derniers développements de chaque constructeur.

Commençons avec Aprilia. Beaucoup de changements ont été réalisés par l’usine Noale au cours de l’intersaison 2019-2020. Une toute nouvelle moto est apparue et il pourrait s’agir d’un sérieux concurrent pour le top 5 et peut-être même les podiums !

Les simulations de courses d’Aleix lors des tests de Sepang et du Qatar étaient vraiment impressionnantes, les chronos réalisés le mettant dans la lutte pour le top 5. Cependant, il a dit qu’ils devaient encore travailler sur de nombreux sujets pour leur permettre de concrétiser en course.

 

La RS-GP 2020 est radicalement différente de celle de 2019

 

Le moteur est désormais un V4 à 90° au lieu de 75°. Il est également plus puissant, Romano Albesiano affirmant qu’il a gagné entre 30 et 40 chevaux !

Mais il n’y a pas que ça : le châssis de la moto est différent. Le problème avec l’Aprilia n’était pas que c’était une mauvaise moto, elle n’était tout simplement pas performante dans tous les domaines. Des modifications apportées au châssis l’ont rendu plus stable sur les freins, ce qui était l’un des plus gros points faibles de 2019.

Aleix a dit qu’il se sentait beaucoup plus confiant pour freiner fort et tard dans les virages sur le nouveau prototype RS-GP par rapport à l’ancienne version.

 

Ici la RS-GP 2019. On relève énormément d’évolutions par rapport à la photo précédente

 

On constate ici comment la moto a beaucoup évoluée, mais la philosophie Aprilia est toujours assez présente. Oui, la moto est complètement différente, mais elle utilise toujours un moteur V4 et un châssis à double longeron en aluminium.

 

L’aérodynamique est un sujet pris très au sérieux par toutes les équipes

 

Aprilia a travaillé attentivement sur l’aérodynamique, non seulement pour bien pénétrer dans l’air, mais aussi pour maximiser la force d’appui de l’ensemble aérodynamique.

Aprilia a embauché un ancien aérodynamicien de chez Ferrari et nous pouvons immédiatement voir le résultat. Le carénage aérodynamique d’Aprilia est presque une aile posée sur l’avant de la moto.

Cela a bien fonctionné : Aleix a dit que malgré l’augmentation de puissance, la moto est plus stable et il est plus facile de remettre les gaz en sortie de virage.

 

En parlant de puissance, parlons du moteur

 

Après le Test du Qatar, Aprilia travaillait toujours sur la spécification de son moteur. Ils en avaient un qui était plus axé sur la performance absolue et un autre qui était un peu moins puissant mais d’après les commentaires d’Aleix, c’était beaucoup plus facile de rouler avec. La puissance était délivrée de manière beaucoup plus douce sur l’accélérateur et donc Aleix s’est senti beaucoup plus à l’aise avec cela, ce qui porte à croire que c’est la spécification qu’ils continueront probablement à développer, notamment à Misano cette semaine. On rappelle qu’Aprilia, tout comme KTM, bénéficie d’une concession pour continuer à travailler sur le moteur et l’aérodynamique jusqu’au 29 juin.

 

Aprilia s’est inspiré de la Salad Box de Ducati

 

Une chose que vous avez peut-être également remarquée est l’échappement décalé à l’arrière de la moto. Il semble qu’Aprilia se soit inspiré de Ducati et ait adopté l’équivalent d’une Salad Box dans la partie arrière de la moto avec l’apparition d’un Mass Damper.

Photos © Motogp.com & Aprilia



Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini