Technique MotoGP : Une étude montre que les pilotes de MotoGP clignent très peu des yeux pour les garder grands ouverts

par | 13 janvier 2022

Lors de la première manche de la saison 2021 de MotoGP, le pilote Pramac Ducati Johann Zarco a établi un nouveau record de vitesse en atteignant 362,4 km/h. À cette vitesse, les pilotes parcourent pas moins de 100 m par seconde. Comme tous les humains, les pilotes clignent des yeux. Oui, mais le clignotement moyen prend 0,15 seconde, de sorte qu’à cette vitesse cela représente 15 m où les yeux sont fermés. Néanmoins, les pilotes MotoGP clignent moins souvent des yeux que les pilotes Moto2 et Moto3. Et dans l’ensemble, les pilotes de course clignent beaucoup moins des yeux que les personnes normales. C’est le résultat d’un projet de recherche conjoint entre le laboratoire SIFI et l’équipe LCR.

Cela semble être une perspective terrifiante pour nous, mortels, mais une étude réalisée conjointement entre le team LCR Honda et la société pharmaceutique italienne SIFI aide à expliquer comment les yeux des pilotes de MotoGP fonctionnent dans des conditions aussi extrêmes. Menés sur six saisons de MotoGP (2015-2021), les chercheurs ont d’abord examiné Cal Crutchlow au GP de Valence 2015. En 2018, un autre pilote LCR, Takaaki Nakagami, a rejoint l’étude, et en 2019, l’enquête s’est étendue aux rangs MotoGP, Moto2 et Moto3.

 

 

Certaines dimensions changent littéralement rapidement si vous les placez dans le contexte de la catégorie MotoGP : vitesses extrêmes, charges énormes sur le corps et situations dangereuses qui surviennent en une fraction de seconde. Par exemple, en 0,15 s et donc pendant environ un clignement de l’œil. Une personne cligne des yeux, c’est-à-dire bat des paupières, environ 8 fois par minute pour restaurer le film lacrymal naturel des yeux, mais les pilotes de MotoGP ne le font qu’une fois toutes les trois minutes. Mais il y a mieux : 540 secondes, soit neuf minutes, était le temps le plus long enregistré entre deux clignotements d’un pilote MotoGP !

Lors de chaque évaluation, les pilotes de Grand Prix subissaient des tests avant la course et 30 minutes après le drapeau à damier. La méthode de double test a révélé que les temps de réaction du pilote restent en « mode course » pendant une période prolongée. L’un des tests les plus simples est un test de réaction sur la tablette. Cela a essentiellement montré que les réactions après la course sont beaucoup plus rapides, le corps est toujours en « mode course ». Un deuxième test de la réaction pupillaire a montré que la course est extrêmement exigeante pour les yeux et les fatigue. L’un des résultats les plus intéressants, cependant, est que les pilotes MotoGP clignent beaucoup moins souvent que les pilotes Moto2 ou Moto3. Néanmoins, aucun pilote n’a souffert d’yeux secs, rouges ou d’inflammation. Les tests n’ont également montré aucune irritation. Et l’osmolarité du liquide lacrymal n’est pas augmentée comme dans un œil sec, mais diminuée.

 

 

Les résultats peuvent être fascinants, mais le copropriétaire de SIFI, Carlos Chines, pense que ce n’est que le début d’une étude plus large et à long terme : « Nous voulons fondamentalement continuer à évaluer les différences entre les yeux ‘normaux’ et ceux des pilotes de MotoGP. Nous voulons également étudier la relation entre la concentration et la fréquence des clignements. À partir de ces résultats, nous espérons comprendre si l’on peut travailler avec de petites astuces, des exercices ou des gouttes pour les yeux pour contrer la fatigue, les yeux secs ou douloureux et la détérioration de la vision. »

Bien sûr, les pilotes de Grand Prix s’entraînent déjà physiquement et mentalement tout au long de l’année. Armé des données et de l’analyse de SIFI, l’entraînement visuel pourrait en faire partie à l’avenir. « Des méthodes d’entraînement pour les yeux sont prévues pour 2022 et 2023 », a ajouté le Dr Chines. « De plus, nous souhaitons généralement créer une perception différente des « soins oculaires » dans la société et sensibiliser les gens à la prévention. »

 

 

Les pilotes de MotoGP sont au-dessus du lot, physiquement et mentalement, et cela se vérifie encore une fois !

Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow, Takaaki Nakagami

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda