Quelques éléments sont déjà connus avant même le début de cette première séance à Losail:
– Les pilotes Yamaha ont abandonné leurs châssis 2016, se concentrant sur l’évolution du 2015.
– Casey Stoner n’est pas actuellement présent à Losail, mais y roulera en essais privés les 6 et 7 mars.
– Michele Pirro remplace Danilo Petrucci et est désigné pour le remplacer en course si le pilote Pramac n’était pas complètement rétabli.
– Les pilotes satellites Honda disposent pour la première fois de leur package 2016 au complet, châssis et moteur.
– Pour le moment, seul Takuya Tsuda dispose le boîte “full seamless” Suzuki alors qu’elle ne sera mise à disposition d’Aleix Espargaro et Maverick Vinales que demain, ces derniers n’ayant actuellement la fonction seamless qu’en montant les rapports.
– Les Aprilia n’utilisent pas encore toute leur puissance, pour des questions de fiabilité.
– les records en vigueur datent tous de 2008, à commencer par le 1’53.927 réalisé par Jorge Lorenzo aux essais, et le 1’55.153 de Casey Stoner en course. L’année dernière, Andrea Dovizioso avait dirigé les essais IRTA en 1’54.907, avant de prendre la pole position du Grand Prix en 1’54.113.

A l’extinction des feux rouges, Michele Pirro (Ducati), Takuya Tsuda (Suzuki), et Hiroshi Aoyama (Honda) sont les premiers à prendre la piste sous le soleil qatari, pendant que les pilotes titulaires attendent sagement que la fraîcheur de la nuit enrobe le désert pour se lancer dans l’action. Les pilotes d’essais précités ont sans doute affaire à une piste encore très sale, car après une heure de roulage, le meilleur temps s’établit en 2’01.248…

Peu après, les pilotes Aprilia enfourchent leur RS-GP fraîchement présentées à la presse mondiale et commencent à faire quelques tours. Ils sont suivis par Marc Marquez qui inscrit rapidement un 1’58.707 confirmant apparemment la lenteur actuelle de la piste.

Une demi-heure plus tard, on retrouve les deux Ducati officielles en tête, juste avant que Valentino Rossi ne chute lors de son tour de sortie. Loris Baz le suit au sol quelques minutes plus tard.

C’est ensuite une succession de petites améliorations en tête du classement, entre Andrea Iannone et Jorge Lorenzo,. On reste néanmoins dans les 1’57 et il faut attendre grosso-modo la mi-séance pour voir le champion du monde en titre descendre en 1’56, avant que Scott Redding et Maverick Vinales ne creusent un peu plus le chrono de référence, au moment où Tito Rabat perd sans gravité le contrôle de sa RC213V.

Jorge Lorenzo est à nouveau le premier à rentrer dans les 1’55 mais c’est une nouvelle fois ce diable de Maverick Vinales qui lui donne la réplique! Qu’à cela ne tienne, le Majorquin arrache encore 4 dixièmes et impose un 1’55.452 qui commence à parler de lui-même.

A une heure et demi du drapeau à damiers, c’est l’étendard rouge qui est sorti, consécutivement aux chutes de Cal Crutchlow et Aleix Espargaro qui laissent suspecter une dégradation des conditions de piste. Comme rien de tangible n’est trouvé, celle-ci est finalement ré-ouverte mais l’humidité ambiante commence à la rendre moins adhérente et le chrono de Jorge Lorenzo restera définitivement le plus rapide de cette première soirée.

Au final, et sans vouloir tirer de conclusions hâtives, on peut néanmoins remarquer que les Yamaha officielles semblent conserver leur bonne forme, et ce malgré relativement peu de tours effectués. On note aussi que le couple Maverick Vinales/Suzuki est tout aussi étonnant que performant, et ce sur des circuits aussi différents que Phillip Island et Losail. Les Ducati officielles, alignant le plus grand nombre de tours, ont bien progressé depuis les essais à Sepang. A l’inverse, les Honda semblent vraiment en grande difficulté, tout comme les pilotes Aprilia qui doivent développer leur nouvelle moto.

Le fait que le 1’55.452 de Jorge Lorenzo n’est qu’à 2 dixièmes du 1’55.265 réalisé par Andrea Iannone l’année dernière durant la première journées des tests IRTA démontre qu’électronique et pneumatiques vont vraiment dans la bonne direction, et pourront sans doute nous étonner en cours de saison. Voire même avant, comme le montre les temps réalisés aujourd’hui par Valentino Rossi, meilleurs que ceux de sa FP1 de l’année dernière!

En attendant, techniquement, on assiste à une prolifération des ailerons, des plus petits, comme les nouveaux appendices de la Honda de Marc Marquez, aux plus gros, comme sur la Ducati D16GP, en passant par les éléments bodybuildés de la M1 de Jorge Lorenzo (voir photo plus haut). Le sujet est actuellement sensible et pourrait être reconsidéré par les autorités…



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP