De Diana Tamantini / Corsedimoto.com

Francesco Bagnaia était invité à Box 18. Les débuts, l’arrivée difficile en Championnat du Monde, le titre Moto2, les débuts en MotoGP, l’avenir… Et bien plus encore. L’interview complète.

Le redémarrage approche et Francesco Bagnaia est en pleine forme pour cette deuxième saison en MotoGP. Le porte-étendard de Pramac Racing, après une année difficile sur la Ducati, a pour objectif de démontrer de quoi il est capable maintenant qu’il « connaît mieux » la machine de Borgo Panigale. Bien sûr, le long arrêt ne l’aide pas, mais le jeune Piémontais s’entraîne dur pour se préparer à la première course de la saison 2020. Voici un extrait de ce qu’il a raconté à Box 18, le live Facebook dirigé par Fabio Nonnato.

L’arrivée en Championnat du Monde n’a pas été particulièrement facile. « J’étais peut-être encore jeune », a expliqué “Pecco”. « J’aurais préféré passer une autre année en CEV, mais d’une certaine manière, ils m’ont poussé vers le Championnat du monde. La première année a été vraiment difficile, mais cela m’a aidé à comprendre comment le championnat fonctionnait et de qui vous avez besoin à vos côtés. » Mais les saisons se sont succédées jusqu’au titre Moto2 en 2018, puis au passage en MotoGP. « Nous avons eu un contact avec Pramac fin 2016, mais je voulais d’abord gagner le championnat du monde dans la catégorie intermédiaire. »

Comme dit précédemment, cela n’a pas été un début facile. « Je savais que j’allais avoir du mal avec la Ducati. C’est une moto difficile et vous avez besoin d’un style de pilotage que je n’avais pas. J’ai commencé à mieux la comprendre à la fin de la saison dernière et nous avons réussi à progresser. » La 4e place en Australie se démarque notamment. « J’ai commencé 15ème à cause d’une erreur aux essais libres, qui a ensuite affecté les qualifications. Nous avons montré un bon rythme en ratant très peu le podium. C’est un bon résultat, cependant, tant pour moi que pour l’équipe, après tant de courses difficiles. »

2020 arrive maintenant. « Les tests se sont très bien passés, il y a eu des améliorations, principalement sous forme de déclics. » Mais voici l’arrêt des courses pour raison sanitaire. « Je me sentais vraiment préparé, j’avais une bonne carte à jouer. Il n’a pas été facile de reprendre l’entraînement, mais nous travaillons dur et nous serons prêts pour la première course. » Qu’en est-il de son avenir ? « Le manager s’occupe des contrats. Je dois prouver que je suis rapide, mais je fais partie d’une grande équipe. Je connais mes qualités et je sais que je peux très bien faire. »

Mais il est temps de parler beaucoup plus profondément des débuts, des premières années difficiles en Mondial, des satisfactions qui commençaient à arriver… Et bien plus encore. Si vous avez manqué l’interview de Francesco Bagnaia, vous pouvez l’écouter dans son intégralité ici en italien.

Lire l’article original sur Corsedimoto.com



Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac