S’il faut résumer le début de saison d’Álvaro Bautista à un chiffre, le voici : En moyenne, l’Espagnol a remporté les neuf premières courses avec 8.5 secondes d’avance. Sachant que trois de ces courses ne se déroulaient que sur dix tours, que L’Espagnol comme sa Ducati V4R n’avaient jamais mis une roue auparavant en Championnat du Monde Superbike, ça donnait une idée assez précise de l’infernale domination du duo.

On serait tenté de penser que la série va se poursuivre à Assen, mais les statistiques ne sont pas favorables aux Rouges : Ducati n’a plus gagné aux Pays-Bas depuis la victoire de Sylvain Guintoli en 2012, alors que huit des neuf dernières courses à Assen ont été remportées de façon consécutive par Jonathan Rea (Kawasaki Racing Team WorldSBK). On suivait également ce vendredi avec intérêt le local de l’étape Michael van der Mark (Pata Yamaha WorldSBK Team), mais plutôt pour un podium, car il n’a gagné à Assen qu’en Supersport, en 2014, l’année où il a remporté le Championnat du Monde. Son coéquipier Alex Lowes a terminé parmi les cinq premiers de chacune des courses en 2019 et a obtenu son premier podium et sa première pole position en WorldSBK en 2012 et en 2018 sur le circuit d’Assen.

Du côté de l’organisateur Dorna (ici nommé DWO) et de la FIM, « Comme stipulé dans le règlement 2019, le classement des points de concessions a été revu au terme de la troisième épreuve du calendrier. Après six courses complètes, Ducati a inscrit 20 points de concession, Kawasaki (13) et Yamaha (3). Puisque l’écart entre Ducati et Kawasaki n’est que de sept points (et donc inférieur aux neuf requis par l’article 2.4.3.4, alinéa i), aucun des deux constructeurs ne sera autorisé à mettre à jour les pièces de concession durant la saison. Tous les autres auront quant à eux droit à une seule mise à jour pour 2019. De plus, DWO et la FIM, après consultations de leurs analystes de performances, se sont entendus sur une réévaluation des limites de régime des deux firmes. Le régime de la Ducati V4R se voit ainsi réduit de 250 tours/min, tandis que celui de la Honda a été augmenté de 500 tours/min. Ces deux mises à jour sont avec effet immédiat ».

Ce qui inspirait à Álvaro Bautista les réflexions suivantes : « Si j’avais eu la possibilité de piloter en MotoGP pour une grande usine, je pense avoir le potentiel pour me battre au sommet. Maintenant, je peux le dire facilement, je n’ai jamais eu cette chance. Je peux donc dire ce que je veux, mais c’est ce que je ressens. Au Championnat du Monde Superbike, je peux montrer aux gens ce dont je suis capable. Bien sûr, c’est une autre classe, mais tout le monde peut voir la différence. Je ne gagne pas simplement comme ça. Cela prouve que mon niveau est plus élevé. Peut-être parce que la combinaison de moi et de la Ducati est plus puissante que d’autres combinaisons ».

On gardait un œil sur le Champion du Monde 2013, Tom Sykes (BMW Motorrad WorldSBK Team), qui vient de s’adjuger sa première cinquième place de la saison en Aragón dimanche dernier et dont la dernière victoire remonte justement à Assen l’année passée. C’était sa seule victoire en 2018.

Pour Álvaro Bautista (Aruba.it Racing – Ducati), « Heureusement, nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour nous reposer entre ces courses, et je préfère reprendre la moto très vite après un week-end de victoires comme en Aragón. C’est une nouvelle piste pour nous avec cette moto – comme tous les autres circuits de la saison – mais Assen est très différent des autres pistes ».

Johnny Rea se concentrait sur le pneu Pirelli avant dur : « Assen est une piste sur laquelle j’ai été bon auparavant, donc j’espère que nous pourrons combler cet écart qui existe depuis les trois premières manches. J’avais utilisé un pneu avant plus dur lors de la précédente manche et nous devons vraiment évaluer si c’est la voie à suivre pour mon style de conduite ou non. Je me sentais bien quand je conduisais seul, mais il pourrait peut-être y avoir un peu plus dans ce pneu avant. Nous allons réévaluer cela ici à Assen et voir où nous en sommes ».

On notait le forfait de Leandro « Tati » Mercado (Orelac Racing VerdNatura), opéré mercredi dernier en raison d’une fracture du scaphoïde du poignet gauche. Il espère revenir à la mi-mai à Imola. « Je ne peux rien faire d’autre que de me concentrer entièrement sur ma rééducation, a déclaré Mercado. L’objectif est de revenir à Imola. Nous travaillerons dur pour être à 100 %. J’ai le soutien de mon équipe et des supporters, et je leur en suis très reconnaissant, cela m’aide à traverser ces moments ! ». Le malheur des uns faisait le bonheur de l’ancien vice-Champion du Monde 125 cm3 et 250 cm3 Hector Barberá, en rupture avec l’équipe Team Toth by Willirace pour qui il roulait en Supersport. Pour Barberá, « c’est malheureux d’avoir cette opportunité en raison de la blessure d’un autre. Toutes mes pensées vont vers Tati et je lui souhaite un prompt rétablissement. Je donnerai tout pour le team Orelac Racing VerdNautra, ils sont parfaitement préparés. Je pense que le WorldSBK est ma catégorie. L’équipe fait les bons choix et je suis plus que prêt. La vie vous offre parfois une opportunité comme celle-ci et je veux en profiter au maximum ».

Tom Sykes en tête des essais libres

Il faisait extrêmement froid ce matin à Assen pour la FP1 avec 6° pour l’air et 8° pour l’asphalte. La séance était arrêtée au drapeau rouge par sécurité dès les premières minutes en raison d’un lièvre ayant traversé la piste.

Rea établissait le meilleur temps en début de la première séance en 1’36.2. Il progressait par la suite à mi-séance en 1’35.6 devant Alex Lowes en 1’36.4. Lowes chutait peu après sans gravité.

Leon Camier tombait sans conséquence dans le Virage 5. A 10 minutes de la fin, Álvaro Bautista passait en troisième position avec un chrono de 1’35.9, derrière Rea en 1’35.6 et Michael van der Mark en 1’35.7.

Les BMW progressaient dans les dernières minutes avec Tom Sykes troisième et Markus Reiterberger cinquième, mais Chaz Davies s’emparait de la cinquième position dans le dernier tour. Les 10 premiers étaient dans la même seconde.

La FP2 était interrompue dès ses premières minutes en raison d’une chute sans gravité de Chaz Davies. Leon Haslam s’emparait du commandement en 1’35.427 devant son coéquipier Johnny Rea et l’homme qu’il remplace, Tom Sykes. A la mi-séance, seuls ces trois pilotes de pointe avaient amélioré leur chrono du matin. Van der Mark 4e et Bautista 5e (au général de ce vendredi) n’avaient pas progressé par rapport aux conditions froides du matin. On était très loin du record de 1’33.505 établi par Jonathan Rea (Kawasaki) en 2017.

On voyait dans les stands les mécaniciens beaucoup modifier les motos, nettement plus que d’habitude en raison du temps froid, sans que les chronos ne descendent pour autant. On notait de bonnes performances des BMW avec Tom Sykes 3e et Markus Reiterberger 4e à 15 minutes de la fin. De nombreux spectateurs allemands étaient présents dans le nord des Pays-Bas à Assen près de Groningen, près de la frontière et où la vente de cannabis est légale (Note personnelle : ce qui est, bien sûr, un hasard total).

Johnny Rea accélérait le rythme en 1’35.417 devant Haslam, Reiterberger et Sykes, tandis que Sykes chutait pour la deuxième fois sans gravité. Tom Sykes réussissait l’exploit en s’emparant de la première place devant ses compatriotes Johnny Rea et Leon Haslam. Alvaro Bautista allait-il enfin mordre la poussière ?

Résultats de la première journée d’essais libres :

Chronos de Référence :

Record des essais : 1’33.505 par Jonathan Rea (Kawasaki) en 2017

Record du tour : 1’34.880 par Jonathan Rea (Kawasaki) en 2017

Classement provisoire du Championnat du Monde :

Vidéo : Le”Hello” d’Alex Lowes

Photos : worldsbk.com, équipes et constructeurs